Test – Hitman Absolution

Après six ans d’absence, le célèbre tueur à gage chauve, spécialiste de la corde à piano, refait surface pour accepter son plus dangereux contrat qui l’amènera en quête d’Absolution. Qu’en est-il de ce nouveau Hitman ? IO Interactive est-il resté fidèle à l’infiltration ou a-t-il cédé à la « tent-action » ?

Un contrat personnel

Après plusieurs années de collaboration, l’Agence envoie 47 liquider pour trahison Diana Burnwood, son agent de liaison. Tiraillé par le fait de devoir tuer celle qui se rapproche le plus d’une amie pour lui, notre assassin remplit sa mission convaincu qu’il ne s’agira là que d’un contrat de plus. La tâche n’en reste pas moins la mission de trop pour notre héros qui hérite ainsi de la protection de la jeune Victoria que Diana essayait de cacher à l’Agence…
Cette première mission qui fait office de prologue et tutoriel est pour nous l’occasion de faire connaissance avec le gameplay. Les joystick gauche et droit permettent respectivement de se déplacer et d’observer l’environnement dans lequel nous évoluons alors que les flèches directionnelles servent à gérer les armes et les objets que notre agent a en sa possession. On appuiera une fois sur la touche du haut pour s’équiper de la fameuse corde à piano, deux fois pour les différents objets ramassés dans les lieux visités. La flèche de gauche sert à gérer les armes à feu de petit calibre (Silverballers, magnum, …) tandis que celle de droite, les gros calibres (fusils, mitrailleuses, …). La touche bas, quant à elle, sert à ranger ce que nous avons dans les mains pour passer inaperçu lors de nos déplacements.
Mais si vous pensez qu’Hitman Absolution est le genre de jeu bourrin qui laisse parler les flingues au détriment de l’infiltration, détrompez-vous. Se faufiler et se déguiser restent les maîtres-mots du jeu.

Hitman Absolution - Screenshot 1

Dis-donc… Tu viens plus aux soirées ?

On ne court pas et on ne sort pas les flingues n’importe quand. Si vous neutralisez un ennemi qui n’est pas la cible, votre score se verra pénalisé. En revanche, si vous tuez ou assommez un garde et que vous planquez son corps dans un placard ou une benne, par exemple, vous récupérerez quelques points. D’ailleurs, les développeurs n’ont pas manqué d’humour lorsque vous en cachez plusieurs dans un placard : vos deux macabés se retrouveront dans une position plutôt amusante. Si par malheur vous deviez vous faire prendre, les chances de vous en sortir seront minces, à moins de réussir à vous débarrasser de tous les témoins avant qu’ils n’appellent les renforts.
Pour éviter ce genre de situation, 47 peut se mettre à couvert, se faufiler entre deux passages de sentinelle ou se déguiser !
Les tenues que vous ramasserez vous permettront de passer inaperçu ou d’accéder à une zone inaccessible auparavant. Mais votre déguisement sera beaucoup moins efficace lorsque vous vous retrouverez nez à nez avec vos pairs. Ceux-ci émettront des doutes sur votre identité jusqu’à vous démasquer. Utiliser l’Instinct se révélera alors rudement efficace dans ce genre de situation pour tromper vos adversaires. Vous l’aurez compris, avec cette IA très chatouilleuse, l’infiltration prend une place importante dans le jeu et on aime ça !

Hitman Absolution - Contracts - DiscoHitman Absolution - Screenshot 3

A l’instinct

Bon, bien sûr, si vous n’aimez pas l’infiltration, ce jeu n’est pas fait pour vous. Mais… les développeurs ont prévu une bonne série d’armes différentes, pour ceux qui veulent tout éradiquer sur leur passage, ainsi que la possibilité d’y aller au corps-à-corps. En cas de problème, 47 peut engager le combat à mains nues dans une sorte de mini QTE, forcément bruyant et qui va attirer l’attention.
Pour éviter de vous faire surprendre, utilisez l’Instinct. Celui-ci permet 3 choses. La première, nous l’avons vu plus haut, consiste à passer inaperçu lorsque vous êtes déguisé en baissant la tête ou en tournant le dos par exemple. La deuxième servira à détecter les objets avec lesquels nous pouvons interagir et percevoir les ennemis à travers les murs avec leur itinéraire de patrouille. Enfin, le troisième usage est le « tir réflexe ». Cette fonction ralentira le temps autour de l’Agent 47 qui marquera ensuite ses cibles (parties du corps ou objets pouvant servir selon la situation comme des bonbonnes de gaz) jusqu’à l’exécution. Très efficace, mais attention à ne pas rater un ennemi. Celui-ci alerterait immédiatement ses camarades. Et là, inutile de vous faire un dessin.
Evidemment, l’instinct n’est pas inépuisable. Selon le niveau de difficulté il se régénérera soit de lui-même, soit par la réalisation d’actions furtives ou lors du passage au niveau suivant.

Un jeu cinématographique

Hitman Absolution, c’est aussi des cinématiques et des graphismes à couper le souffle, un environnement vaste et peuplé de toute beauté ainsi qu’une gestion des foules tout bonnement impressionnante. IO Interactive a profité de ces six longues années pour développer son propre moteur de jeu : Glacier 2. Il est important de le préciser car, c’est assez rare dans une production HD de nos jours, aucun bug n’est à déplorer. IO semble bien avoir ficelé son jeu tout comme son scénario. La mise en scène et l’histoire sont soignées, le jeu nous tient en haleine de bout en bout, le joueur ne quitte jamais l’action : que du bonheur !

Hitman Absolution - Screenshot 7

De plus, c’est le joueur qui écrit l’histoire et l’issue de chaque contrat. Dans chaque mission, il y a une ou plusieurs cibles : il faudra vous débrouiller pour l’atteindre et ce sera à vous de décider comment l’éliminer. Il existe une multitude de façons d’y parvenir, de quoi vous faire recommencer et recommencer un contrat. Vos cibles ont toutes des habitudes, des chemins qu’elles suivent, des arrêts, parfois près de zones dangereuses, parfois pour manger ou boire. Il faudra d’abord les observer, les suivre, repérer les opportunités pour trouver le meilleur moyen de les tuer : poison, chute, statuette, extincteur, tournevis, lustre… sans oublier la classique corde à piano et les Silverballers avec silencieux.
L’ambiance pesante du scénario parsemé d’humour noir vous fera sourire et frissonner dans les situations les plus extrêmes grâce à sa musique prenante et son ambiance sonore adaptée.

C’est ton contrat

Il est impossible de quantifier le nombre d’heures de jeu que propose Hitman Absolution. Chaque joueur a sa propre approche et peut passer des heures sur une même mission. En plus de ce contenu riche et varié dont nous gratifie Absolution, le titre propose un éditeur de contrats qu’il est possible de partager : niveaux, cibles, armes et règles du jeu peuvent être personnalisés comme le joueur l’entend.
Ce mode de jeu bien pensé et complet vous permet de remplir votre compte à l’étranger, qui servira à acquérir de nouvelles armes et améliorations pour votre équipement, et de défier vos amis. A vous de prouver au monde entier que vous êtes le meilleur assassin !

Hitman Absolution - Contracts - Library Stalk

 
On aime
+ Les graphismes
+ Le scénario
+ La durée de vie

On aime moins
– Tout est excellent, rien n’est à jeter

Verdict
Hitman Absolution vous mettra une claque visuelle c’est certain. Au-delà de vous flatter la rétine, son environnement vaste et peuplé, son scénario et son ambiance poignante vous tiendront en haleine du début à la fin. Square Enix et IO Interactive ont réussi à réaliser une véritable tuerie qui place l’Agent 47 en maître incontesté du jeu d’infiltration. Ne cherchez plus l’assassin de l’année : 47 est là !

Un jeu de rêve

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.