Test – Tales of Xillia

Un an après la sortie du précédent opus, la saga « Tales of » revient sur le devant de la scène. Ce nouvel opus est-il aussi plaisant à parcourir que ces prédécesseurs ?

Esprit, es-tu là ?

Rieze Maxia est un monde fictif où humains et esprits coexistent paisiblement. Malheureusement, cet équilibre est menacé par la mystérieuse Lance de Kresnik qui pourrait conduire le monde à sa perte. C’est dans ce contexte que Jude Mathis, jeune étudiant en médecine à Fennmont, rencontre Milla Maxwell, jeune femme énigmatique affirmant être l’incarnation du chef des esprits. Les joueurs auront le choix d’incarner l’un ou l’autre des protagonistes pour vivre l’aventure. L’influence sur la trame principale de ce choix se fait sentir au niveau de certains événements spécifiques à l’un ou l’autre de nos héros. En effet, il arrive parfois qu’ils soient séparés, dès lors les événements auxquels ils sont confrontés diffèrent.
Pour en revenir à la trame principale, celle-ci s’étend sur 4 chapitres, le premier servant de tutoriel, qui se parcourent en une quarantaine d’heures en moyenne.

Tales of Xillia - Screenshot 1

L’union fait la force

Comme tout bon RPG, Tales of Xillia alterne les phases d’exploration et les phases de combat. La phase d’exploration reste très classique. Les donjons et les visites de villes s’enchaînent au gré de la progression. En dehors des villes, le chemin du joueur est jonché de monstres qu’il peut combattre à sa guise afin de gagner, d’une part des ressources, et d’autre part de l’expérience qui lui permettra d’améliorer son personnage grâce au système des orbes de Lys qui rappelle le sphérier de Final Fantasy X. Les ressources acquises servent à développer les boutiques présentes dans les villes ou représentées par les vendeurs itinérants, ce qui permet aux joueurs d’acheter des équipements de meilleures qualités.
La partie combat introduit le « Double Raid Linear Motion Battle System ». Ce système reprend en partie le mode de combat de Tales of Graces f, tout en ajoutant une coopération à 2 qui permet d’utiliser des « artes » (coups spéciaux) liés lorsqu’une jauge de « hors limite » a atteint un certain seuil. Par ailleurs, la barre de MP signe son retour. À noter que la difficulté des combats peut parfois poser problème car il arrive de temps en temps que le joueur se retrouve face à un adversaire relativement plus puissant que les membres de son équipe. Dès lors il est conseillé de procéder à une traditionnelle séance de farming, tout en n’oubliant pas de sauvegarder fréquemment.

Tales of Xillia - Screenshot 2

Quand l’animation prend vie

Les différents environnements rencontrés au fil de l’aventure sont soignés. De plus, l’habillage sonore est adapté à ces différents environnements. Ainsi, le thème principal du jeu intitulé Progress et interprété par la chanteuse Ayumi Hamasaki est une véritable invitation au voyage. Côté cinématiques, ce n’est plus Production I.G qui s’en charge, mais le studio Ufotable, qui avait déjà opéré sur Tales of Symphonia The Animation. Ce choix s’avère payant, les cinématiques contribuant parfaitement à renforcer l’immersion du joueur dans l’aventure. La seule ombre au tableau pourrait être l’absence des voix originales car le jeu a été intégralement doublé en anglais. Toutefois la présence de sous-titres français réconfortera bon nombre de joueurs peu familiers de la langue de Shakespeare.

Verdict

Qualités
+ La bande-son
+ Le scénario
+ La direction artistique
+ Le duo Élise/Teepo
+ Le système de combat

Défauts
– L’absence des doublages originaux
– La difficulté mal équilibrée lors de certains passages
– Ivar le servant de Milla

Avis
Tales of Xillia célèbre avec brio le quinzième anniversaire de la saga et offre un divertissement de qualité.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.