Test – Murasaki Baby

Murasaki Baby est un jeu vraiment à part. A tel point qu’on se laisse surprendre au fil de notre aventure. A la croisée des chemins entre Ico, Limbo et un monde de cauchemars.

Je suis ton guide

Dans cet univers intégralement en deux dimensions, nous découvrons Baby, petite fille qui se réveille et s’aperçoit que sa mère a disparu. Sa particularité est qu’elle tient un ballon violet en forme de cœur qui flotte à ses côtés à l’instar des ballons gonflés à l’hélium qu’on peut acheter dans les fêtes foraines.
Notre rôle est de tenir Baby part la main afin de l’aider à trouver sa mère. Mais attention, il faut aussi protéger le ballon, car s’il s’envole ou s’il crève ça nous fait recommencer au dernier point de passage. Ce ballon symbolise tout simplement la vie de Baby.
Notre seul moyen de faire avancer Baby est de lui prendre la main avec notre doigt, sans la faire courir trop vite sous peine de la faire trébucher. Baby étant assez peureuse il faudra parfois l’encourager pour sauter au-dessus de petits trous dans le décor ou taper sur l’écran pour détruire notamment des épingles à nourrice volantes qui voudraient percer le ballon !

Mondes parallèles

Au fur et à mesure de notre progression, nous rencontrerons d’autres enfants avec des ballons de différentes couleurs. En les perçant nous pourrons avoir accès à d’autres arrière-plans. Chacun d’eux possède ses propriétés. Sur l’un on pourra faire souffler le vent en tapotant le pavé tactile arrière, dans un autre on pourra faire apparaître des chemins qui ne sont pas visibles dans les autres arrière-plans. On devra même dans un passage retourner la PlayStation Vita pour inverser la gravité et ainsi progresser en marchant au plafond.
La résolution des énigmes présentes nous fera manipuler les différents arrière-plans, souvent même deux, voire trois en alternant rapidement. Votre dextérité sera mise à l’épreuve.

Une ambiance graphique et sonore unique

L’aspect graphique du jeu est tout simplement unique. Tout est dessiné à la main dans un style crayonné du plus bel effet. Les personnages ont une apparence loufoque, avec un petit corps, une grosse tête et une bouche située au dessus des yeux et non en-dessous.
Les différents univers traversés sont singuliers, avec toujours une couleur dominante et lors du changement d’arrière-plan les couleurs changent. Ce jeu nous rappelle que l’écran de la PS Vita est d’excellente facture avec de très beaux contrastes et des couleurs vives.
Concernant la partie sonore, c’est tout aussi bon, les petits bruits de Baby criant « Mommy ! », « Mommy ? » sont touchants. Les musiques collent très bien aux décors et ne sont pas superflues.

Murasaki Baby est un jeu qui sous son aspect enfantin n’est peut-être pas forcément destiné aux plus jeunes. En effet la difficulté n’est pas excessive mais il est probable que l’ambiance assez glauque n’attire pas les jeunes ados.
Sa durée du vie est courte, comptez entre trois et quatre heures pour voir le générique de fin. Le rapport durée/prix est donc assez honnête.
Malheureusement on pourra pester contre le fait que coller notre doigt en plein milieu de l’écran pour tenir la main de Baby gâchera la visibilité. On pourra aussi faire de fausses manipulations avec le pavé tactile arrière lorsque nous devrons retourner l’écran.

Verdict

Qualités
+ Ambiance graphique et sonore qui vaut le détour
+ L’utilisation des arrières-plans…

Défauts
– …qui peut parfois être hasardeuse
– Manque de lisibilité par moment.

Avis
Si vous êtes à la recherche d’un jeu qui sort des carcans habituels vous serez comblés. On est en effet séduit par Baby et devoir lui tenir la main tout le long de la partie rappellera des souvenirs aux joueurs de Ico, sorti sur PS2 en 2001. Cependant, sa jouabilité parfois hasardeuse vient entâcher un peu l’expérience de jeu.

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.