Test – Max Payne 3

Très appréciée des joueurs PC, la saga Max Payne se voit prolongée grâce à un 3ème épisode très attendu qui n’est plus développé par le studio Remedy à l’origine de la licence, mais par Rockstar Vancouver. Celui-ci est-il à la hauteur des deux autres opus ?

 
Comme un lendemain de cuite
Max, ancien flic de New York, ne s’est toujours pas remis de la perte de sa femme et de sa fille, abattues de sang-froid par des drogués. Depuis ce tragique évènement, il noie régulièrement son désespoir dans l’alcool. À la suite d’une situation qui a dégénéré, celui-ci se voit contraint de quitter cette ville aux sombres ruelles et d’accepter de travailler comme consultant en sécurité pour une riche famille de Buenos Aires.
La première chose qui peut perturber les habitués de la licence est la disparition de l’ambiance noire qui caractérisait si bien les précédents épisodes : place à des niveaux plus colorés, vous faisant évoluer dans des environnements luxueux et variés. Les traditionnelles cinématiques sous forme de comics sont maintenant animées par le moteur du jeu et agrémentées d’effets artistiques plus que discutables (sans parler du retour de David Guetta pour la musique), rendant celles-ci difficiles à suivre. Tout cela est fort dommage étant donné que le casting audio ainsi que la mise en scène sont toujours excellents. Malgré ces changements, l’action non-stop (principal atout de la licence) est bien présente du début jusqu’à la fin grâce au « bullet time », système permettant de ralentir le temps quelques secondes afin d’éliminer les vagues incessantes d’ennemis.

 
A force de s’arracher les cheveux, on finit chauve…
Le mode solo, d’une durée de vie de dix heures, mettra vos nerfs à rude épreuve pour peu que l’on prenne la peine d’y jouer en difficile et sans aide à la visée (afin d’affirmer sa virilité… ou alors vous êtes seulement masochiste). Outre les vagues d’ennemis, les niveaux sans points de sauvegarde ni même éléments pour se soigner pendant plusieurs minutes, il vous faudra faire preuve de patience pour réussir chaque tir bien placé – rendant l’action digne d’un miracle – au contraire d’une aide à la visée qui tend à trop assister le joueur au point de rendre l’aventure beaucoup trop rapide à finir et sans plaisir distillé. Malgré les apparences, Max ne fait pas son âge. Celui-ci pourtant doté d’un physique de John McLane, voit ses réflexes dignes de ceux d’un vieillard lorsqu’il s’agit d’enchaîner plusieurs actions telles que se mettre à couvert, se soigner, recharger, pénalisant alors le gameplay qui se veut pourtant nerveux.

 
Marre de faire ça tout seul ? Essayez à plusieurs, c’est encore meilleur !
Pour vous aider à vous changer les idées entre deux parties, vous pourrez compter sur les modes solos « New York Minute » faisant office de Time Attack et « Score Attack » où il faut réaliser le plus gros score. Mais le point le plus intéressant de Max Payne 3 reste sans conteste son mode multijoueur permettant d’apprécier l’expérience de Rockstar dans ce domaine. Plus qu’étoffé grâce à ces onze modes de jeu différents tels que les classiques matchs à mort (en solo ou en équipe), certains (notamment Gang Wars ainsi qu’un mode survival) seront à débloquer grâce à un système de trophées rendant l’expérience rapidement addictive. Chaque partie en multi sera alors appréciée pour sa simplicité, mais aussi pour son efficacité. D’autant plus que bon nombre de joueurs s’y essayent.

 
Nostalgie, quand tu nous tiens…
Au final, on a le sentiment que cette licence subit le même sort que la saga Splinter Cell dont le dernier épisode est sorti sur une console concurrente par rapport aux trois premiers opus (pourtant tous développés par Ubisoft) : le nom, le personnage principal et le gameplay sont bien présents, mais l’ambiance, l’âme même du jeu sont portées disparues au profit d’éléments permettant essentiellement de toucher la nouvelle génération de joueurs. Les vieux croulants n’ont plus qu’à retourner à l’hospice en pensant aux précédents épisodes ou tout simplement en acceptant les changements et en prenant plaisir sur la partie multijoueur.

 
On aime
+ Le héros charismatique
+ De l’action non-stop
+ Le mode multijoueur jouissif

On aime moins
– La jouabilité inégale
– Les cinématiques agrémentées d’effets horribles
– L’ambiance n’est plus aussi sombre

Verdict
Max Payne 3 était un jeu assez attendu. Bien que la partie solo soit quelque peu décevante car peut être trop différente des anciens épisodes, le côté multijoueur quant à lui saura vous séduire immé-diatement et vous offrir de longues heures de plaisir de jeu variées et addictives. Finalement, les nouveaux joueurs seront ravis de découvrir cette licence tandis que les anciens pourront découvrir de nouveaux modes basés sur leu jeu favori.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.