Test – Homefront : The Revolution

Il y a 4 ans, le très attendu Homefront débarquait sur nos PS3 à la suite d’une campagne impressionnante qui avait su susciter l’attente des joueurs. Malheureusement, le jeu fut loin d’être à la hauteur des attentes et sombra vite dans l’oubli le plus total. 4 ans plus tard (et une nouvelle campagne marketing de haut vol de plus), Deep Silver nous propose une nouvelle formule pour une suite à laquelle on ne s’attendait pas vraiment.

Péril jaune

Rassurez-vous si vous n’avez pas joué au premier volet, Homefront : The Revolution fait table rase des événements de ce dernier et l’histoire est abordable sans aucun souci pour tout le monde. Dès les premières minutes de jeu, une cinématique fort sympathique vous explique qu’une crise économique mondiale a contraint les USA à s’endetter auprès de la Corée du Nord. Les jeux politiques qui s’ensuivent auront peu à peu permis aux Coréens de mettre pied sur le territoire américain et d’y imposer leur dictature. Le soft prend alors la forme d’un FPS en monde ouvert dans lequel vous incarnez un Résistant dans une Philadelphie sous domination coréenne.

Homefront : The Revolution - Immersion

Viva la Revolution

Le but du jeu vous l’aurez compris sera donc de débarrasser Philadelphie du joug communiste. Pour cela, vous serez invité à traverser diverses zones ouvertes dans laquelle une multitude d’actions de guérilla seront réalisables : éliminer un gradé ennemi, détruire un char, allumer une radio de propagande révolutionnaire,…etc. Dans les quartiers jaunes (à comprendre les quartiers publics surveillés par l’armée coréenne), ces différentes actions vous permettront de faire monter la révolte populaire. Lorsque cette dernière sera assez importante, l’ennemi sera suffisamment occupé par les manifestants pour vous laisser accès aux infrastructures principales de la ville. Raffineries, postes de communication ou autres hôtels serviront ensuite d’avant-poste à la Révolution et vous pourrez y faire le plein de munitions et améliorer votre équipement. L’occasion également de mettre à jour votre mini-carte en dévoilant les activités et quêtes annexes environnantes. Dans les faits, l’idée est plutôt sympa et la montée en puissance de la grogne populaire se fait assez bien ressentir. L’ambiance est donc assez bien transcrite même si on ressentira rapidement une certaine lassitude à faire en boucle des activités vite répétitives bien que plutôt nombreuses.

Homefront_TheRevolution

C’est la guerre mon Colonel

En dehors des zones jaunes précitées, vous serez également amené à traverser des zones rouges (interdites aux publics) et vertes (réservées à l’armée). Les zones rouges seront généralement des terrains en ruines et représenteront une forme de front entre Coréens et Résistants alors que les vertes seront plutôt des hauts lieux occupés par l’ennemi. A la différence des zones jaunes, les ennemis y tireront à vue et le combat sera beaucoup plus présent. Si les combats d’Homefront ne manquent pas d’originalité, notamment grâce aux outils et actions de guérilla. Le tout est malheureusement gâché par une IA peu entreprenante qui favorisera la défense et la couverture au contournement et à l’attaque. Ainsi, par exemple, certains postes d’embuscades ont été mis en place par les Résistants et se manifestent par des bidons d’essence suspendus au-dessus du passage d’un convoi. La liberté vous est donc offerte de les faire tomber sur le convoi. Seulement dans les faits, ces bidons n’explosent pas en tombant et il vous faudra tirer dessus. Le temps de les faire tomber et de prendre position pour tirer, l’ennemi aura généralement eu le temps de se mettre à couvert et, quand bien même vous emmèneriez avec vous une poignée de résistants, ces derniers auront rarement la présence d’esprit de tirer sur les barils explosifs… Dommage. Ajoutez à cela que les actions de guérilla sont toujours présentes dans ces zones mais ne servent au final pas à grand chose puisque le peuple est absent et vous comprendrez que ces passages sont beaucoup moins intéressants que la traversée de zones habitées.

Homefront_TheRevolution

Le kit de la Guérilla

Bien entendu, vous aurez tout au long du jeu un arsenal assez varié pour mener à bien votre révolution. A commencer par des armes modifiables que vous pourrez « customiser » en temps réel. Votre fusil à pompe pourra donc en quelques secondes se transformer en lance-flamme ou votre fusil d’assaut en fusil de précision. Le principe est original et fonctionne plutôt bien même si finalement proposer directement les armes séparées (comme dans n’importe quel autre FPS) n’aurait pas changé grand chose. Bien entendu, vous pourrez compléter votre équipement par divers explosifs, outils de piratages, ou kits de soins. Mention spéciale au passage pour la petite voiture télécommandée particulièrement amusante à piloter. Le tout pourra évidemment être amélioré en échange de quelques dollars récupérables en remplissant des missions ou en revendant des objets ramassés sur la carte. On notera que la seule pénalité en cas de mort sera la perte de ces derniers qui ne représentent que rarement plus d’une cinquantaine de dollars (soit rien du tout) et le plus lourd tribut à payer sera le passage par l’interminable écran de téléchargement.

Homefront_TheRevolution

La révolution est en marche mais a encore des efforts à faire

Vous l’aurez compris, Homefront : The Revolution essaie de faire mieux que son aîné et en propose beaucoup plus. Alors oui le background est assez bien travaillé et le contenu assez conséquent, The Revolution n’est donc pas un mauvais jeu en soit et il n’est pas impossible que vous vous amusiez un peu. Malheureusement on ne peut pas faire l’impasse sur les innombrables bugs rencontrés : textures qui ne s’affichent pas, importantes et très fréquentes baisses de framerate, bugs de collision, murs invisibles et nous passerons sur les temps de chargement interminables… On notera toutefois qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes une partie des défauts a été corrigée mais ils restent à notre avis trop nombreux pour légitimer l’achat du titre au prix fort. Surtout que le mode coopération en ligne qui propose la sympathique idée d’offrir des missions différentes de celles du mode solo est relativement instable et désert.

Homefront : The Revolution
Date de sortie
20/05/2016
Genre
Shoot
Editeur
Deep Silver
Développeur
Crytek
Boutique

Acheter Homefront : The Revolution

Qualités
  • Le background original
  • Un contenu assez conséquent
  • Les zones jaunes sympa à libérer
Défauts
  • Chargements interminables
  • Trop de bugs récurrents
  • IA complètement à la masse
  • Sentiment rapide de lassitude dans les zones rouges et vertes
  • Coop en ligne instable et déserte
VERDICT

Prendra la poussière

4 ans après une première révolution ratée, Homefront tente un nouveau coup d'état un peu plus convaincant mais loin d'être une réussite. Certains y trouveront peut-être leur bonheur si les innombrables bugs viennent à être corrigés et qu'ils n'ont pas eu raison de leur patience d'ici là.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.