Test – Majin and the Forsaken Kingdom

Vous êtes seul… vous n’avez que peu d’amis et votre sens de l’Aventure vous démange mais vous ne savez que faire !? Qu’à cela ne tienne, offrez-vous l’amitié d’un Majin seul et abandonné de tous et partez dans une aventure épique et inoubliable, qui feront de vous et de votre balourd mais si attachant compagnon un duo inséparable.

 
De la majin dans l’air
Dans Majin and the Forsaken Kingdom, vous incarnez un jeune voleur intrépide dans un royaume dévoré par les ténèbres. Doté d’une capacité extraordinaire puisque vous pouvez parler aux animaux, vous voilà parti à l’aventure pour comprendre pourquoi ce « mal » engloutit peu à peu les hommes et la faune de votre monde, autrefois havre de paix.
Pour vous aider dans votre quête et peut-être sauver votre royaume, vos amis les animaux vous parlent d’une ancienne légende qui pourrait faire pencher la balance de votre côté : Le Majin, ancien protecteur du royaume doué d’une force et de pouvoirs extraordinaires.
Mais lorsque vous le rencontrez pour la première fois, il est certes impressionnant de par sa taille mais très affaibli par sa solitude et des années d’emprisonnement par les ténèbres.
Cent ans auparavant, le Majin avait échoué dans son combat contre les ténèbres et avait dû cristalliser la princesse du royaume afin de la tenir à l’écart de ce mal.
Maintenant réunis, vous et votre gigantesque compagnon allez devoir faire équipe et allier vos capacités afin de récupérer tous les pouvoirs du Majin pour espérer vaincre les ténèbres et retrouver la princesse.
Le scénario du jeu n’est pas particulièrement original et discuter avec des animaux aux voix humaines est assez déstabilisant au début mais ce n’est pas là qu’est la force du jeu. D’une part, le scénario n’est pas aussi niais qu’il paraît dans son évolution jusqu’à sa conclusion finale. Ensuite, ce n’est pas l’histoire, mais l’amitié entre les deux protagonistes qui rend « Majique » cette aventure. Les réactions, le côté un peu maladroit et « limité » du Majin en font un être attachant et drôle. La relation qui s’installe entre vous est faite de complicité, de soutien, d’entre-aide et est sublimée par le système de jeu.

playstation magazineplaystation magazine

 
Un système « Majiniesque »
Pour évoluer dans votre environnement ou combattre les ténèbres, vous pouvez essayer de le faire par vous-même mais vous comprendrez très vite que vous n’irez pas bien loin seul. Le système de jeu et le level-design a été entièrement pensé autour du duo et de leur complémentarité. Tout le système de jeu est basé sur les ordres que vous pouvez donner au Majin afin d’accéder à des endroits impossibles à atteindre sans son aide ou pour combattre d’immenses gardes des ténèbres. Il vous faudra employer la ruse pour battre de nombreux gardes en un seul coup ou pour les séparer afin de réduire le nombre d’adversaires à combattre. Il vous faudra aussi parfois quitter votre acolyte afin de trouver comment faire passer le Majin bloqué à différents endroits, en général d’immenses portes.

playstation magazineplaystation magazine

Et ce système d’ordre marche très bien malgré quelques petits ratés par moments. Il arrive en effet que lorsque vous voulez désigner un ennemi en particulier, la visée ne soit pas adéquate et que vous donniez l’ordre à votre Majin d’attaquer un autre ennemi ou de faire carrément autre chose. Heureusement, cela n’arrive que très rarement.
De plus lors de votre aventure, vous devez récupérer des gros fruits qui contiennent de la vie, de la force ou de tout nouveau pouvoir pour le Majin, mais qui lui sont impossibles à atteindre. Ainsi votre Majin acquière tout au long de l’aventure les pouvoirs du feu ou du vent par exemple. L’obtention de ces nouveaux pouvoirs débloqueront dans des endroits que vous aviez visité avant, des passages dont l’entrée vous était interdite. Il est donc normal que par moments vous pensiez être bloqué mais il n’en est rien, en fait il suffira souvent de revenir à ces endroits plus tard dans l’aventure.
Enfin au niveau technique Majin and the Forsaken Kingdom est plutôt joli graphiquement et l’univers est assez enchanteur bien que certains passages soient plus réussis que d’autres. Le seul véritable souci technique du jeu est un problème de framerate qui provoque des ralentissements assez réguliers, bien qu’ils ne soient pas véritablement dérangeants, il cassent un peu l’ambiance du jeu.

playstation magazine

Au final, Majin and the Forsaken Kingdom est un excellent jeu avec une bonne durée de vie, qui serait un croisement entre Ico et Zelda mais qui réussit à s’octroyer au fur et à mesure de l’aventure sa propre identité. De plus la difficulté est très bien dosée et le sentiment de liberté nous change des dernières productions en date. Les défauts mineurs du jeu n’entachent en rien l’exaltation que vous procurera le jeu et la relation entre les deux personnages.

 

LES PLUS
+ Durée de vie
+ Level-design
+ Relation entre les deux personnages
+ Difficulté savamment dosée

LES MOINS
– Ralentissements

APPRECIATION GENERALE
Si vous n’en avez pas encore fait l’acquisition, vous ratez une des meilleures surprises de la fin de l’année 2010.

NOTE
17/20

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.