Test – Need for Speed

Ce nouvel opus tant attendu ne cache pas ses inspirations telles que les Need For Speed Underground 1 et 2, Carbon et Most Wanted. Les amoureux de la saga ne peuvent qu’avouer que ces premiers jeux sont les meilleurs de la série. EA s’est donc inspiré du meilleur pour relancer une licence en perte de vitesse depuis quelques années.

Need for Speed - Immersion

Immersion

Il est impossible de commencer sans dire que le jeu est beau, très beau même. Les véhicules sont joliment modélisés au point de se demander si cela est véritablement un jeu. La carte, elle aussi, est plutôt jolie. Elle nous offre la possibilité de goûter à la ville, l’autoroute et les routes sinueuses et montagneuses que tout amateur de drift ne peut qu’aimer. On y ressent fortement l’inspiration des premiers Need For Speed. Cela nous offre une map complète, quoi qu’un peu petite puisque les tracés viennent à se répéter. 
Les cinématiques, en scènes réelles et filmées, continuent de nous faire croire au réalisme du titre. Les acteurs sont plutôt bons et le doublage en français est réussi. Ces scènes nous offrent même de voir et apprécier le jeu d’acteur de véritables pilotes tels que Ken Block ou Travis Pastrana, entre autres.
La conduite, point plus qu’important dans un jeu de course, est plus qu’agréable. On retrouve une conduite arcade mais pas totalement puisque la motricité du véhicule ou encore son poids se fait ressentir. Malgré cela, il ne vous faudra pas longtemps pour vous adapter à un véhicule et dévaler les routes. Concernant l’ambiance sonore, sous le vrombissement de notre moteur, on peut y entendre une excellente bande-son, propre aux Need For Speed.

Cependant, on peut regretter l’absence d’une vue au volant. Cela aurait été très plaisant pour le joueur qui aurait pu se prendre pour un véritable pilote. 
Lors de notre aventure, nous avons un superbe gadget : un téléphone. Celui-ci passe son temps à sonner. Les protagonistes nous appellent, nous indiquent de nouvelles courses ou points de rendez-vous. Décrocher permet de faire avancer le scénario. Cependant, dans un souci d’immersion, les coups de téléphone en pleine course ne devraient pas être présents, bien qu’il soit possible de ne pas décrocher.

Customisation

Aucun doute, la customisation est LE point fort de ce nouvel opus. Il est possible de passer plusieurs heures sur un seul véhicule afin d’obtenir le bolide de nos rêves. Concernant la personnalisation visuelle, on retrouve : les feux avant et arrière, les vitres, le capot, les pare-chocs avant et arrière, la lame de pare-choc, les splitters avant et arrière, les pneus et jantes, les ailes avant et arrière, les rétros, les jupes latérales, les échappements, le diffuseur, la plaque d’immatriculation, le capot de coffre, l’aileron et le système audio. Il est aussi possible d’opter pour un kit carrosserie qui permet de modifier l’allure générale de la voiture tout en permettant de modifier par la suite quelques éléments de façon indépendante. Cependant, les kits nous offrent la modification de pièces qui ne sont pas toutes modifiables seules. 
Pour avoir un modèle encore plus unique, vous pouvez vous amuser avec les stickers. Ceux-ci sont variés, allant de simples formes géométriques, en passant par des stickers de marques ou encore en version camouflage. Cependant, l’outil est délicat à l’utilisation et manque de précision. Autre outil qui vous fera passer beaucoup de temps, celui de la peinture. La palette de colorie est infinie grâce aux options de teinte, de saturation, de luminosité, de métallisation, de lissage, et de vernis. L’outil permet des couleurs uniques mais parfois difficiles à atteindre. Il existe la possibilité de sauvegarder les couleurs afin de les utiliser sur d’autres voitures.

Autre que l’apparence, il vous faudra prendre soin des performances de votre véhicule. Pour cela, vous aurez à disposition de nombreuses pièces à modifier. Celles-ci influeront sur l’accélération, la vitesse de pointe, la puissance ou bien vous permettra la modification du comportement sur route, du drift au grip. Ainsi, pour booster votre engin, vous pourrez investir dans : embrayage, système de nitro, suspension, différentiel, pneus, freins, frein à main, barres antiroulis, filtre à air, système de refroidissement, collecteur d’admission, système d’alimentation, admission forcée, système électrique, allumage, calculateur, bloc moteur, arbre à cames, culasse, collecteur d’échappement et système d’échappement. Le réglage du comportement quant à lui vous permettra d’adapter votre véhicule à votre conduite, du drift au moindre virage ou bien à une tenue de route à toute épreuve. Vous pourrez opter pour un réglage rapide et automatique ou alors modifier les différents paramètres pour un réglage plus minutieux.

Somme toute, quelques regrets : lors de la customisation, le visuel sur la voiture reste fixe, ce qui nous empêche de faire le tour de la voiture lors des modifications, ce qui nous oblige à acheter avant de pouvoir voir l’aspect général de notre voiture. De plus, pour ceux ayant dévoré les Underground, vous remarquerez que les néons, ainsi que les prises d’air de toit et les vitres teintées colorées sont manquantes. Cependant, des ajouts gratuits ont été annoncés, ainsi, nous verrons peut-être ce type de contenus être ajouté par la suite.

Scénario

Le scénario n’a rien d’exceptionnel. Nous sommes un petit nouveau qui tente de faire sa place au sein des pilotes déjà présents dans la ville. Petit plus : la participation de quelques pilotes connus mondialement et qui, si vous en êtes digne, deviendront vos amis. Le scénario est découpé entre différents protagonistes qui représentent chacun un « aspect » de conduite. On retrouve donc la vitesse (avec des épreuves de courses en circuit, des sprints et des contre-la-montre), le style, (avec des épreuves de drift, des concours de drift et les Gymkhana), le Crew (avec des trains drift et le Touge), la customisation (avec différents types d’épreuves) et pour finir, l’aspect hors-la-loi, composé de défis et de courses diverses en rapport avec la présence de force de l’ordre. Finalement, le scénario est peu prenant, mais nous offre une découpe avec des types de courses, permettant finalement de faire notre choix selon notre envie du moment. Les missions vous apporteront du cash ainsi que de la réputation qui vous permettra d’augmenter votre niveau. Ce dernier ne sert qu’à une seule chose : débloquer des pièces de customisation et de performance au garage.
Les courses sont classées en trois niveaux : facile, moyenne et difficile. Le niveau facile l’est vraiment, ainsi on peut toutes les finir avec la première voiture sans faire autre chose que du custom visuel. La difficulté se trouve véritablement présente qu’à partir des missions « difficiles ». Elles le sont finalement du fait de l’IA qui apprécie vous rentrer dedans lors d’une performance de drift ou qui vous takedown gracieusement sans que vous n’ayez rien demandé en pleine ligne droite.

Environnement

La carte de Ventura Bay se trouve être ni trop petite, ni trop grande. Elle est découpée avec des passages en ville, sur autoroute ou encore sur routes de montagne, ce qui rappellera de bons (pas forcément) souvenirs aux joueurs de Need For Speed Carbon. La luminosité est liée au quartier dans lequel nous nous trouvons. Ainsi, parfois il fera nuit noire, parfois le jour sera sur le point de se lever. Cela permet d’éviter une sorte de lassitude sur l’aspect global de la carte. Cependant, les rues sont assez vides. Nous sommes bien loin des véritables rues de villes américaines. A dire vrai, cela nous permet de courir sans être frustré par les véhicules nous bloquant la route. Les développeurs ont donc réussi à trouver un bon équilibre. Cependant, hors courses et missions, il y a très peu de choses à faire. On peut noter les panoramas à voir, les donuts à faire et les pièces gratuites à récupérer, qui font partis des collectors, mais on est bien loin des défis saut ou vitesse des anciens NFS. Espérons donc des ajouts à ce niveau lors de prochaines mises à jour.

Il nous est aussi possible de défier un pilote IA ou réel dans un sprint, drift ou mise à distance. Des défis quotidiens sont aussi présents et nous permettent de booster notre réputation. La police quant à elle n’est pas très présente et vite lassante. Une ou deux voitures nous suivent et nous rencontrons parfois des barrages plus ou moins franchissables selon notre niveau de poursuite. Il nous est impossible de détruire un véhicule de police qui nous poursuit, nous laissant pour seule option de les semer. On augmente durant la poursuite notre réputation ainsi qu’une amende, qui malheureusement n’entre pas dans notre porte-monnaie une fois la poursuite terminée. Contrairement à d’autres NFS, la police ne s’avérera pas d’une extrême difficulté.

Need for Speed
Date de sortie
05/11/2015
Genre
Course auto
Editeur
Electronic Arts
Développeur
Ghost Games
Boutique

Acheter Need for Speed

Qualités
  • Bande-son
  • Map
  • Conduite
  • Customisation
  • Types de voitures
Défauts
  • IA
  • Fonction Crew
  • Connection permanente
  • Rejouabilité
VERDICT

Vraiment sympa

Bien que le jeu soit plus qu’agréable à regarder et plutôt plaisant à jouer dans son ensemble, quelques points en font un titre qu’on joue de long et en large, puis qu’on oublie. L’IA est énervante, on la déteste, et on se demande comment en 2015, une IA peut être aussi peu… intelligente. La rejouabilité est nulle, puisque notre progression est en ligne et qu’il nous est possible de ne posséder que cinq véhicules dans notre garage. Une fois les 79 missions faites et nos cinq voitures préparées, que faire ? Le 100% du jeu s’obtient en 25 à 30 heures selon votre style de jeu, plutôt balade ou plutôt enchainement de missions. Une option de Crew est disponible et quasiment impossible si vous n’avez pas d’amis avec lesquels jouer. Pour finir, une connexion permanente est obligatoire, cependant elle n’apporte rien de concret, du moins pour le moment, puisqu’il semblerait que des ajouts soient prévus. Malgré cela, les amoureux des premiers Need for Speed, à qui il plaira sans aucun doute, y retrouveront l’adrénaline du pilote des rues.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.