Test – The Ratchet & Clank Trilogy (PS Vita)

Depuis plusieurs années, les franchises à succès du début des années 2000 sont remises au goût du jour sur PS3, PS4 et PS Vita. Dans ce test, nous allons nous pencher sur les trois premières aventures de Ratchet et Clank. Nous ne parlerons que de la version PS Vita. Néanmoins, sachez que le jeu est Cross-Buy, c’est-à-dire que pour le même prix vous aurez les versions PS3 et PS Vita.

Jamais deux sans trois

La série des Ratchet & Clank a débuté en 2002 sur PlayStation 2 des mains du studio Insomniac à qui l’on doit les sagas Spyro et notamment Resistance. Etant donné que la franchise R&C a fait un carton, le studio sortit un deuxième volet dès l’année suivante ainsi qu’un troisième encore une année après.
Dans ces trois jeux, nous serons amenés à sauver notre planète qui se voit menacée par des créatures venues d’ailleurs. Dans chaque jeu les motivations des envahisseurs sont différentes.
Pour Ratchet, les raisons sont peu importantes, le Lombrax est toujours avide d’aventures et de combats. Quant à Clank, il est plutôt le maître à penser du duo, il calme souvent les ardeurs de Ratchet et le sauvera souvent de situations bien délicates.

The Ratchet & Clank Trilogy - 2

Techniquement parlant, les trois jeux utilisent le même moteur graphique, sensiblement amélioré à chaque nouvel épisode. Le jeu est agréable à l’oeil sur l’écran de la PS Vita, on y voit clairement et on ne souffre pas du tout du petit écran de la console (en comparaison avec un écran de TV). Ratchet se manipule sans problème, la caméra ne rencontre pas de souci et notre cheminement n’en est pas gâché. On peut cependant parfois râler quand on a des ennemis qui nous arrivent dans le dos. En effet, on se retrouvera de temps en temps obligé de tirer à l’aveugle en espérant avoir dégommé la menace.
Un petit effet d’aliasing est présent, mais pas de quoi avoir mal aux yeux !
On saluera l’ambiance sonore des deux derniers opus qui sont d’un bon niveau. Les musiques symphoniques sont du plus bel effet et ça fait plaisir ! Car malheureusement le premier jeu de cette trilogie ne brille pas de ce côté-là. Les développeurs n’avaient peut-être pas cru au potentiel de leur jeu pour prendre le temps de nous chatouiller les oreilles. D’ailleurs on notera – toujours dans le premier jeu – que les musiques ont souvent tendance à s’arrêter au bout d’un moment ne nous laissant qu’avec les bruitages de nos armes.

The Ratchet & Clank Trilogy - 3

Artillerie 2.0

Si vous êtes familiers des Ratchet & Clank, ou si avez lu le test de Ratchet & Clank Nexus (sorti sur PS3 et testé dans le numéro 68) vous savez que cette licence nous propose une quantité tout simplement astronomique d’armes ! Si on réunit l’ensemble des trois jeux, on avoisine les 40 ! D’ailleurs les armes débloquées dans les jeux précédents sont disponibles gratuitement !
Parmi les armes intéressantes, on peut par exemple citer la tourelle qui permet de dégager le terrain tout en restant à l’abri. Très utile quand beaucoup d’ennemis vous font face.
A côté des armes, on utilisera beaucoup de gadgets pour manipuler l’environnement, comme le grappin ou le fusil qui permet de glacer l’eau pour marcher patiner dessus. L’inverse sera aussi possible, face à de la glace on pourra – toujours avec le même outil – la faire fondre pour y nager.
Les armes seront grandement appréciées lors de vos combats en arènes. Même si ces arènes sont accessibles relativement tôt dans la progression, arriver à les terminer avec les armes du début du jeu relève de l’exploit. Il vous faudra donc bien progresser pour toutes les débloquer pour revenir vous frotter aux différents défis qui vous y attendent.
Notez que les armes ne sont pas gratuites. Lors de votre aventure, chaque ennemi vaincu, chaque caisse fracassée ou chaque élément du décor détruit laissera échapper quelques boulons. Oui, les boulons sont la monnaie du jeu. Il faudra d’ailleurs économiser plus d’un million de boulons pour espérer avoir le T.E.L.T., l’arme la plus puissante… mais là nous n’en dirons pas plus !

The Ratchet & Clank Trilogy - 1

Old School

Si vous êtes habitués aux jeux d’aujourd’hui (PS3 ou PS4 par exemple), vous remarquerez en jouant à cette trilogie que la difficulté proposée à l’époque n’a rien à voir. En soit la progression n’est pas compliquée, mais la mort est très pénalisante. Si vous avez le malheur de tomber dans un précipice ou de perdre tous vos points de vie, retour au début du niveau (ou aux rares points de sauvegarde du niveau) pour tout recommencer. Vous perdrez vos munitions utilisées avant votre mort ce qui est assez rageant par moment. Les munitions sont disponibles auprès du vendeur au début de chaque niveau. Donc plus nous mourrons, moins on aura de boulons et moins on pourra avoir d’armes de la mort qui tue… !
Autre regret, les cinématiques. Elles sont toutes en provenance directe de l’ère PS2 et donc au format 4:3, ce qui laisse de belles bandes noires de chaque côté de l’écran. De plus elles ne sont pas remasterisées comme le reste du jeu, donc la qualité est vieillotte.

Verdict

Qualités
+ Trois jeux pour un petit prix
+ Cross-Buy
+ Les musiques
+ L’humour
+ La durée de vie astronomique

Défauts
– L’aspect old school (peu de checkpoints, perte des munitions après la mort)
– La qualité des cinématiques

Avis
Si vous recherchez des moments d’humour, de plate-formes et des longues heures de jeu, je ne peux que vous conseiller de vous procurer cette trilogie. Il est même conseillé d’y jouer sur votre PS3 grâce au Cross-Buy pour ne pas utiliser le pavé tactile arrière pour les touches L2 et R2.
Le jeu plaira aux plus jeunes qui ne connaissent pas la série ou même aux plus âgés d’entre-nous qui ont soif de voyager de planète en planète pour mettre une tatane aux extraterrestres !

Vraiment sympa

Un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.
Faucon Bleu il y a 3 ans

Aaaah, Ratchet & Clank, ma saga PlayStation préférée à ce jour. Que de souvenir avec cette trilogie PS2. Ratchet & Clank 3 fût le premier jeu auquel j’ai joué sur PS2.

Concernant le coté « Old School », j’ai eu la chance de le connaître assez pour ne plus rager quand je meurt… enfin, sauf quand je meurt bêtement 😛