Test – Puppeteer

Tels des marionnettistes, nous dirigeons sans cesse des personnages de jeu vidéo dans diverses aventures et dans différents genres. Dans un sens, avec le jeu vidéo, nous ne faisons au final que donner vie à des pantins numériques faits de pixels. Puppeteer nous donne l’occasion de prendre littéralement le contrôle d’un véritable pantin de bois qui va vivre une aventure incroyable contée lors d’un spectacle de marionnettes. Japan Studio, à l’origine du jeu mais également d’un nombre impressionnant de titres aussi réussis qu’originaux (Ico, Gravity Rush, Patapon, Ape Escape…), a-t-il donné naissance à un spectacle abouti ou s’est-il emmêlé les fils ?

Puppeteer - Screenshot 1

Que le spectacle commence…

Dans ce jeu de plates-formes, le joueur incarne Kutaro, le héros d’un spectacle de marionnettes. Décapité et transformé en pantin de bois par le Roi-Ours de la Lune, notre jeune garçon devra rassembler des pierres de Lune afin de le renverser et ainsi récupérer sa tête. Pour ce faire, Kutaro sera aidé d’une fée qui l’accompagnera tout au long de l’aventure et de Calibrus, une paire de ciseaux magique qui lui permettra de se tailler un chemin à travers les éléments du décor.
Au fur et à mesure de son avancée, l’aventure prend évidement une dimension plus épique et s’avèrera très sympathique s’adressant autant aux enfants qu’aux adultes.
L’histoire étant mise en scène comme un véritable spectacle de marionnettes, une voix off conte les aventures de notre jeune héros. Les différentes actions des personnages provoquent les réactions du public (non visible) qui assiste au spectacle. Ainsi, l’aventure est régulièrement ponctuée entre autres des rires ou des applaudissements de l’assistance. Les décors beaux, riches et variés changent et sont réalisés de manière à montrer au joueur qu’il s’agit d’un spectacle. Par exemple, le rideau tombe entre les différents actes. Ces derniers sont d’ailleurs au nombre de 7 découpés en 3 parties, ce qui fait un total de 21 niveaux et ce sans compter les niveaux bonus.
Le jeu est parsemé de nombreuses références à l’univers Disney et à la culture pop, le tout toujours traité avec beaucoup d’humour. On prend véritablement plaisir à se voir conter l’histoire de Kutaro grâce au ton adopté mais également à la qualité exceptionnelle de la bande-son mais surtout du doublage de la voix off et de tous les personnages que le joueur croisera. Tout simplement génial.

Puppeteer - Screenshot 2Puppeteer - Screenshot 3

La tête sur les épaules

Au niveau du gameplay, outre le fait de se frayer un chemin dans le décor à grands coups de ciseaux, le jeu repose sur un système de têtes interchangeables. En effet, Kutaro ayant été décapité, notre héros a la possibilité de changer à volonté de têtes. Il suffit au joueur de trouver et de récolter les différentes têtes cachées (plus d’une centaine) dans les différents éléments du décor, chose possible grâce à la fée que l’on dirige et à la touche R2 de la manette ou du PlayStation Move. Le titre peut en effet se jouer seul ou à deux, les joueurs coopérant en prenant le contrôle du jeune garçon ou de la fée.
Kutaro peut conserver jusqu’à 3 têtes qu’il peut changer à sa guise. Chaque tête possédant une capacité spéciale mais à n’utiliser qu’à des moments précis. S’il se fait toucher par un ennemi, il perdra la tête qu’il porte et n’aura que quelques secondes pour lui courir après afin de la récupérer. S’il échoue, la tête disparaîtra. Ici, les têtes symbolisent en fait les vies du joueur qui sont donc au nombre de 3. Un système de « continue » existe également. Il suffit au joueur de récolter les nombreux cristaux de Lune qui parsèment les niveaux. La récolte d’une centaine permet ainsi d’obtenir un « continue ».
Puppeteer est avant tout un jeu de plates-formes, il est donc beaucoup question de sauts et d’éviter des obstacles ou les attaques ennemies. Mais le jeu parvient à se renouveler régulièrement dans son gameplay évitant ainsi l’écueil d’être trop répétitif. Kutaro ne fait pas que perdre la tête, il peut aussi envoyer des bombes, utiliser un grappin ou pilonner certains éléments du décor. Le joueur devra également affronter de nombreux boss qu’il achèvera à coups de QTE à la God of War.
Enfin, même si le jeu est plutôt facile, récolter toutes les têtes constitue un véritable challenge, surtout en solo. En première session de jeu, comptez une quinzaine d’heures.

Verdict

Qualités
+ Les doublages français
+ La mise en scène
+ La direction artistique

Défauts
– Des sauts un peu courts par moments

Avis
Puppeteer est un excellent jeu de plates-formes. Riche et varié avec une mise en scène qui plaira autant aux enfants qu’aux adultes grâce à un ton plutôt mature et drôle. Puppeteer est une véritable réussite en tout point.

Captivant

2 commentaires

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.
Faucon Bleu il y a 5 ans

C’est sans doute un des meilleurs jeux vidéo auquel j’ai jamais joué ! Un style et un gameplay très original, un scénario simple mais accrocheur, une durée de vie très correcte, une musique très sympathique et un doublage français exceptionnel. Que demander de plus.

Il fait parti sans problème de mon TOP 5 des jeux PS3 auquel j’ai joué.
Je suis très content de l’avoir gagné, merci encore pour ce jeu fabuleux.

Damien Charrier il y a 5 ans

Bonjour,

Nous sommes ravis d’avoir pu te donner l’occasion de découvrir un jeu qui t’emballe autant. 🙂