Test – Worms Revolution

Sur PS3 il y a déjà deux jeux de la franchise Worms qui sont sortis. Worms et Worms 2 Armageddon. Worms Revolution est donc le tout dernier en date. Si vous ne connaissez pas la série, voici un bref récapitulatif. Sur un terrain en 2D, deux équipes de 4 petits vers de terre se livrent une bataille. L’équipe survivante gagne.
Pour gagner une partie un arsenal complètement fou est mis à disposition. Des classiques bazooka et grenades à la sainte grenade, en passant par des raids aériens.
Les niveaux peuvent être soit souterrains, soit à l’air libre. Ce dernier type de terrain permet l’utilisation d’attaques venant des airs.

L’eau ça mouille

Nouveau type d’arme à faire son apparition : les armes à eau. Jusqu’alors dans les précédents opus l’eau était synonyme de mort dès qu’on y plongeait, mais maintenant c’est un nouvel élément qui pourra servir à anéantir les lombrics ! Précisons tout de même que si votre ver tombe dans l’eau qui est située sous le décor, c’est fini pour lui.
Comme vous le savez, l’eau est un fluide, et qui dit fluide, dit mouvement. C’est en utilisant ces propriétés que vous pourrez faire en sorte que les vers ennemis (ou les vôtre si votre tir n’est pas bien ajusté) soient entraînés bien loin ! Si le ver est entièrement submergé, il va boire la tasse et perdra cinq points de vie à chaque tour de jeu. A titre d’exemple, vous aurez à disposition des bombes à eau, des largages d’eau par voie aérienne ou encore un pistolet à eau.

Worms Revolution - Screenshot 1

Une équipe polyvalente

Autre nouveauté, les classes ! Maintenant il existe quatre types de vers. Le soldat classique connu jusqu’à présent. Il a des compétences moyennes. Nous avons le malabar. C’est un ver bien massif, lent pour se déplacer, mais très robuste et d’une meilleure puissance de frappe ! Puis il y a le scout. Celui-ci est très rapide et agile. Il peut faire des sauts dignes d’une puce ! Enfin nous trouvons le scientifique. Ses dégâts ne sont pas flamboyants, mais sont principal atout est de donner cinq points de vie à toute son équipe dès que c’est à lui de jouer. De plus les tourelles qu’il mettra en place seront plus résistantes aux dégâts.
Il faudra donc modifier son équipe en fonction de l’ennemi et aussi en fonction de votre style de jeu.

L’IA

Si vous souhaitez jouer seul, vous serez confronté à l’Intelligence Artificielle (IA). Plus vous progresserez dans les quatre sections de la trame principale et plus l’IA sera… cheatée. Oui il faut le reconnaître, au début elle est loin de poser des problèmes, mais une fois arrivé dans la quatrième et dernière partie, c’est comme si vous jouiez aux échecs contre Garry Kasparov. Imaginez que vous vous pensiez à l’abri, bien caché au fond d’une galerie, eh bien l’IA est tellement douée que le ver ennemi sera en mesure de lancer une grenade du fin fond de la carte, qu’elle rebondira cinq ou six fois et atterrira sur votre ver comme par magie.
A noter que même si l’IA peut faire des coups impossibles joliment bien placés, elle peut assez souvent se retrouver perdue et mettent de longues secondes à calculer son coup.

Worms Revolution - Screenshot 2

En ligne tu trouveras bonheur !

Ce qui nous amène en toute logique à nous précipiter vers le mode multijoueurs. Heureusement qu’il est là, pour pouvoir se mesurer à des gens venus des quatre coins du monde. Il est facile de trouver quelqu’un pour faire une partie et l’attente est quasi inexistante. Il faut préciser que le jeu vient de sortir. Les modes proposés sont le match à mort classique ou encore le mode forts. Ce mode permet aux deux équipes d’en découdre chacune positionnée soit à gauche, soit à droite de la carte sur un fort.

Pour conclure, on restera avec un petit goût amer si on ne se contente que de la partie solo. Il est bien plus amusant de jouer à deux en ligne voire même jusqu’à quatre chez soi. La série à toujours été réputée pour être fun pour son multijoueurs. Il est dommage de voir arriver des DLC une semaine à peine après la sortie du jeu. Surtout pour ajouter des armes pour la plupart déjà présentes d’office dans les précédentes versions.

 
On aime
+ L’eau
+ Le fun en multi
+ Les armes
+ La rejouabilité sans fin

On aime moins
– L’IA bien trop forte à la fin du jeu
– Les DLC
– La sensation de lenteur dans les parties

Verdict

Sans plus

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.