Test – Robinson : The Journey

Disponible depuis le 9 novembre, trois semaines après le lancement du PlayStation VR, Robinson : The Journey débarque enfin ! Petit tour d’horizon.

ALERTE !

Nous incarnons Robinson, Robin pour les intimes. Un jeune garçon perdu, seul sur une planète sauvage, après avoir atterri en catastrophe à l’aide d’une capsule de sauvetage. En effet, notre vaisseau mère Esmeralda s’est trouvée en perdition alors qu’il était en orbite autour de Tyson III.
Fraîchement débarqué, nous nous retrouvons nez-à-nez avec un œuf sur le point d’éclore. Stupéfaction ! C’est un bébé tyrannosaure qui pointe le bout de ses crocs.
Heureusement pour nous, nous n’étions pas seul dans la capsule de sauvetage. Une unité Higs – un robot sphérique qui a le don de voler et de parler – est présente pour nous conseiller.
Trois années passèrent et c’est donc à nous de prendre le contrôle de Robin dans cet univers sauvage et digne de Jurassic Park.

Robinson : The Journey - PlayStation VR - Trailer E3 2016

En quête du savoir

Le but du jeu est simple, comprendre ce qu’il s’est passé à bord de l’Esmeralda et tenter de savoir s’il y a eu d’autres survivants.
L’aventure débute donc au refuge, trois années après notre venue sur Tyson III. Notre campement de fortune est assez sommaire, mais nous avons de tout pour vivre. Afin de comprendre ce qui a pu se passer trois ans plus tôt, nous allons devoir partir à la recherche de différentes unités Higs qui se sont dispersées dans les zones proches. Toutes ces zones sont librement accessibles par Robin, mais retrouver ces Higs endommagés ne sera pas toujours facile. En effet, l’exploration est le maître-mot de ce jeu, le tout couplé avec certaines énigmes. Il faudra donc avoir un regard attentif et ne pas hésiter à tourner la tête.
Notre petit dino, Laïka, nous suivra quasiment partout et sera souvent d’une aide précieuse. Nous pouvons lui donner certains ordres, comme aller chercher un objet inaccessible pour nous, ou rugir sur d’autres dinosaures afin de se libérer un passage. En revanche, dès que nous allons devoir escalader certaines parois, il restera en retrait.

robinson-the-journey-image-02-ps4-cm

Cette quête du savoir ne se limite pas à notre arrivée sur cette planète, mais aussi à la collecte de données sur tous les animaux présents. Il y en a de tous types. Des aquatiques, des terrestres et des aériens. Et évidemment des plus agressifs ou des plus peureux. Gare donc aux Raptors. La présence des dinosaures est vraiment retranscrite avec un soin inégalé jusque-là dans un jeu vidéo. De plus, ce sentiment de présence, de leur part et de la nôtre, est décuplé avec le PlayStation VR. Nous sommes littéralement dans une jungle. Cette sensation est excellente !

Pour se débrouiller dans notre univers, nous sommes équipés d’un petit gadget qui dispose de deux fonctions. L’une pour déplacer des objets plus ou moins lourds, et l’autre pour scanner notre environnement. Il faudra donc faire un bon usage de cet outil, sans quoi nous passerons à côté de pas mal de secrets dispersés ça et là.

robinson-the-journey-image-04-ps4-cm

Le monde se divise en deux catégories

Si vous avez une PS4 standard, votre expérience de jeu sera vraiment très bonne. Mais si vous avez une PS4 Pro, là on sent de suite que le jeu est très bien optimisé, surtout depuis une mise à jour parue mi-novembre, qui améliore notamment les textures.
Nous avons été étonnés de voir que le jeu ne se joue qu’avec une DualShock 4 et non avec deux PlayStation Move. Les phases de grimpette se font donc avec les gâchettes L2 et R2 pour les mains gauche et droite. Idem pour l’outil de scan/déplacement d’objets qui se manipule avec les gâchettes. L’immersion aurait été encore plus aboutie si la possibilité d’utiliser les PlayStation Move avait été prise en charge.

Concernant l’ambiance sonore, tout est bien retranscrit. Le son surround nous permet de savoir où sont les animaux ou notre unité Higs. On pourrait cependant regretter que les musiques soient trop discrètes.

Robinson : The Journey
Date de sortie
09/11/2016
Genre
Aventure
Editeur
Crytek
Développeur
Crytek
Boutique

Acheter Robinson : The Journey

Qualités
  • Magnifique
  • Interaction avec l'environnement
  • Très bonne utilisation du PlayStation VR
  • Une bonne durée de vie pour un jeu en VR
Défauts
  • Absence de prise en charge des PlayStation Move
  • Musiques un peu trop discrètes
  • Certains passages confus lors de l'escalade
  • Certaines énigmes bien corsées.
VERDICT

Captivant

Robinson : The Journey, ne vous laissera absolument pas indifférent. A ce jour c'est l'un des jeux les plus agréable à jouer. Cette sensation d'être dans l'environnement de jeu est quasiment parfaite (l'utilisation des PlayStation Move aurait permis de rendre tout ça parfait). Le jeu est addictif de part le fait qu'il y a les dinosaures à scanner, il faut également retrouver des objets cachés un peu partout, ainsi que pas mal d'interactions à faire avec Laïka. Il y a notamment un passage qui nous aura bien fait sourire !

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.