Test – Tomb Raider

Elle est là, tel un phénix qui renaît de ses cendres sous l’égide de Crystal Dynamics et de Square Enix. Lara Croft est de retour après un lifting pour faire oublier l’âge d’une licence vieillissante. Tomb Raider est donc passé sous le scalpel d’une équipe déterminée à redonner de l’éclat à sa gloire d’antan. Opération réussie ?

La renaissance d’une survivante

Tomb Raider place le joueur dans la peau d’une Lara Croft (qu’on ne présente plus) partie en expédition avec l’équipage de l’Endurance. Sillonnant l’océan Pacifique à l’est du Japon, ils sont à la recherche des vestiges cachés du royaume de Yamatai. Suivant l’instinct de la jeune Lara, l’Endurance se rapproche d’une zone connue pour sa dangerosité maritime. Et ce qui devait arriver, arriva ! Le bateau sombre lors d’une terrible tempête. Lara et l’équipage échouent sur une île mystérieuse. Il faudra alors à notre aventurière en devenir, se battre pour survivre face aux différents dangers que recèle l’île et essayer de retrouver les membres naufragés de l’équipage.
Le scénario de Tomb Raider est plutôt classique comportant les différents éléments habituels de la licence dont un côté mystique qui se révèle au fur et mesure de son avancée.
Mais l’important n’est pas là. Ce qui est intéressant dans cet opus, c’est de voir la personnalité de Lara se développer face à tous les dangers de cette première aventure et comprendre comment elle est devenue la grande aventurière que l’on connaît. Dans ce reboot, Lara a peur, elle doute de ses capacités et de son jugement. Au fil de l’aventure, son instinct, son courage, son intrépidité, sa confiance en elle se révèlent et c’est un plaisir d’assister à cette évolution.
De plus, sans vous en dire trop, on apprécie également les quelques clins d’œil faits par les développeurs à la licence et à la Lara que l’on a connu, qu’elle deviendra.
Seul bémol, le traitement des personnages secondaires qui reste léger et pas très intéressant.

Tomb Raider - Screenshot 4

Lara « nathan » pas

Si la survie est mise en avant, ce n’est pas tant par le gameplay mais plus par la mise en scène, l’ambiance et le développement du personnage de Lara. La chasse étant par exemple plutôt optionnelle.
En effet, le jeu s’oriente plutôt franchement du côté de l’action, sans pour autant oublier les deux autres piliers de la licence : l’exploration et les énigmes. Il emprunte les mécaniques d’Uncharted, inutile de le nier. Les « gunfight » avec son système de couverture automatique, la mise en scène explosive et différentes phases en QTE ne contrediront pas ce propos. Mais là où l’élève avait dépassé le maître, on s’aperçoit que ce dernier n’avait pas dit son dernier mot.
La différence vient de l’ouverture de l’environnement et de la sensation de liberté que procure Tomb Raider et qui est absente dans Uncharted. Alors qu’avec Nathan l’impression de suivre un couloir se ressent, ce n’est pas du tout le cas avec Lara. On se sent bien plus libre de ses mouvements. Même lors de certaines séquences en QTE, l’instinct du joueur sera primordial puisque les touches sur lesquelles il faut appuyer ne sont pas toujours indiquées. Seul un ralentissement du temps lui indique qu’une action est à faire, renforçant au passage le côté survie et instinctif du jeu.

Tomb Raider - Screenshot 2Tomb Raider - Screenshot 3

Au niveau de l’exploration, il est possible et recommandé de passer au peigne fin les environnements afin de découvrir des caisses recelant des matériaux qui servent à améliorer les armes, de trouver diverses amulettes à collecter et d’explorer des tombeaux. Ces derniers (la plupart optionnels) seront également l’occasion de vous confronter à une énigme afin de pouvoir accéder à la salle contenant un « coffre à trésor ». La plupart du temps, ces énigmes ne vous demanderont que quelques minutes de réflexion vu leur relative facilité.
La touche « Instinct de Survie » (L2) facilitera votre exploration et les diverses énigmes puisqu’en appuyant dessus, elle mettra en surbrillance les objets, les éléments avec lesquels on peut interagir ou les ennemis présents dans les environs. Une fonction qui s’avérera utile et spécialement lors des quelques séquences où la discrétion sera la solution la plus simple.
Tomb Raider s’avère au final très simple à appréhender, la prise en main se faisant naturellement. Lara répond au doigt et à l’œil la majeure partie du temps. A ce niveau-là, le jeu est très plaisant encore une fois.

Une Lara de toute beauté

Tomb Raider bénéficie de superbes graphismes. Les environnements de l’île, sa végétation, la faune ou les ennemis qui y vivent profitent d’une modélisation fine et détaillée. Il en est de même pour les différentes structures (temples, grottes…) présentes sur l’île. L’intelligence artificielle des ennemis ne brille pas par son génie mais tient relativement bien la route. Le tout donne vie à l’environnement lors des phases d’exploration et sert correctement les séquences d’action. La musique est également très réussie, collant bien à l’action ou à l’exploration. On reconnaît d’ailleurs par moment et de façon subtile une similitude avec les anciens thèmes musicaux de la licence. Au final, ces différents éléments permettent de créer une réelle ambiance servant le propos développé dans cet opus : la survie.

Tomb Raider - Screenshot 1

Lara et ses amis

Oui, l’annonce fût surprenante mais Tomb Raider dispose à présent d’un mode multijoueur. Redouté, ce dernier s’avère au final être un sympathique complément de l’aventure solo. Cette dernière se terminant en une douzaine d’heures pour la trame principale (près d’une vingtaine pour finir le jeu à 100 %), le multijoueur prolonge agréablement l’expérience. Plutôt classique et se rapprochant là encore de ce qu’Uncharted propose, le multijoueur dispose de 4 modes de jeux : Combat en équipe, Appel à l’aide, Sauvetage, Mélée générale.
Les maps ne sont pas immenses mais plutôt bien faites, exploitant la verticalité des lieux choisis. On peut y poser des pièges et lorsqu’on joue entre amis, les parties peuvent être vraiment sympathiques.
Le multijoueur de Tomb Raider ne révolutionne pas le genre mais il est la cerise sur le gâteau, contre toute attente.

 
On aime
Une aventure trépidante et nerveuse, Graphismes superbes, Mise en scène spectaculaire, Valorisation de l’exploration.

On aime moins
Personnages secondaires plutôt insignifiants, énigmes un peu trop simples.

Verdict
Tomb Raider et Lara Croft font un retour réussi. La mise en scène, la rénovation de fond en comble du gameplay, l’ambiance et le développement de la personnalité de notre héroïne contribuent à faire de cet épisode (reboot), un excellent cru. Un des meilleurs jeux de ce début d’année. Sans l’ombre d’un doute. Ah si ! Seule ombre au tableau : la fin du jeu ne répond pas à la question qui brûle toutes les lèvres : A quel moment de sa vie, Lara subira une chirurgie d’augmentation mammaire ?

Captivant

2 commentaires

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.
Jayzmaki il y a 2 ans et demi

Quand j’ai su que ce jeu était un reboot, j’ai eu assez peur je dois dire. J’ai joué à tous les Tomb Raider, et j’étais très attaché à l’ancienne Lara Croft. Alors un reboot ne me faisait pas très envie. Mais j’ai décidé d’y jouer pour me faire un véritable avis, et ce fut une incroyable découverte. Ce jeu est juste excellent ! La nouvelle Lara nous emmène dans une aventure spectaculaire digne de la Lara d’auparavant.

Adrien Sultra il y a 2 ans et demi

Maintenant la question est de savoir si la suite de ce reboot (qui j’espère ne tardera pas trop à arriver sur PS4) sera à la hauteur du premier ! Est-ce que Lara va en prendre plein la figure ? Telle est la question !!