Test – The Swapper

The Swapper est sorti en août 2014 sur PS4 et PS Vita et le 30 mai 2013 sur PC. Nous l’avouons, nous étions passés totalement à côté de ce jeu vendu 14,99€ en temps normal. Proposé dans le PlayStation Plus du mois de janvier 2015, le jeu du studio Facepalm Games est-il à acheter si vous n’avez pas pu profiter de l’offre PS Plus ? Réponse en deux paragraphes.

Le principe de l’échangisme

Dans The Swapper, vous êtes propulsé à bord d’une station spatiale abandonnée. En l’explorant, vous découvrirez au fur et à mesure de votre progression les journaux de bord de l’ancien équipage qui expliqueront les raisons de cet abandon et vous y croiserez une étrange scientifique visiblement en proie avec elle-même et qui ne semble pas ravie de vous voir.
Au début du jeu, vous trouvez un appareil muni d’un canon. Cependant, cet objet n’est pas une arme puisqu’en appuyant sur la gâchette, c’est un clone de votre personnage qui apparaît. Et vous pouvez en créer jusqu’à 4. De plus, rapidement après votre découverte, il est possible de profiter également d’une autre fonction de l’appareil. En effet, l’échangeur (c’est son nom) permet à notre héros de transporter son âme à l’intérieur d’un clone. Ainsi vous pouvez  »switcher » entre les différents clones que vous aurez créés rien qu’en visant dans sa direction.
Le principe est novateur et une fois que vous avez assimilé les possibilités offertes par l’échangeur, le jeu et ses puzzles s’avèrent vraiment sympa à parcourir, à résoudre. De plus, l’ambiance du titre grâce à ses graphismes et à sa partie sonore est vraiment réussie et vous plonge dans cet univers mystérieux et limite angoissant.

Des puzzles et des lumières

Pour progresser, il faut donc résoudre grâce aux possibilités de l’échangeur des puzzles qui prennent leur forme dans des salles entières de la station spatiale. Grâce aux clones, il vous faut enclencher des mécanismes qui ouvrent des portes ou qui permettent d’éteindre certaines lumières. En effet, lorsqu’une lumière rouge est présente dans un tableau, cette dernière vous empêche d’utiliser la fonction d’échange d’âmes, bloquant son rayon. Les lumières bleues, elles, ne vous permettent pas de projeter des clones dans son halo et celles de couleur violette bloquent les deux fonctions. Le joueur doit donc trouver un moyen d’atteindre son objectif en composant avec toutes ces restrictions présentes dans les nombreuses salles-puzzles qu’il traversera durant son aventure. Cet objectif est d’ailleurs de récolter des orbes qui permettent d’ouvrir des salles ou de réparer des téléporteurs, présents partout dans la station spatiale. Très pratique.
Plus vous progressez, plus les puzzles sont retords. Certaines énigmes vous donneront du fil à retordre mais, une fois la solution trouvée, elle vous paraîtra vraiment évidente. Il existe deux fins au jeu. Mais pour les voir toutes les deux, il vous faudra recommencer le titre une seconde fois puisque la dernière séquence du jeu vous demandera de faire un choix qui ne permettra aucun retour en arrière. Pour finir le jeu une première fois, vous devriez en avoir pour environ 6-7 heures. A cela, s’ajoute une dizaine de salles-puzzles cachées dans la station spatiale qui ne seront pas évidentes à débusquer sans solution. A vous de voir, si vous avez la patience pour les chercher par vous-même.

Verdict

Qualités
+ Principe novateur
+ Ambiance réussie
+ Puzzles ingénieux
+ Scénario en filigrane très sympa.

Défauts
– Peu de rejouabilité malgré les deux fins.

Avis
The Swapper est une bonne surprise. Le principe du jeu est novateur et la réalisation est en plus d’excellente facture pour le prix proposé. Vous ne devriez pas être déçu, si vous êtes amateur du genre ou tout simplement un peu curieux de nouvelles expériences vidéoludiques.

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.