Test – Project CARS

Soutenue par une grande communauté, cette nouvelle simulation très attendue a su conquérir le cœur des joueurs et s’est faite une place auprès des licences en place, Gran Turismo et Forza.

Au volant

Project Cars se veut être une simulation de course. Cependant, le degré de simulation peut être adaptée à chacun, frisant l’arcade jusqu’à la conduite ultra réaliste. Vous commencerez par choisir votre type de conduite, d’amateur à professionnel. Cela permet donc à chaque joueur d’y trouver son compte. Cependant, malgré le fait que la simulation soit poussée, il ne faut pas pour autant être pilote dans la vraie vie pour prendre en main les bolides de Project Cars. Pour les férus de réalisme, Slightly Mad Studios offre la possibilité de pousser l’expérience à son maximum en leur offrant la possibilité de jouer avec un nombre incalculable de réglages sur chaque véhicule. Ainsi, il est possible de changer la pression des pneus, la hauteur de caisse, la quantité de carburant, et j’en passe des dizaines !
En revanche, qu’importe le style de jeu que vous adoptez, les sensations de conduite sont présentes, vous permettant de sentir la moindre imperfection du bitume. Conduire sur un jeu vidéo n’a, à notre sens, jamais été aussi agréable. L’immersion, même à la manette, est totale. Les différentes vues, notamment « casque », y participent grandement.

Project CARS - Immersion

Contenu disponible

Au lancement, 65 voitures sont disponibles sur 30 circuits (plus de 60 circuits si l’on compte les variations). Cependant, sept classes de véhicules sont disponibles : kart, GT, road, touring, prototype, open wheel et american stockar. Finalement, la liste de bolides n’est pas folle, d’autant plus lorsqu’on n’affectionne qu’une ou deux classes de véhicules, ce qui représente finalement peu de véhicules. Les circuits internationaux sont peu nombreux comparés à ceux proposés par la concurrence. Il faudra donc espérer pour ces deux points des DLC (gratuits de préférence) afin d’étoffer le choix.
Bien que la conduite soit extrêmement poussée par ses nombreux réglages, le côté esthétique a totalement été oublié. En effet, seules quelques peintures sont disponibles pour chaque véhicule et aucune modification (spoiler, jantes, kit carrosserie…) ne sont disponibles, rendant la personnalisation quasi nulle. Cela est d’autant plus regrettable lorsqu’on sait que Project Cars tire son épingle du jeu avec le multijoueur.

Les modes de jeu

Très franchement, le mode carrière est une déception. L’idée d’être un pilote et de jouer par saison était très alléchante, cependant il devient vite lassant. Cela vient du fait que tout est accessible dès le début de jeu, les voitures ne s’achètent pas, elles sont toutes disponibles, il vous suffira de choisir les contrats en fonction de vos affinités avec les bolides. Il n’y a donc aucun réel plaisir/enjeu à remporter des victoires, puisque cela ne vous fera rien gagner en soi. Vous grimperez les échelons et changerez des catégories, jusqu’à piloter une F1, et c’est tout. Finalement, le mode Week-end de course vous permettra d’organiser vos propres courses, sans aucune restriction, et sera donc plus attrayant que le mode Carrière.

Néanmoins, Project Cars s’en tire parfaitement avec le mode Online. En effet, en privé ou en public, choisissez vos courses, véhicules, cartes, et restrictions pour défier des joueurs. Il vous sera aussi possible de configurer des temps d’essai, de qualification et de course afin d’offrir une expérience plus agréable encore. La fluidité des serveurs offre une excellente expérience de jeu et un plaisir innommable. Finalement, le seul problème qu’il est possible de rencontrer sur une partie en multi est le manque de skill, car oui, un seul virage loupé et les adversaires se retrouvent loin à l’horizon. Entraînez-vous donc durement avant de vous lancer, afin de mettre toutes les chances de votre côté. La communauté étant très soudée, de nombreux événements français sont régulièrement organisés, n’hésitez donc pas à montrer qui est le meilleur pilote.

Réalisation

Project Cars a bénéficié d’une réalisation poussée. En effet, graphiquement, ce nouveau titre n’a pas à rougir face à ses concurrents. La modélisation des véhicules a été soignée. Seuls les abords de circuit manquent de finesse dans les détails, mais sincèrement, avons-nous le temps d’admirer le paysage ? Le ronronnement des véhicules a été enregistré sur chaque engin, et cela s’entend parfaitement. Chaque accélération est du pur bonheur. La météo a de nombreuses variations et modifie considérablement la conduite. Cependant, graphiquement, la météo manque de réalisme face à Driveclub, mais reste tout de même réussie. Les dégâts, quant à eux, qu’ils soient uniquement visuels ou bien réels, apportent une touche supplémentaire au réalisme du titre. Enfin, l’IA se règle à chaque course mais elle manque de réalisme à la vue du nombre de chocs que j’ai subi de la part de l’IA lors de courses. Il faut donc la pousser au moins à 70 % pour avoir des adversaires dignes de ce nom. Il faut aussi noter que les temps de chargement, avant et après course, sont relativement longs et peuvent nuire au plaisir du jeu lorsque les courses sont courtes.

Verdict

Qualités
+ Simulation poussée à l’extrême mais tout de même accessible à tous
+ Sensations de conduite excellentes (même à la manette)
+ Différentes classes d’automobile
+ Nombreuses vues de conduite
+ Bande-son (ronronnements et musiques)
+ Online très réussi

Défauts
– Contenu limité
– IA assez faible
– Carrière vite lassante
– Personnalisation esthétique manquante
– Temps de chargement longs

Avis
Sans concurrent sur la PS4, Project Cars offre une très bonne simulation aux accros du genre. Cependant, le manque de contenu et son mode Carrière assez faiblard risquent de lasser les joueurs plutôt rapidement. Accessible à tous, le titre se rattrape néanmoins avec un multijoueur très réussi qui devient sa plus grande force.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.