Test – Lightning Returns : Final Fantasy XIII

Comme l’indique le titre du jeu, Lightning est de retour pour le plus grand bonheur de ses fans et observée d’un œil méfiant voire mauvais par ses détracteurs. Après deux épisodes n’ayant pas fait l’unanimité mais loin d’être mauvais (n’en déplaise à certains), ce troisième opus change-t-il la donne ? Même univers, même personnages mais systèmes de jeu et de combat complètement différents… Cela suffira-t-il à faire changer d’avis les plus récalcitrants et remporter l’adhésion une troisième fois des fidèles ? Lightning peut-elle à elle seule porter le monde sur ses épaules ? Éléments de réponses…

I’m a Single Lady

Non, l’auteur de ces lignes n’est pas une femme célibataire ayant comme peur secrète de mourir seule, dévorée par des bergers allemands. C’est Lightning qui le revendique. Répondant à l’appel de Beyoncé : « All the single ladies… Now put your hands up », Lightning a levé les mains en l’air et se retrouve désormais seule face à l’adversité dans Lightning Returns : Final Fantasy XIII.
Réveillée après un profond sommeil d’une centaine d’années, Lightning découvre un monde, rongé par le Chaos, sur le point de disparaître. Le peuple, submergé par la détresse et sans espoir, ne peut qu’assister à la destruction imminente qui s’abat sur lui. A quelques jours de la fin, la Libératrice (Lightning) s’éveille et devient le dernier espoir de l’humanité.
Au cours de son périple, Lightning (que nous contrôlons et seul personnage jouable) croisera néanmoins sur sa route d’anciens amis (Snow, Vanille, Noel…). Elle est aidée dans sa quête par Hope, un de ses fidèles compagnons du premier épisode. Ce dernier nous aiguille tout au long de l’aventure sur ce que nous devons faire.

L’histoire de cet opus se révèle aux premiers abords plutôt complexe et déstabilisante pour au final être bien plus simple qu’il n’y paraissait. Il est vrai qu’au départ on ne comprend pas réellement les tenants et les aboutissants et cela s’avère un poil repoussant. Mais plus le jeu avance, plus on saisit les enjeux et plus l’histoire se révèle intéressante. Sans être géniale, cela reste sympathique à suivre.
L’autre souci vient du personnage de Lightning qui ,comme à son habitude, est froide voire glaciale et il est difficile de s’y attacher et d’être en empathie avec son histoire. Même si cela est justifié dans le jeu, tout ce qu’on aimerait lui dire est : « Non mais pètes un coup ! Enlèves le balai de ton fondement ». Lightning et le jeu est (se prend) très au sérieux, très premier degré. Comme pour tous les épisodes de Final Fantasy XIII, le cruel manque d’humour se fait ressentir, si ce n’est deux ou trois passages (qui eux sont tout de suite plus agréables et apportent une bouffée de fraîcheur). Mais sur la longueur c’est trop peu.

13 jours sinon rien…

Dans Lighning Returns, « dernier espoir de l’humanité » ne signifie pas empêcher la fin du monde. Cette dernière est inévitable. Le joueur ne peut que gagner un peu de temps devant l’inexorable. Pour ce faire, Lightning doit accumuler de la Radiance en aidant les personnes que vous croiserez sur votre chemin. Ainsi cela vous permettra d’obtenir des jours supplémentaires avant la fin du monde, votre but étant d’atteindre le 13ème jour.
Mais remplir cet objectif ne sera pas une mince affaire. Il vous faudra jongler entre quête principale et missions annexes (une soixantaine au total) afin de pouvoir battre les différents boss (particulièrement puissants) qui parsèment votre aventure. En effet, ce ne sont plus les combats qui vous permettent de gagner de l’expérience et de monter en niveau. Il n’y a tout simplement plus de niveaux. Pour devenir plus puissant, cela passe par l’accomplissement des différentes étapes de la quête principale et par la réussite des quêtes secondaires. Une fois une mission remplie vous gagnerez en force, en magie, en nombre de PV (Point de Vie)…
Et pour battre certains boss, il vous faudra ne pas vous cantonner à la quête principale sous peine de vous faire laminer malgré tous vos efforts et votre préparation.

Cette alternance entre histoire principale et missions annexes est d’autant plus importante que le temps est compté et que chaque heure est déterminante. En mode normal, le jeu vous proposera un vrai challenge. En effet, chaque combat perdu ou fui vous fait perdre une heure au chrono. Il faut donc faire les quêtes secondaires pour devenir plus puissant tout en faisant attention au temps qui s’écoule afin de ne pas trop en perdre pour pouvoir faire avancer l’histoire. D’autant que la sanction en cas d’échec à atteindre les 13 jours ou le manque de puissance pour vaincre le dernier ennemi est tout simplement un Game Over total. Il vous faudra recommencer le jeu du début mais en conservant les statistiques, l’équipement, les compétences, l’argent et les objets collectés dans une partie New Game +. Et en mode normal, il est très probable que cette solution extrême soit votre seule option. Il vous faudra alors recommencer toute la trame principale, ce qui est un peu galère malgré le fait de pouvoir passer toutes les cinématiques. Si cette perspective vous effraie, nous ne pouvons que vous conseiller de débuter le jeu en mode facile afin de profiter du jeu en une seule fois, ce qui est bien plus aisé à faire car les ennemis seront moins coriaces et vous n’aurez aucune sanction si vous fuyez ou perdez un combat. Et le challenge reste cependant présent mais dans une moindre mesure.

Le système de jeu est un peu extrême mais pourtant c’est ce qui fait l’atout de Lightning Returns car s’il fait peur et frustre au départ, il est en fait très bien pensé si ce n’est devoir se retaper toute la quête principale en cas d’échec qui aurait pu être un poil moins frustrant. Mention spéciale à ce système de gain d’expérience en remplissant des quêtes au lieu du bête level-up en enchaînant les combats.

Un monde, 4 lieux

Le jeu se déroule dans un monde ouvert où le temps s’écoule. Lightning y est envoyée chaque jour dès 6 heures du matin et doit faire le plus de choses possibles en 24 heures (soit un peu plus d’une heure de jeu) avant de retourner sur l’Arche (sorte de QG où le temps ne s’écoule pas). Une fois de retour sur l’Arche, vous passez au jour suivant. Le monde de Nova Chrysalia est composé de 4 régions : Luxerion, Yusnaan, les Terres Sauvages et les Dunes de la Mort. Au bout d’un certain temps, vous voyagerez à votre guise entre ces endroits pour remplir vos différents objectifs. Ayant 24 heures à passer sur le monde de Nova Chrysalia par jour (CQFD), ce dernier vit au rythme du cycle jour/nuit, et certains endroits et quêtes ne seront accessibles qu’à certains horaires ou pendant un certain laps de temps. A vous là aussi de jongler avec les heures d’ouverture ou la présence de certains personnages selon les moments de la journée.
Heureusement Lightning possède plusieurs pouvoirs qu’elle acquiert au fil de l’aventure dont la Chronostase. Cette dernière permet de stopper momentanément l’écoulement du temps et donc de gagner de précieuses heures avant la fin d’une journée. Usez et abusez-en dès que vous le pouvez, même si au départ il vous faudra plutôt l’utiliser avec parcimonie.
En effet, utiliser la Chronostase coûte un PE (Point d’Energie) et vous êtes plutôt limiter au départ en PE. Pour en accumuler, la seule solution est de combattre les ennemis qui croiseront votre chemin. Les combats ne permettant plus de faire du level-up, ils prennent leur sens en boostant plus ou moins la barre de PE. Les PE vous serviront également pour d’autres usages et pendant les combats.

Avoir du style, c’est important

Dans Lightning Returns, les phases de combat se déroulent de la manière suivante : Lightning peut et doit changer de style (jusqu’à 3). Chaque action qu’elle effectue (attaque, magie, garde…) fait descendre plus ou moins la jauge ATB. Une fois cette dernière vidée, il vous faut changer de style (qui correspond aux différentes tenues que porte notre héroïne) afin de continuer à attaquer ou à se défendre contre les ennemis. Le rythme est soutenu et pratiquement sans temps mort. Si dans les premières heures de jeu, on a l’impression de ne devoir appuyer que sur un bouton tout en switchant entre les différents styles, au fur et à mesure que les ennemis deviennent de plus en plus coriaces, le gameplay devient plus subtil. Ainsi il vous faudra composer avec les gardes (défense) afin de ne pas trop subir de dégâts et les facteurs de Choc qui affaiblissent l’ennemi et le rendent plus vulnérables. Ainsi selon les monstres, cela va d’un certain type d’attaque ou de magie en passant par une garde précise. Chaque action correspondant à un bouton de la manette, vous êtes rarement passif devant votre écran. A cela s’ajoute certains pouvoirs de Lightning qui puisent dans les PE, comme la Chronodilatation qui vous permet de ralentir le temps pendant un combat afin d’effectuer plus d’actions. A noter qu’en terme d’objets de soin vous êtes limité et ne pouvez avoir sur vous pendant les combats qu’un certain nombre de potions ou autres choses du genre.

Chaque style est composé d’une tenue, d’une arme, d’un bouclier, d’accessoires et d’ornements. Il vous suffit d’en acheter (auprès des forgerons ou des armuriers) ou d’en trouver pour vous fabriquer le style qui vous convient. De plus, vous attribuez les actions aux boutons de votre choix (croix, carré, triangle et rond). Tout est personnalisable, que ce soit au niveau du gameplay (même si la base est imposée) ou des tenues. Il est possible de les faire évoluer tout comme les magies grâce à la synthèse disponible chez les artisans. Pour récupérer des actions (attaque, magie, garde…), il suffit de combattre les ennemis qui les laisseront derrière eux une fois vaincus et que vous récolterez en plus des gils (monnaie du jeu). Plus vous accumulez un certain type de magies et d’attaques, plus vous pourrez les synthétiser (les fusionner) pour les rendre plus puissants.

Pour finir, le jeu est plutôt joli dans son ensemble même si par moment les textures de certains décors ne sont pas géniales et quelques endroits paraissent bien sombres. Final Fantasy XIII nous avait habitué à mieux mais ça reste plutôt correct, n’allons pas chipoter pour rien. Le jeu est fluide et les temps de chargement sont acceptables bien qu’un peu longuets sans installation (optionnelle). La durée de vie du jeu oscille entre une trentaine et une cinquantaine d’heures de jeu selon ce que vous ferez et selon votre réussite dans la quête principale. Les musiques sont de très bonne qualité comme toujours et le doublage aussi (bien qu’on puisse préférer les doublages japonais, malheureusement disponibles en contenu téléchargeable payant après deux semaines de gratuité).

Verdict

Qualités
+ Le système de jeu, de combat, des compétences…
+ Les quêtes secondaires
+ Le monde ouvert
+ Le challenge à relever

Défauts
– Une Lightning si peu attachante
– Le manque d’humour ou de second degré.

Avis
Lightning Returns est un bon jeu. Frustrant et déstabilisant au départ, il propose un gameplay bien pensé et qui s’accorde parfaitement avec le postulat de départ de l’histoire. Si vous êtes récalcitrant à l’univers, vous ne changerez pas d’avis. Pour les autres, après des premières heures de jeu un peu difficiles, Lightning Returns vous proposera le meilleur épisode de cette saga Final Fantasy XIII au niveau du gameplay. Dommage que l’héroïne soit si peu attachante (même si cela est justifié) et que l’histoire paraisse un peu décousue et du coup un peu complexe de prime abord.

Vraiment Sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.