Test – No Man’s Sky

No Man’s Sky. Y’a pas à dire le jeu aura fait parler de lui, passant de la « hype » suprême à l’un des jeux les plus vilipendés depuis Assassin’s Creed Unity. Mais nous, on s’en fout un peu de tout ce bruit autour du jeu. On s’en fout un peu aussi des « mensonges » de Sean Murray qui semble avoir le syndrome Molyneux. En bref, on s’en fout un peu parce qu’en fait on a suivi son développement de loin, juste histoire de se tenir au courant, parce qu’on a aussi appris à juger un jeu non pas par sa campagne marketing ni par ce qu’on nous promet mais une fois qu’il tourne dans la console. Bref, on va émettre un avis sur le jeu pour ce qu’il est, pas pour ce qu’il aurait pu/dû être.

Vers l’infini et au-delà

Bon, vous le savez tous, No Man’s Sky vous permet de partir explorer un vaste univers composé de plus de planètes que vous ne pourrez jamais en compter dans toute votre vie. Le but est plus ou moins d’atteindre le centre de l’univers à bord de votre vaisseau spatial et après avoir visité toute une ribambelle de nouveaux mondes ayant chacun leur spécificité, leur faune, leur flore. On y croise des planètes d’eau, de terre, ayant ou non des conditions extrêmes (pluie acide, froid et chaleur extrêmes, toxicité de l’environnement…) avec une faune et une flore qui se ressemblent au final quelque peu dans tout l’univers de part la façon dont tout cela a été créé. En effet, cet univers a été généré de façon procédurale, c’est-à-dire de manière aléatoire en se basant sur un algorithme. Du coup, même si les mondes que vous découvrirez seront plutôt variés, ils possèdent tous une esthétique globale particulière qui peut ne pas plaire à tout le monde. De manière générale, cependant, tout ceci est très cohérent ou tout du moins donne cette impression. On regrettera cependant l’absence de différentes gravités sur les planètes et du peu de races aliens différentes que nous avons pu croiser lors de notre session de jeu (une cinquantaine d’heures, sans avoir atteint le centre de l’univers).

no-mans-sky-image2-cm

Exploration, analyse et extraction

Ce sont les 3 éléments qui constituent le cœur du jeu de No Man’s Sky. En arrivant sur une planète, vous allez devoir explorer les environs, analyser la faune et la flore, récupérer autant d’éléments chimiques (carbone, thanatium, fer, zinc, or…) que votre inventaire le permet pour pouvoir gagner des sous, construire toutes sortes d’améliorations pour votre vaisseau, votre combinaison, échanger avec les aliens que vous croiserez ou tout simplement pour survivre. Le crafting/farming est au centre du gameplay avec l’exploration. Un peu trop même car cela devient vite répétitif. Il faut vraiment aimer cet aspect dans un jeu pour ne pas se lasser trop vite. Il y a également un léger aspect RPG puisqu’à force de récupérer tout ce qui se trouve sur votre chemin, vous agrandirez l’inventaire de vote combinaison de survie, vous récupérerez des vaisseaux plus performants, vous pourrez courir, nager, apprendre les mots des langues aliens auprès de pierres de savoir ou d’extra-terrestres eux-mêmes ou voler en jet pack plus longtemps… Mais cela prend du temps et pour ce faire il vaut mieux suivre le chemin de l’Atlas (qui n’est pas vraiment un scénario mais plus un fil conducteur) proposé dès le début du jeu à coté de votre épave de vaisseau. Le chemin de l’Atlas est une sorte de didacticiel qui se transforme en objectif que l’on peut suivre pour se donner un but dans notre exploration. Vous êtes libre de ne pas le suivre mais vous serez alors lâché dans ce vaste univers sans savoir vraiment quoi faire, ce qui vous rebutera très rapidement. Déjà qu’avec le chemin de l’Atlas tout ne va pas de soi… Une erreur de la part des développeurs. Ils auraient peut-être dû plus accompagner les joueurs au début de leur aventure.

no-mans-sky-image3-cm

Techniquement le jeu n’est pas foufou mais ce n’est pas une catastrophe non plus. C’est juste correct. Contrairement à beaucoup d’autres joueurs, nous avons eu la chance de ne rencontrer aucun plantage, aucun bug majeur si ce n’est quelques bugs d’affichage et baisses de framerate. Le temps de chargement est unique et pas trop long au début d’une partie et après il n’y a plus vraiment d’interruption…

No Man's Sky
Date de sortie
10/08/2016
Genre
Action / Aventure
Editeur
Hello Games
Développeur
Hello Games
Boutique

Acheter No Man's Sky

Qualités
  • L'univers le plus vaste jamais créé dans un jeu vidéo
  • Un seul temps de chargement
  • L'exploration
  • La musique
Défauts
  • Manque de contenu
  • Pas assez varié dans ses mécaniques de gameplay
  • Répétitif
  • La technique qui est juste moyenne
  • Le prix
VERDICT

A l'occasion

Passez une cinquantaine d'heures plutôt agréable à explorer, analyser, farmer différentes planètes, peu de jeux en sont capables. Malgré tout, le côté répétitif du gameplay aura eu raison de l'enthousiasme des possibles en début de partie. No Man's Sky ne s'adresse pas à tout le monde, mais plutôt à une niche de joueurs qui aime le farming et l'exploration pure. Peut-être trop ambitieux dans son plan initial, il manque de contenus et de variétés pour tenir sur la longueur. Enfin le prix du jeu peut sembler excessif aux yeux de certains (40€ env. aurait peut-être été plus approprié) mais tout est relatif, nous avons bien passé une cinquantaine d'heures plaisantes sur le jeu avant de nous en lasser. Quand certains jeux d'une huitaine d'heures coûte le même prix et qu'on n'y rejoue jamais, c'est à méditer. Surtout qu'on reviendra peut-être sur No man's Sky à l'occasion et selon les futures mises à jour.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.