Test – Silent Hill : Book of Memories

Que feriez-vous si pour votre anniversaire vous receviez un livre ancien qui retracerait dans les moindres détails votre vie passée ? Et que vous vous aperceviez qu’il vous est possible de réécrire vos souvenirs, de modifier vos échecs d’antan pour vous inventer un passé comme vous en rêviez ? Si tel est votre désir… il faudra en assumer les conséquences !

Retour sur le passé

La licence Silent Hill est l’une des plus riches en terme de possibilités, d’univers et sûrement d’horreur. Réinventant le survival-horror avec une dimension plus noire et sordide que jamais, elle a été au fur et à mesure des années, de ses 8 épisodes, de ses spin-off sur smartphones et de ses deux films au cinéma, une véritable source d’inspiration pour le genre.
Silent Hill : Book of Memories est un spin-off de la série d’origine, exclusif à notre chère PS Vita et qui se démarque dès le départ par son gameplay totalement différent, voire même troublant pour les fans de la série. A mi-chemin entre un RPG et un Hack and slash, il utilise les codes des deux genres sans vraiment pencher d’un côté définitivement.

Silent Hill : Book of Memories - Screenshot 2

Le Livre des Mémoires

Grande première pour la licence, le jeu permet de choisir son héros après une personnalisation plus anecdotique que réellement poussée, qui vous fera choisir entre différents styles et le sexe de votre avatar. Cette personnalisation sera surtout là pour vous différencier des autres joueurs que vous pourriez rencontrer sur les parties multijoueurs que le soft propose !
Donc vous voilà, fraîchement créé, lorsqu’un étrange facteur vous offre un colis bien suspect ! Un livre bien plus vieux que vous et venant de la ville de Silent Hill, retrace avec précision votre vie passée ! Sans vous démonter, vous partez pour réécrire des pans entiers de votre histoire afin de lui donner le dénouement que vous auriez préféré ! De l’histoire d’amour ratée à la promotion que vous avez loupé… rien n’échappera à votre nouvelle vie.
Le scénario, bien que noir et arborant les codes sanglants de la licence, s’éloigne sans conteste de l’esprit de la série. Au travers d’un rêve découpé en 3 zones pour chaque chapitre, vous allez parcourir un labyrinthe de pièces où la principale activité sera de la nettoyer des monstres présents.
Votre but ne sera pas de taper à tour de bras avec une multitude d’armes au corps à corps ou à distance mais de retrouver dans chaque zone les pièces d’un puzzle qu’il faudra résoudre en fin de zone pour passer à la suivante. Le chapitre se conclura par un boss, impressionnant mais franchement moins dangereux que certains monstres de zone ! Un comble…

Silent Hill : Book of Memories - Screenshot 1

Le gameplay à découper

Ce spin-off utilise donc quelques éléments de RPG, encore une fois sans y mettre réellement les deux pieds ! La vue au dessus du personnage donne la part au Hack and slash, le fait de devoir taper sans relâche des monstres toujours plus horribles en usant d’un arsenal bien étoffé renforce le genre mais la subtilité réside dans l’accumulation d’expérience.
Vous pourrez effectivement augmenter les stats de votre avatar (force, vitalité, esprit, intelligence…) mais aussi utiliser des artefacts pour vous booster artificiellement. Ce n’est pas tout, puisqu’une jauge de karma, qui se remplira en fonction des monstres abattus, est également présente. Deux choix sont possibles lorsque vous tuez un monstre qui laisse derrière lui un résiduel de karma d’alignement sang ou d’alignement lumière.
A quoi ça sert ? Vaste question… la résolution du chapitre penchera vers l’un des deux extrêmes que l’on pourrait classer par mal = sang et bien = lumière, l’alignement vous donne aussi plus de force sur les monstres usant du karma opposé ou encore la possibilité d’utiliser des attaques plus puissantes.
Il y a également un gestionnaire de consommables comme des kits de soin, des balles pour les armes à feu, d’outils de réparation et d’un ou plusieurs emplacements pour stocker une arme. Vous pourrez allègrement acheter ces options dans le magasin de souvenirs tenu par… un étrange facteur !

Silent Hill : Book of Memories - Screenshot 3

Pour clore le chapitre

Bien éloigné de son grand frère sorti sur PlayStation en 1999, Book of Memories est loin d’être passionnant. Répétitif au possible et sans véritable saveur horrifique, le comble du comble est l’usage du nom Silent Hill. Sans cet artifice commercial, ce jeu ne saurait être joué par les fans de la série.
Le soft possède cependant des cartes à jouer et un potentiel en multi bien au dessus du jeu solo. Mais voilà, on est sur Vita et c’est avant tout une console nomade qui demande aussi un jeu adapté pour de courtes sessions de loisir sans être branchée en ligne. Dernier point : carton rouge aux temps de chargement. 45 secondes montre en main pour relancer une partie après être mort c’est long, très long… surtout si vous mourez souvent !

 
On aime
+ Le bestiaire toujours bien gore dans cette série
+ L’ambiance sinistre et sombre… vive la lampe torche !

On aime moins
– Les temps de chargement horriblement longs
– Le gameplay général ne fait pas dans l’originalité
– L’usage de la licence Silent Hill qui mérite mieux sur Vita !

Verdict

Sans plus

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.