Test – Risen 3 : Titan Lords

La sortie de Risen 2 dont l’action se déroulait dans un univers emprunt de piraterie avait suscité une levée de boucliers des fans de la première heure qui n’appréciaient pas que l’univers médieval issu de Gothic soit laissé de côté ! C’est donc d’un œil méfiant que ces derniers attendent Risen 3 annoncé par Piranha Bites comme un retour aux sources !

Le meilleur des deux mondes

N’y allons pas par quatre chemins, si retour aux sources il y a, il se fait de façon plutôt timide et la piraterie reste au cœur de l’univers de Risen 3 ! Si l’éditeur allemand a entendu les reproches de ses fans, il ne renie en rien l’épisode Dark Waters et en reprend les mécaniques en y réimplantant certains éléments qui avaient fait le succès du premier épisode. La magie fait ainsi par exemple son grand retour sous la forme de runes ou de parchemins consommables ainsi que le système de factions qui vous ouvre ou ferme certaines portes à un moment-clé de l’aventure. Graphiquement, le titre n’a pas beaucoup évolué, c’est toujours aussi moche et les bugs graphiques sont légions ! Cependant on se laisse rapidement happer par l’univers et emporter dans les aventures qui mèneront le fils de Barbe d’Acier, célèbre pirate bien connu des habitués de la saga, à travers les mers du sud à la recherche de son âme dérobée par un démon. L’occasion de retrouver des personnages croisés dans les 2 premiers épisodes et de redécouvrir sous un nouveau jour des lieux traversés dans Dark Waters.

Un gameplay qui a fait ses preuves

Du côté du gameplay, on retrouve les principes mis en place par les opus précédents, avec un personnage toujours aussi rigide capable d’attaques plus ou moins puissantes (en fonction de la durée de pression sur la touche associée), de parades et d’esquives. Chaque victoire en combat ou quête terminée vous rapportera des points de gloire nécessaires à l’augmentation de vos caractéristiques. Lorsque ces dernières auront atteint certains paliers il vous sera possible de demander à un instructeur de vous apprendre de nouvelles capacités comme des contre-attaques au corps à corps, des notions de crochetage ou de persuasion par exemple. Le sentiment d’évolution est comme toujours parfaitement maîtrisé, et si vos débuts paraîtront relativement difficiles les choses se simplifieront grandement au fur et à mesure de votre avancée et des nouvelles capacités débloquées ! Ajoutez à cela de nombreuses activités de collectes et de crafts et des quêtes annexes par centaines, généralement plutôt intéressantes, et vous obtenez un jeu au contenu tout simplement immense qui vous tiendra en haleine pendant plusieurs dizaines d’heures.

Une approche légèrement remaniée

Contrairement à Risen 2, ce 3e épisode vous offre la possibilité de vous rendre où bon vous semble dès le début de l’aventure et devient de plus en plus linéaire alors que vous approchez de la fin ! Conséquence malheureuse de ce procédé, les différents équipements que vous pourrez acquérir sur les différentes îles possèdent tous des caractéristiques relativement similaires et il devient rapidement difficile de pouvoir significativement faire évoluer son matériel ! Heureusement l’argent ne se ramasse plus aussi facilement que dans l’opus précédent et le développement de votre personnage prendra tout de même un peu plus de temps. Cependant, certainement en réponses aux protestations de joueurs qui trouvaient Dark Waters un peu trop difficile, la difficulté de Titan Lords a été revue à la baisse et le titre ne vous posera jamais de grosses difficultés notamment si vous emmenez l’un de vos membres d’équipage avec vous !

Verdict

Qualités
+ Le contenu gargantuesque
+ L’ambiance générale du titre

Défauts
– C’est vraiment moche
– La difficulté peu élevée

Avis

Destiné particulièrement aux inconditionnels de la saga, Risen 3 tente de réconcilier avec son univers les fans déçus de Dark Waters. En découle un jeu parfois maladroit mais non dénué de charme qui saura également captiver les néophytes si tant est qu’ils parviennent à faire abstraction des graphismes plus que dépassés.

A l’occasion

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.