Test – Killzone 3

L’heure de la retraite a sonné… Le leader Helghast, Scolar Visari, n’est plus mais l’enfer n’en est pas moins terminé pour les hommes de l’ISA !
Votre but ? Fuir ! Votre motivation ? Survivre ! Les Helghasts utiliseront tous les moyens techniques pour vous exterminer, laver leur honneur et affirmer ainsi leur suprématie ! Mais l’ombre d’une guerre interne pour le pouvoir semble s’insinuer dans les rangs du Conseil Helghast…

 
Soldats ! A vos rangs ! Fixe !
La situation est donc critique, vous devez rallier au plus vite les vaisseaux de l’ISA avant que toute la planète s’embrase… les soldats Helghasts aux trousses. Sev et Rico sont de nouveau de la partie et c’est aux commandes de Sev que vous allez vivre cette nouvelle aventure.
Il faut bien l’avouer, l’histoire n’est pas le point fort de ce nouvel opus et ne vous tiendra pas en haleine, malgré des cinématiques de belle qualité. Le scénario vous plonge d’une part dans les affres d’une querelle entre Rico et son commandant Narville, et d’autre part dans les affaires politiques des dirigeants Helghasts. Parfois peu cohérentes entre elles, ces cinématiques apporteront surtout du temps pour souffler après un rude passage de guérilla urbaine !

playstation magazine playstation magazine

 
L’arme à la main
L’intérêt du jeu saute aux yeux à peine le petit tutoriel passé et qui, pour l’anecdote, vous met dans la peau de soldats Helghasts. C’est la guerre… et ça se voit ! Le monde dans lequel vous évoluez est littéralement ravagé, et se frayer un chemin dans cet univers apocalyptique est un spectacle stupéfiant. Guerrilla Games a fait du bon travail de ce côté. Et ce qui donne encore plus de satisfaction réside dans le gameplay… celui-ci reprend les bases de l’opus précédent en ajoutant une fluidité accrue, une gestion simplifiée pour se mettre à couvert en une glissade et une visée dans « l’air du temps », bien réaliste avec ce léger tremblement de l’arme au poing. De ce côté rien à redire, la bête est maîtrisée et vos frags ne souffriront pas d’un manque d’efficacité.
Le petit plus vient du combat au corps à corps où l’efficacité de nos mains entre en compte ! Tuer un ennemi en lui crevant les yeux avec les pouces est violent, sadique peut-être, mais surtout jouissif !

 
De la tranchée boueuse aux coursives d’un vaisseau
Une fois n’est pas coutume, l’environnement de Killzone 3 varie ! La variété des décors n’était pas des plus élaborées dans les chapitres précédents et l’effort des programmeurs se voit ici en nous proposant une palette de lieux inédits.
Une capitale Helghast ravagée, un camp de fortune dans une jungle hostile et luxuriante, des usines High-Tech dans les montagnes enneigées ou encore les coursives futuristes de l’ascenseur spatial seront pour vous des terrains de jeu où hélas vous trouverez la mort à maintes reprises ! Bref, une réussite de ce côté, bien que le jeu n’offre pas suffisamment de liberté pour explorer ces univers différents.
L’aventure étant un brin trop « scriptée », le joueur avance de façon répétitive en rechargeant mécaniquement son arme devant l’abondance des caisses de munitions disséminées un peu partout au fil du jeu. Ce qui vient interrompre cette relative monotonie, c’est l’utilisation de véhicules aussi improbable que jubilatoire !
Un exosquelette digne des plus grands films de SF, un char usant de canons surpuissants ou les fameux jet-packs seront ainsi de la partie ! Et encore… la fin vous réservera un dernier véhicule tout à fait sympathique !

playstation magazine playstation magazine

 
Partir en campagne à plusieurs
Il devient rare de nos jours de voir un jeu sortir sans son fameux mode multijoueur. En général, ce mode offre une re-jouabilité quasi-inépuisable pour un titre au contenu court. Donc oui, Killzone 3 colle parfaitement à cette description. Le jeu est court puisque 6 ou 7 heures de jeu seront nécessaires pour le boucler sans réelle difficulté… l’IA de vos ennemis n’est pas des plus fulgurantes, en revanche leurs tirs sont précis et c’est surtout leur force de frappe militaire qui vous donnera du fil à retordre.
Le mode coop vous propose aussi de vivre le solo à deux, mais hélas cette option ne reste qu’accessoire car seulement possible en offline et en écran partagé. De plus, la coopération est très peu mise en évidence puisque peu d’interactions à deux sont présentes.
Le multi est surtout plaisant en ligne contre d’autres joueurs car là, c’est un deuxième jeu qui s’offre à vous ! Réellement abouti, il pourrait bien devenir l’un des meilleurs du moment. Des cartes interactives, des armes futuristes et la présence de mecha ou de jet-packs font de cette expérience un multi atypique.
Différents modes sont présents comme les classiques Deathmatch (mode Guerilla), qui vous propose différents objectifs en cours de partie ou un mode Opération dans lequel il faudra, suivant le camp que vous avez choisi, défendre ou attaquer un objectif.
La reconnaissance de vos exploits se fait par une évolution de votre grade, ce qui vous permettra de débloquer des aptitudes spécifiques pour chaque classe qui vous aideront à prouver votre supériorité sur vos ennemis ! De la tourelle de défense en passant par le droïde du médecin ou l’arme de sniper, vous n’aurez que l’embarras du choix.

 
En conclusion
Killzone 3 est un bon FPS avec un gameplay vraiment bien réglé et qui offre de ce fait un excellent contrôle de son personnage. Il souffre de quelques lacunes au niveau du scénario mais qui est très vite gommé par ses prouesses esthétiques et visuelles. C’est beau et pourtant c’est la guerre ! Une réelle évolution ressort du jeu par rapport à son prédécesseur grâce aux différentes variétés de lieux, d’armes et de véhicules mais là encore, sa courte durée de vie et son côté scripté apportent un bémol à ces nouveautés.

Le multi est quant à lui énorme, et le gameplay légèrement revu et fluidifié, donne vraiment envie d’y retourner ! Les cartes sont magnifiques et variées, proposant pour l’heure, un réel vent de fraîcheur dans la multitude de FPS en ligne. Rendez vous sur le multi !

 
LES PLUS
+ Des décors et lieux magnifiques
+ Les mecha, jet-pack et armes défouraillent bien !
+ Un grand multi en devenir !

LES MOINS
– La durée de vie vraiment courte
– Le mode coop sans saveur
– Le scénario ne vole pas très haut

APPRECIATION GENERALE
C’est beau et pourtant c’est la guerre ! Une réelle évolution ressort du jeu par rapport à son prédécesseur grâce aux différentes variétés de lieux, d’armes et de véhicules mais là encore, sa courte durée de vie et son côté scripté apportent un bémol à ces nouveautés.

PLAISIR DE JEU
12/20

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.