Test – New Little King’s Story

Sorti incognito à la fin du mois de septembre 2012, New Little King’s Story reprend la formule du jeu « Little King’s Story » sorti en 2009 sur console Nintendo Wii, en proposant une aventure inédite et adaptée à la PS Vita. On dirige ainsi un jeune Roi exilé de son royaume, qui va devoir avec l’aide de vaillants sujets, reconquérir des territoires de façon à reconstruire un nouveau royaume.

New Little King's Story - Screenshot 1

Projet Royal

Le titre s’inscrit dans la tradition des RPG, avec une grande carte à découvrir ainsi qu’un système d’évolution des personnages. de métiers, de personnalisation des équipements et de gestion de ressources. C’est donc un vaste programme qui attend son altesse que l’on va aider dans son périple avec notre chère PS Vita qui, il faut le dire, se languissait d’une aventure de ce type depuis sa sortie. Dès le début de la campagne, le ton est donné, c’est à dire qu’il va falloir repartir de zéro et tout reconstruire. Ainsi, il faudra développer une ville entière autour de notre château de façon à faire prospérer notre royaume. Amusant d’ailleurs de constater que notre château ressemble au départ à une ferme, ferme qui prendra bien évidement de l’ampleur au fil de l’aventure.
Pour développer le royaume, notre bon Roi devra impérativement enrôler des citoyens et leur donner un métier spécifique au besoin du moment (il est bon de mentionner également qu’un citoyen ne peut apprendre et effectuer qu’un seul métier à la fois). Une horde d’ennemis vous assaille ? Il suffit alors d’envoyer des citoyens dans une cabane de soldats, puis de diriger ces derniers contre votre envahisseur. Un tronc d’arbre vous bloque la route ? Des citoyens convertis en bûcherons vous débarrasseront sans encombre de cet obstacle. Et ainsi de suite avec plus d’une dizaine de métiers, allant du paysan au mineur, le marchand ou encore le chef cuisinier. A noter que le nombre de citoyens dépend du nombre de bâtiments construits. Pour attribuer les métiers mais également pour construire les bâtiments, il faudra impérativement cumuler et dépenser de précieux BOL (la devise monétaire dans le jeu).

Roi en Formation

Une fois les métiers attribués, les citoyens pourront alors plus efficacement accompagner le Roi dans son périple en formant la garde royale. Car même si la couronne est vissée sur sa tête, le Roi dispose d’une santé fragile (en effet, sa barre de vie ne compte que 3 unités, alors que celle des citoyens pourra évoluer). Il est toutefois possible de sortir l’épée de sa majesté pour distribuer quelques coups bien inspirés à l’ennemi. La gestion des soldats et autres citoyens deviendra alors une priorité pour garder le Roi en vie (une mort équivaux à un « Game-Over », avec la possibilité de retourner au château pour recommencer la quête en cours). Une fois la disposition de la garde royale choisie (il est en effet maladroit de mettre en 1ère ligne les paysans alors que notre garde inclut des soldats), il sera possible de les envoyer à l’assaut des ennemis (soit par une pression des boutons, soit par un appui sur l’écran). Bien évidemment, d’imposants boss vous barreront à des moments donnés le chemin, et leur défaite vous permettra d’agrandir et d’étendre votre royaume.

New Little King's Story - Screenshot 2

Roi bisouilleur, musical et héroïque

En plus des citoyens, il est également possible d’enrôler l’une des princesses dans notre garde royale (après les avoir sauvées). Plusieurs princesses seront à délivrer des griffes de l’horrible Roi des démons, chacune possédant des capacités propres comme augmenter la puissance, dompter les ennemis ou assommer les monstres. Enfin, lors du combat final et en fonction de la princesse choisie, la fin trouvera un dénouement différent.
Les mélodies que l’on découvre dans le jeu paraissent familières et pour cause : ce sont ni plus ni moins que quelques unes des plus célèbres musiques classiques (notamment « Rhapsody in blue »), habilement réorchestrées pour l’occasion.
Complexe au premier abord, le jeu se révèle d’une formidable richesse et dispose d’une durée de vie conséquente (comptez une trentaine d’heures pour en voir le dénouement, facilement le double si vous tentez de tout faire). La conquête du royaume n’est pas une balade de santé, attendez-vous à croiser la route de boss qui demanderont une préparation rigoureuse de votre garde royale. Les graphismes ne capteront pas plus que cela votre attention, mais ce sera bel et bien la gestion stratégique de vos troupes et la conquête totale du royaume qui vous motiveront à aller au bout de l’aventure.

 
On aime
+ Le design mangas soigné des principaux protagonistes
+ La création du royaume véritablement plaisante et gratifiante

On aime moins
– L’histoire très courte
– Les manipulations tactiles
– Les serveurs multijoueur

Verdict
New Little King’s Story est une agréable surprise, malheureusement très peu mise en avant lors de sa sortie, qui mérite pourtant que l’on s’y intéresse.

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.