Test – Splinter Cell Blacklist

Sam Fisher, l’agent spécial de la NSA, est de retour. Ce septième opus de la série, sorti fin août 2013, s’annonce prometteur. Mais qu’en est-il réellement ? Nous allons essayer d’y répondre.

Patience

Pour ceux qui ne le savent pas, Splinter Cell est un TPS (jeu de tir à la troisième personne) orienté infiltration et développé par le studio Ubisoft. Contrairement aux jeux d’Aventure, ici il faudra vous faire discret pour progresser tout au long de l’histoire, enfin presque, vous verrez.
Au lancement, il faudra attendre l’installation des données de jeu, pourquoi pas, mais aussi celle d’au moins un correctif (au moment du test, deux semaines après la sortie officielle du titre). Chacun en pense ce qu’il veut, mais quoi qu’il en soit il va falloir patienter quelques minutes avant de pouvoir toucher les boutons de la manette.
Passé ce petit désagrément, Ubisoft nous propose un jeu de qualité. L’image est belle et les personnages sont bien modélisés. Les effets sonores sont bien retranscrits et la musique est en adéquation avec l’univers. L’histoire est bien ficelée, bien que pas très originale. Bref, on ne peut pas dire que ce soit le meilleur jeu du moment mais il est tout de même réussi.

Splinter Cell Blacklist - Screenshot 2

Le vif du sujet

Dans le mode histoire, il faudra enchaîner les missions avec succès. Avant chacune d’elles, un briefing vous expliquera le contexte et vous conseillera certains équipements utiles selon le type de mission. Une fois que vous avez choisi vos gadgets et armes, l’action démarre.
Pour mener à bien votre mission, vous pouvez procéder de trois manières différentes : fantôme, panthère ou assaut. Ces trois modes sont évalués à la fin de chaque mission et vous rapporteront plus ou moins de cash si vous avez évolué à couvert, tué ou non les ennemis rencontrés ou bien foncé dans le tas. Vous l’aurez donc compris, libre à vous de décider en démarrant si vous préférez jouer réellement l’infiltration ou plutôt rentrer dans le tas. Néanmoins, si vous adoptez un style agressif, il ne faudra pas oublier de se couvrir régulièrement, sous peine de mourir très souvent.
Ces différentes approches permettront de prolonger un peu la durée de vie du mode histoire alors que les différentes maps consistent bien trop souvent en un unique couloir à suivre. Attention également aux débutants qui risquent de décrocher. En effet, même le premier niveau de difficulté s’annonce coriace pour les néophytes.

Splinter Cell Blacklist - Screenshot 1

Suppléments

Quand vous n’êtes pas en mission, vous vous trouvez dans votre QG qui pourra être amélioré à l’aide de l’argent amassé en missions. Ces améliorations vous permettront d’acquérir des capacités supplémentaires pour Sam. C’est également dans cet endroit que vous pourrez améliorer sa tenue et son équipement.
Toujours à partir du quartier général, il sera possible d’accéder aux missions annexes. Ces suppléments du mode histoire sont réalisables en solo et/ou en coopération selon celle sélectionnée.
C’est à partir du même écran, que vous pourrez lancer le mode multijoueur. Dans ce mode, espions et mercenaires s’affrontent en 2vs2 ou 4vs4 dans divers types de jeu : piratage, domination, match à mort et extraction. Rien de vraiment original mais c’est efficace. Les cartes ne sont pas immenses mais elles restent de taille correcte. Vous pourrez rejoindre une partie publique ou créer votre partie privée pour joueur uniquement avec vos amis.

Verdict

Qualités
+ Le retour de Sam Fisher
+ La qualité de réalisation
+ La durée de vie

Défauts
– Les niveaux « couloirs » du mode histoire
– La difficulté du mode débutant

Avis
Splinter Cell Blacklist est un jeu bien conçu et plutôt agréable à parcourir. Il faudra en revanche s’habituer à la difficulté élevée pour un néophyte du genre. Et on regrettera principalement la conception façon “couloir” des niveaux du mode histoire.

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.