Test – Ni no Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste

Ni no Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste est un JRPG développé par Level-5 (Dragon Quest VIII, Rogue Galaxy, Professeur Layton) en partenariat avec le studio d’animation Ghibli. Sorti en novembre 2011 au Japon, le jeu débarque enfin en Europe. Préparez-vous à basculer dans un monde enchanteur en un coup de baguette magique.

A la découverte d’un monde parallèle

L’histoire de Ni no Kuni nous met dans la peau d’Oliver, un jeune garçon qui vient de perdre sa mère. Encore accablé par le chagrin, notre héros qui s’ignore pleure sur la peluche que sa maman lui avait offert quelques années auparavant. Lumi, un esprit malicieux reprend alors vie au contact des larmes d’Oliver sur le doudou dans lequel il était enfermé. Ce dernier va l’entrainer dans un monde parallèle au notre, appelé Ni no Kuni. Sans en dévoiler plus sur l’histoire principale, elle se révèle passionnante, parfois drôle, parfois touchante et les véritables enjeux ne se dévoilent qu’au fil de votre progression. Le scénario tient en haleine tout au long de l’aventure grâce à son thème principal fort mais aussi de par tout ce qui s’y rattache (quêtes secondaires, histoire de vos compagnons…) et grâce à un univers qui baigne dans l’esprit des contes et de la fantaisie. Cependant l’histoire garde toujours un pied dans notre réalité et les voyages entre les deux mondes sont récurrents, ce qui permet au joueur de se sentir concerné.

Ni no Kuni : la Vengeance de la Sorcière Céleste - Screenshot 1

Un monde de cœurs brisés

Un des axes principaux du gameplay est la collecte de fragments de cœurs. Cette quête est nécessaire pour réparer les nombreux cœurs brisés des protagonistes qui croisent la route d’Oliver. Ensorcelés par un magicien de nom de Shaddar, ces personnes montrent des signes de profond désarroi et de comportements excessifs en général. A chacun d’entre eux, il leur manque un peu de courage, d’assurance, de tempérance… Il faut alors s’échiner à trouver dans les alentours d’autres personnes qui ont un excès du trait de caractère manquant. Grâce au sort « cueille cœur », il sera possible à Oliver de le prélever et de le stocker dans une fiole puis de le donner à la personne dans le besoin avec l’incantation « passe cœur ».
En effet, la magie fait partie intégrante du monde de Ni no Kuni et Oliver est voué à devenir un grand magicien. Pour ce faire, il dispose d’un livre de sorts. Si au départ l’almanach est composé de peu de pages visibles, au fil de l’aventure il se remplira d’une tonne de sorts mais pas que… Tous ces sorts vous serviront soit pour combattre les ennemis (sorts d’attaque ou de défense), soit pour débloquer des situations (chemins bloqués, coffres à ouvrir…) ou résoudre des énigmes.
Pour revenir au livre des sorts, ce dernier est consultable à tout moment dans le menu général du jeu. A la base, l’almanach était livré avec le jeu (avec la version DS) mais dans notre version européenne il a été entièrement numérisé et traduit en français. Il vous permettra de tout connaître des sorts existants, des contes, de la faune et la flore, des habitants et de la géographie du monde de Ni no Kuni. Au passage, on note que la traduction française de l’ensemble du jeu et du grimoire en particulier est vraiment réussie et soignée. C’est un véritable plaisir de le lire et les références dans le jeu à notre culture sont là. Un grand bravo à l’équipe en charge de la localisation. Quant au doublage, le choix de la version japonaise ou anglaise est apprécié.

Ni no Kuni : la Vengeance de la Sorcière Céleste - Screenshot 2

Des combats familiers

Passons au cœur du genre RPG : les combats. Ces derniers se déroulent en semi temps réel et se déclenchent lors de votre rencontre avec les ennemis présents sur la carte du monde ou dans les lieux dits dangereux. Il est possible de les éviter même si ce n’est pas toujours facile. A noter que si vous êtes trop fort pour certains ennemis, ces derniers décamperont le plus vite possible. Lorsqu’un ennemi vous assaille, la phase de combat se déclenche et l’affrontement a lieu dans une sorte d’arène. Durant celle-ci, la plupart des décisions du joueur (lancer un sort ou une attaque, choisir une provision…) se fait sans influencer les actions des ennemis. Ceux-ci vous attaquent quoiqu’il arrive. A vous de concilier les déplacements de votre personnage pour éviter les attaques et la navigation dans le menu pour sélectionner l’action suivante. Cependan, le temps se fige lors du changement de personnage en tant que leader ou au lancement d’un nouveau familier dans la bataille. Deux compagnons vous rejoindront au cours de l’aventure mais vous ne pourrez en diriger qu’un à la fois. Les deux autres seront alors contrôlés par l’IA automatiquement même s’il est possible de leur donner des instructions précises ou plus globales.
D’une façon générale, les combats sont dirigés par Oliver (ou un des deux autres compagnons qui rejoignent l’aventure) mais ce sont les familiers qui sont en première ligne.

Ni no Kuni : la Vengeance de la Sorcière Céleste - Screenshot 3

Les familiers sont en fait les créatures et ennemis qui peuplent le monde de Ni no Kuni. Ces derniers peuvent être apprivoisés après un combat contre eux mais selon certaines conditions (au bon vouloir de la créature et dans la mesure où vous réussissez à les séduire). Chaque familier peut évoluer plusieurs fois pour atteindre leur stade ultime (à choisir entre deux variantes) mais ces évolutions ne sont pas obligatoires. Plus il combat, plus il engrange de l’expérience et plus il augmente de niveaux qui lui font acquérir de nouveaux talents jusqu’au moment où l’évolution est possible (grâce à l’ingestion de perles). A ce moment-là si l’on décide de le faire évoluer, le familier reviendra au niveau 1 d’expérience mais gardera tous les talents acquis sous sa forme précédente.
De plus, le joueur doit également s’occuper du familier en lui donnant divers types de friandises qui augmenteront ces différentes caractéristiques. Si on choisit l’aliment préféré d’un familier, ce dernier développe un lien plus fort avec son propriétaire et ses caractéristiques peuvent s’accroître d’autant plus.
Il existe un nombre conséquent de familiers (sans compter les évolutions) de plusieurs genres (lune, étoile, soleil ou planète) et les possibilités et les interactions avec eux sont nombreuses. Le tout est très bien pensé et le système de progression des familiers et des personnages l’est tout particulièrement. La progression générale du jeu est l’un de ses points forts malgré le classicisme de l’ensemble. Le jeu ne révolutionne pas le genre mais le tout est maîtrisé de A à Z. Et encore nous n’avons pas abordé toute l’étendue du jeu comme par exemple l’alchimie ou encore l’équipement des familiers ou des personnages.

Ni no Kuni : la Vengeance de la Sorcière Céleste - Screenshot 4

Un Ghibli interactif

Ce qui frappe en premier lorsqu’on lance le jeu est la qualité graphique des environnements et des personnages. L’ensemble du jeu est magnifique et les cinématiques le sont tout autant. La patte Ghibli est visible partout et fait l’essence du jeu. Level-5 a fait un incroyable travail. On sent qu’il y a eu un réel investissement du studio d’animation et on a vraiment l’impression d’évoluer dans un de leurs films. N’oublions pas la qualité de la bande sonore exceptionnelle, Joe Hisaishi n’ayant rien perdu de son talent.
Le titre est riche en contenu et le joueur a des dizaines et des dizaines d’heures de jeu devant lui grâce à une histoire principale plutôt longue mais aussi et surtout aux nombreuses et variées quêtes secondaires.

 
On aime
+ L’univers
+ Les graphismes
+ Le système de progression
+ Les musiques

On aime moins
– Un relatif classicisme

Verdict
Ni no Kuni : La Vengeance de la Sorcière Céleste ravira les nostalgiques et les novices du genre JRPG mais également les amoureux du studio d’animation Ghibli. Avec une progression et un système de combat bien pensés ainsi qu’un univers enchanteur, le titre de Level-5 reste classique mais se démarque clairement de la concurrence pour être un des must-have de ce début d’année. Ni no Kuni est une véritable invitation au voyage et à la rêverie.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.