Test – Wonderbook : Diggs Détective Privé

Diggs Détective Privé est une enquête interactive jouable grâce au PlayStation Move et au Wonderbook. Le jeu est le deuxième titre à exploiter le livre interactif de PlayStation après le « Livre des sorts » reprenant l’univers d’Harry Potter, plutôt réussi. Ce deuxième essai est-il aussi abracadabrantesque ou le ver dans la pomme ?

C’est la chenille qui redémarre…

Dans Wonderbook : Diggs Détective Privé, vous suivez l’aventure d’une chenille essayant de résoudre, avec l’aide du joueur, le « meurtre » de Humpty Dumpty. Tout au long du récit, on croise différents personnages connus de divers contes comme la Mère l’Oie, les trois petits cochons ou même Frankenstein.
L’histoire, clairement destinée aux plus jeunes, est sympathique mais pas des plus intéressantes. Dans le genre, celle du Livre des sorts était un peu plus captivante, que ce soit pour les enfants ou même… les plus grands. De plus, l’histoire et donc le jeu est d’une durée de vie assez ridicule. En environ 2 heures et 3 chapitres, on a fait le tour de l’aventure. Un mode photo/vidéo où il faut prendre certaines scènes/personnages en photo ou rechercher des objets dans les décors existent bien, histoire de gonfler artificiellement la durée de vie mais il ne s’avère pas très palpitant.

Wonderbook : Diggs Détective Privé - Screenshot 1Wonderbook : Diggs Détective Privé - Screenshot 2

Tournez la page

Techniquement, le jeu s’en sort plutôt bien. Les environnements sont plutôt réussis, plongeant le joueur dans l’univers des films noirs avec un côté enfantin pas déplaisant. Les mini-jeux sont sympathiques et plutôt variés dans leur mise en scène mais répétitifs dans leur objectif.
Le PlayStation Move ne vous servira pas à grand chose si ce n’est à s’éteindre pour cause d’inactivité (si vous avez activé l’option veille dans les paramètres de la console) et donc mettre en pause le jeu à des moments inopportuns. Tout se fait via le Wonderbook qui se verra tourner et secouer dans tous les sens. Par contre, l’objet répond au doigt et à l’œil, pas de soucis de côté-là.

 
On aime
+ L’univers  des films noirs années 60
+ Les références aux contes

On aime moins
– L’histoire courte et peu passionnante
– L’interactivité limitée

Verdict
Même pour les enfants, le jeu est court, très court pour une histoire sympathique mais pas transcendante non plus.

Sans plus

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.