Test – Operation Abyss : New Tokyo Legacy

Les années 80 sont souvent considérées comme l’âge d’or des dungeon-crawler. En effet, c’est à cette époque que certaines des plus emblématiques séries du genre telles que Wizardy, The Bard’s Tale ou encore Dungeon Master ont été créées. Alors que le genre a connu depuis un certain recul en Occident face à la montée d’autres types de RPG disposant de mécaniques de jeux plus accessibles au grand public, c’est du côté du Japon que le genre a trouvé un second souffle avec des sagas comme Etrian Odyssey. Le jeu dont il va être question dans les prochaines lignes a été développé par les créateurs de Demon Gaze qui est sorti l’année dernière sur les PS Vita européennes. Vaut-il le détour comme son prédécesseur ? Nous allons le découvrir.

Donjon mystère ?

L’histoire se déroule à Tokyo dans un futur proche. La ville vit sous la menace constante de monstres nommés Variants et venant d’une dimension appelée Abysse. Afin d’élucider le mystère qui entoure les Variants et l’Abysse, le gouvernement a créé la Xth Squad. Cette section regroupe et entraîne au sein d’une académie les personnes bénéficiant du Code-Rise, seul pouvoir capable de faire jeu égal avec les Variants. C’est dans ce contexte que débute Operation Abyss : New Tokyo Legacy qui s’avère être le portage sur PS Vita des 2 premiers volets de la trilogie Generation Xth (Code Hazard et Code Breaker) sortis sur les PC japonais en 2008. Le scénario du titre, qui rappelle par certains aspects Conception II : Children of the Seven Stars ou encore certains Shin Megami Tensei, nous occupera une cinquantaine d’heures voire plus. Le titre est intégralement doublé en anglais et ne laisse pas le choix de profiter des doublages originaux, ni de sous-titres en français.

Si c’était aussi simple…

Comme beaucoup de Dungeon-Crawler, Operation Abyss : Tokyo New Legacy n’est pas un jeu très accessible. Le titre nous impose de bien comprendre les différentes classes qui nous sont proposées et de former une équipe équilibrée afin d’affronter les différents obstacles que nous rencontrerons dans les différents donjons du jeu. Malheureusement pour parvenir à créer l’équipe idéale, nous sommes soit obligés de nous tromper lorsque nous créons notre équipe et que nous la faisons évoluer, soit de faire des recherches sur internet car les informations disponibles in-game ne sont pas toujours simples à comprendre. Il en va de même pour les objectifs de missions et de quêtes secondaires. En effet, le manque de clarté de ces objectifs fait que nous nous retrouvons très souvent à tourner en rond dans les différents niveaux d’un donjon sans parvenir à trouver le petit élément manquant qui va nous permettre d’avancer (un objet à droper par un certain Variant, un endroit précis où se trouver pour déclencher une scène,…etc).

Pour en revenir à la création de l’équipe, le choix du sexe de nos personnages a une importance sur les équipements qu’ils pourront utiliser. Par une exemple, une femme paladin ne pourra pas porter une armure destinée à un paladin homme. Ces petits détails ne sont pas forcément les plus dérangeants du titre. En effet, l’un des défauts majeurs de Operation Abyss est l’obligation de gérer le nombre de fois que nous utilisons les compétences de nos différents personnages sous peine de nous retrouver dans une situation délicate. Au lieu de disposer d’une jauge de MP qui se vide lorsque nos protagonistes utilisent une de leurs capacités et qui peut se recharger via des objets de soin, le jeu propose tout simplement un nombre d’utilisation de ces capacités qui dépend de notre niveau et qui ne se recharge que lorsque nous retournons à la base. Le retour à la base est par ailleurs quasiment le seul moyen pour pouvoir sauvegarder la partie en cours. Il existe certes un objet spécifique qui permet de sauvegarder dans les donjons, mais celui-ci s’obtient en quantité limitée.

Verdict

Qualités
+ une histoire plutôt sympathique
+ la durée de vie
+ le chara-design

Défauts
– le manque de clarté des objectifs de mission
– les doublages anglais imposés
– l’interface
– la complexité des mécaniques de jeu

Avis
Operation Abyss : New Tokyo Legacy n’a pas profité de l’expérience acquise par les développeurs de Demon Gaze sur leur titre sorti l’année dernière pour offrir une portage vraiment convaincant. Nous pouvons toutefois espérer que sa suite Operation Babel : New Tokyo Legacy disponible depuis le 30 avril dernier au Japon corrige le tir.

Sans plus