Test – Stranger of Sword City

Les amateurs de Donjon Crawler sont gâtés sur Vita ! Après Demon Gaze et Operation Abyss, c’est au tour de Stranger of Sword City, toujours développé par Experience Inc, de débarquer dans nos vertes contrées. Verdict !

Lost

Seul survivant du crash de son avion, le héros du jeu se réveille à Sword City : une ville entourée de donjons infestés de monstres que seuls les étrangers ont le pouvoir de défaire. Les étrangers, ce sont bien sûr les survivants d’autres innombrables crash survenus près de la cité. Parmi eux, certains disposent du pouvoir de récupérer sur les ennemis vaincus des cristaux de sang recherchés par les vassaux des dieux. Bien entendu, votre personnage est l’un de ces élus. Libre à vous par la suite de donner les cristaux récoltés durant votre partie à l’un des trois vassaux présents à Sword City, ce qui influera sur la fin du jeu. Vous l’aurez compris le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, mais là ne repose pas l’intérêt de Stranger of Sword City.

Stranger of Sword City - Official Teaser Trailer

Un système de création sur mesure

Assez tôt dans la partie le jeu vous invite à créer un certain nombre de personnages de réserve que vous pourrez emmener avec vous dans vos aventures. En tenant compte du fait que tous gagneront de l’expérience lors de vos combats, nous ne saurions que trop vous recommander d’en créer le maximum dès le début afin de favoriser leur évolution. Pour chacun d’entre eux vous êtes bien entendu invité à définir le sexe puis à choisir un portrait. Étonnement, ce dernier ne correspond pas forcément à la race choisie parmi les 5 proposées. On peut ainsi créer un humain avec un portrait de nain par exemple. Cela peut paraître étrange mais le scénario explique cela par le fait que l’apparence change à Sword City et la race sélectionnée est celle « d’ origine » du personnage… Bizarre quand même. Tout comme la race le choix de l’âge influera sur les statistiques générales de votre personnage… mais pas seulement.

A l’exception du personnage principal, le soft repose sur un système de mort permanente. Un personnage jeune aura ainsi droit à trois vies mais peu de points d’expérience à répartir en début de partie. Un plus vieux au contraire ne bénéficiera que d’une seule vie mais de beaucoup plus d’expérience. Bien entendu et comme dans tout RPG qui se respecte, chaque protagoniste répond également à une classe particulière dont dépendront ses capacités spéciales. Nous pouvons ici choisir entre guerrier, chevalier, archer, prêtre, sorcier, danseur, samouraï ou ninja. Chaque personnage dispose enfin d’un talent unique. Si votre héros principal dispose obligatoirement d’une fuite immanquable, vous pourrez choisir pour tous les autres personnages parmi 5 autres talents à savoir désamorcer un piège, détecter un élément caché, identifier un objet inconnu, augmenter la défense ou bénéficier de points d’expérience supplémentaires.

A l’assaut des donjons

Au niveau du système de combat, on retrouve tout ce qui se fait de plus classique dans le genre. On explore des donjons parsemés de combats aléatoires dans le but de gagner de l’expérience et récolter du meilleur matériel pour aller encore un peu plus loin lors de notre prochaine exploration. Les environnements bien que vides et plutôt ternes sont assez variés et de nouveaux éléments apparaissent au fur et à mesure de notre progression : téléporteurs, pièges, passages dérobés… Si vous avez déjà joué à Demon Gaze, vous aurez compris que vous serez en terrain connu. On notera tout de même une difficulté nettement plus élevée que chez le grand frère et l’apparition de zones d’embuscade. En échange de quelques points de moral, ces zones vous permettront de tendre un piège aux ennemis pour faire apparaître un Chef et un coffre. Le but sera alors de vaincre le chef avant qu’il ne fuit pour récupérer le coffre généralement symbole d’équipement indispensable à la survie dans les donjons. Au niveau des combats, on retrouve le principe de la disposition sur deux lignes, les personnages placés à l’arrière bénéficiant d’une défense accrue et se trouvant à l’abri des attaques de mêlée. On notera enfin la possibilité un peu plus tard dans le jeu de changer la classe de nos personnages. Le niveau de ces derniers se retrouvera alors divisé par deux mais ils conserveront les compétences acquises dans leur ancienne classe.

Stranger of Sword City
Date de sortie
29/04/2016
Genre
RPG
Editeur
NIS America
Développeur
Experience Inc.
Boutique

Acheter Stranger of Sword City

Qualités
  • Le chara design magnifique
  • La création de personnage très complète
  • Le système d'embuscade
  • La durée de vie
Défauts
  • Les environnements trop vides
  • La difficulté trop fluctuante
  • Le scénario plutôt insignifiant
  • En anglais uniquement
VERDICT

Captivant

Si vous êtes un habitué des Donjon Crawler, Stranger of Sword City devrait vous occuper de longues heures et représentera un challenge à la hauteur, le dernier titre d'Experience Inc s'adressant particulièrement aux amateurs du genre. Sa difficulté en fera cependant un obstacle difficile à surmonter pour les néophytes.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.