Test – Persona 4 : The Ultimax Ultra Suplex Hold

2014 a été une bonne année pour les fans de Shin Megami Tensei et ses spin-off. Outre la sortie au Japon de Persona 3 the Movie 2: Midsummer Knight’s Dream, la diffusion cet été sur Crunchyroll de la série Persona 4 The Golden Animation centrée sur le personnage de Marie, l’arrivée en juin de Shin Megami Tensei : Digital Devil Saga 2 dans les PS2 Classics, la sortie de Shin Megami Tensei IV sur 3DS fin octobre et la sortie de Persona Q : Shadow of the Labyrinth sur 3DS fin novembre, la saga s’est enrichie d’une suite du jeu de combat sorti l’année dernière. Intitulée Persona 4 Arena Ultimax, cette suite vaut-elle le détour ? Nous allons le découvrir dans les prochaines lignes.

It’s showtime ! Are you ready ?

Persona 4 Arena Ultimax est la suite directe de Persona 4 Arena sorti l’année dernière. Toutefois, la narration diffère de celle du précédent opus. Cette fois-ci fini les histoires propres à chaque personnage composant le casting et place à 2 scénarios associés à chacun des groupes de personnages (Persona 4 et Persona 3). Le mode story s’avère en outre moins intéressant que celui du précédent opus, notamment à cause de son petit goût de déjà-vu. En effet, certains éléments semblent s’inspirer du précédent opus ou encore de l’anime Persona : Trinity Soul. Autre changement concernant le mode story, il n’est plus obligatoire de combattre pour le terminer. Le titre intègre désormais un mode automatique offrant au joueur la possibilité de regarder les combats au lieu de les effectuer. Il arrive parfois que le CPU perde le combat qu’il effectue à la place du joueur. Contrairement à son prédécesseur, le mode story de P4AU propose un boss de fin qui est le même dans les 2 scénarios et n’est affrontable qu’avec le personnage principal de chaque scénario, à savoir Labrys côté Persona 3 et Yu Narukami côté Persona 4.

It’s about time I taught you a lesson !

Tout comme le premier opus, Persona 4 Arena Ultimax est à la fois accessible et technique. Alors que les combos basiques sont facilement réalisables à la manette, la maîtrise des enchaînements plus évolués requiert l’utilisation d’un fightpad ou d’un stick arcade. Les modes Lesson et Challenge permettant de parfaire sa connaissance des enchaînements des différents combattants qui composent le casting du titre sont toujours de la partie, ainsi que des nouveautés apportées par Arc System Works au titre. À noter que les soucis d’équilibrage entre les différents personnages de la version arcade du titre sont également présents.

StupidjerkIhateyou !!

Qui dit nouvel opus, dit nouveautés. Évidemment Persona 4 Arena Ultimax ne déroge pas à la règle. Les plus intéressantes d’entre elles sont sans aucun doute l’ajout du mode Golden Arena et la refonte du lobby multijoueur. Le mode Golden Arena est un mode survie mélangeant le dungeon-crawling, le RPG et le jeu de combat. Le côté RPG s’exprime par la présence d’un système d’expérience qui permet d’améliorer différentes statistiques du combattant que le joueur a choisi. De plus, le joueur acquiert au fil des combats différentes compétences plus ou moins utiles. Toutefois, il n’est possible de conserver que 4 compétences, c’est pourquoi il convient de les choisir judicieusement. Le côté dungeon-crawling se retrouve dans le fait que le joueur doit affronter des séries d’ennemis pour terminer le mode. Selon la difficulté choisie, il y aura 50, 100, 200, voire un nombre infini d’ennemis. Terminer une série n’étant pas évident, le mode intègre un système de palier. Chaque palier est composé de 5 étages comprenant 4 adversaires et un boss. Le boss de chaque palier permet d’acquérir une nouvelle compétence que le joueur pourra décider de conserver ou non. Afin de faciliter la tâche du joueur, le mode Golden Arena intègre également un personnage de support (Rise Kujikawa ou Fuuka Yamagishi). Autre nouveauté du titre évoquée précédemment, la refonte du lobby. Avant de pouvoir visiter le lobby, le joueur est invité à personnaliser son avatar, sa carte de joueur et les horaires auxquels il sera présent sur le jeu. Parmi les avatars disponibles, nous noterons la présence de Rei et Zen, tout deux issus de Persona Q : Shadow of the Labyrinth. En effectuant des combats en ligne, le joueur gagne des crédits qu’il pourra dépenser dans l’achat de nouveaux éléments de personnalisation de son avatar. Une fois cette étape terminée, le joueur peut naviguer dans le lobby qui se présente maintenant sous la forme de salles d’arcade aux couleurs des lieux clés de Persona 3 et Persona 4 dans lesquelles le joueur peut se promener à son gré et discuter avec d’autres joueurs en attendant de trouver un adversaire. Le titre propose évidemment des phrases toutes prêtes, ce qui facilite la communication entre les joueurs.

Verdict

Qualités
+ la refonte du lobby du mode multijoueur
+ le mode Golden Arena
+ la bande-son
+ le gameplay à la fois accessible et technique
+ le retour de Adachi

Défauts
– l’absence des doublages originaux japonais
– les DLC Marie et Adachi payants
– Risette jouable, est-ce vraiment une bonne idée ?

Avis
Si nous devions nous arrêter au mode story du titre, Persona 4 Arena Ultimax ne présenterait que peu d’intérêt par rapport au précédent opus. Fort heureusement, Arc System Works a su proposer autre chose que la traditionnelle mise à jour qui apporte uniquement de nouveaux personnages, une nouvelle histoire et un ajustement du gameplay.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.