Test – Papo & Yo

Papo & Yo fait partie de ces jeux auxquels nous avons rarement l’occasion de jouer. Dans la veine de Journey, Limbo ou Braid, le jeu de Minority mérite le titre d’incontournable du PSN.

Papo & Yo - 1

Œuvre onirique à la thématique forte, voire taboue dans le milieu vidéoludique, Papo & Yo nous met dans la peau de Quico, un petit garçon qui s’échappe d’une réalité violente et sinistre en s’inventant un monde imaginaire. Ici, les favelas brésiliens (quotidien de Quico) deviennent un univers interactif et malléable où les maisons marchent, volent, s’empilent, où son jouet préféré prend vie… Mais Quico partage ce monde avec un monstre taciturne, tantôt espiègle, tantôt violent et cruel. Il vous faudra donc évoluer dans cet univers et avancer avec l’aide plus ou moins volontaire du monstre. Chaque lieu visité fait place à une énigme à résoudre grâce à la malléabilité de l’univers ou à votre redouté partenaire. Les énigmes restent accessibles tout au long de l’aventure mais demandent un peu de réflexion et de dextérité pour les accomplir. Si toutefois vous vous retrouviez bloqué, un système de boîtes à indices a été mis en place pour vous aider dans votre progression.

Papo & Yo - 2Papo & Yo - 3

L’univers, l’originalité du gameplay, la thématique sont les atouts majeurs de Papo & Yo. Cependant, quelques défauts techniques viennent entacher l’expérience de jeu. On note parfois des chutes de frame rate causant quelques ralentissements. De plus, le chemin est parfois obstrué par des objets invisibles. Cela ne gêne pas la progression dans son ensemble mais ces défauts sont bien présents. La maniabilité est également un tantinet lourdaude. Les graphismes ne sont pas exceptionnels mais la direction artistique réussie de l’ensemble compense cet aspect. Le jeu n’est pas très long (env. 4 heures) mais l’expérience qu’il vous propose devrait vous marquer sans nul doute. Et au final, on fait abstraction de ces défauts.

 
On aime
+ L’univers onirique
+ L’originalité du gameplay
+ La thématique forte du jeu

On aime moins
– Les défauts techniques

Verdict
Papo & Yo est une de ces expériences de jeu à faire absolument. De plus lorsque l’on sait qu’il s’agit d’une œuvre quasiment autobiographique de la jeunesse agitée de son directeur créatif (Vander Caballero), le jeu prend une dimension cathartique.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.