Test – The Inpatient

Souvent avec les jeux d’horreur, c’est soit on aime frissonner, soit pas du tout et on préfère passer son chemin. Dans The Inpatient, c’est une troisième voie qui s’offre à vous car le jeu est certes horrifique et assez glauque, mais pas si effrayant que ça. Les âmes sensibles sont donc les bienvenues pour lire ce test !

Retour aux sources

Si vous avez pu jouer à Until Dawn, alors vous serez en terrain connu. Le jeu prend racine soixante ans avant les événements vécus par le groupe de jeunes dans le chalet.
Nous incarnons un homme ou une femme, libre à nous de choisir. Nous nous retrouvons dans l’asile psychiatrique également présent dans Until Dawn. Notre principal problème est notre mémoire qui s’est volatilisée. A nous de faire en sorte de la retrouver et d’en faire part ou non aux soignants qui s’occupent de nous.
Évidemment, tout ne se passe pas au mieux car la source des événements tragiques (nous évitons tout spoil) de Until Dawn fait ici son apparition. Nous serons donc amenés à nous échapper des lieux. Par moment seul, et à d’autres moments accompagné.

The Inpatient - Screenshoot 01

Dans la peau d’un fou ?

Le jeu se joue uniquement au PlayStation VR et si possible avec deux PlayStation Move (l’expérience est nettement plus réaliste avec ces accessoires).
Dans le premier tiers du jeu, nous sommes assez peu mobiles, souvent en fauteuil roulant ou dans une pièce close. Mais dans les deux derniers tiers du jeu nous sommes beaucoup plus libres et nous aurons le loisir (ce mot est exagéré) de nous balader (là aussi exagéré) dans l’asile afin de nous en échapper. Ce sentiment d’amertume que vous pouvez voir est lié au fait que notre personnage se déplace très lentement, il marche si lentement qu’on aimerait lui botter les fesses… De plus, la balade n’est absolument pas libre. Nous sommes en fin de compte dans un couloir, bien tortueux certes, mais si nous devons résumer nos déplacements, nous ne faisons qu’avancer.
Quelques rares éléments du décor peuvent être tenus en main, certains même sont utiles afin d’en savoir plus dans l’intrigue.
Le souci est que nos mains virtuelles sont aussi douées pour manipuler les objets qu’un boxer pour prendre une petite cuillère avec ses gros gants…
A noter enfin qu’à deux ou trois moments nous avons eu quelques sursauts à l’apparition soudaine devant notre nez de quelque chose qui n’était pas attendu.

The Inpatient - Screenshoot 02

Terminons ce test avec l’aspect technique du jeu. L’immersion est vraiment bonne, on se croirait véritablement dans l’asile ! La spatialisation des sons est impeccable. En parlant de son, sachez que nous pouvons répondre aux questions qui nous sont posées avec notre propre voix. CA fonctionne très bien et ça mériterait d’être ajouté à d’autres jeux à l’avenir.
Visuellement, c’est propre. Certes ce n’est pas aussi fin que sur une TV UHD, mais ça reste propre.
Comme dit plus haut, notre gestuelle n’est pas toujours très précise. D’ailleurs, dans Until Dawn : Rush of Blood, la gestion des flingues était parfaite. Ici ce n’est pas aussi génial, pourtant ce sont les mêmes développeurs aux commandes.
La durée de vie du jeu est assez courte. Comptez trois ou quatre heures pour votre première partie. Moins de deux heures pour les suivantes.

The Inpatient
Date de sortie
24/01/2018
Genre
Aventure / Horreur
Editeur
SCEE
Développeur
Supermassive Games
Boutique

Acheter The Inpatient

Qualités
  • Dans la peau d’un amnésique
  • L’ambiance sonore
  • Les réponses à voix haute
Défauts
  • Trop lent
  • Trop court
  • Les mains virtuelles à la ramasse
VERDICT

A l'occasion

The Inpatient est destiné à ceux qui sont en manque de jeux VR, à ceux qui ont aimé Until Dawn car il permet de se replonger dans l’univers via un autre point de vue. Ceux qui aiment les univers glauques seront aux anges. Ceux qui n’ont pas pu se frotter à Outlast car bien flippant, pourront ici être sereins !! Sinon vous pourrez passer votre chemin, le titre peut se rejouer deux ou trois fois afin de voir les différents embranchements (les actions les plus décisives influent sur le reste du jeu) et puis après il est peu probable que vous y jouiez de nouveau.

A propos des notes du Community Mag

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.