Test – Gran Turismo Sport

Attendu au tournant par les fans de la série, la figure emblématique du jeu de course automobile sur PlayStation débarque enfin sur PS4 avec un épisode qui entend bien bouleverser le schéma imposé par ses aînés.

Il y a vingt ans…

En 1997, Gran Turismo débarquait sur PSOne et allait révolutionner le monde vidéoludique en proposant la première simulation de sport automobile sur consoles. A l’époque, le titre n’avait aucun véritable concurrent face à des jeux de voitures tous très orientés arcade. C’est donc tout naturellement qu’il s’est imposé auprès de joueurs amateurs de sports mécaniques mais aussi d’un public plus standard en proposant un contenu gigantesque, pour l’époque.

6 épisodes plus tard

Depuis, la série a continué son bonhomme de chemin avec 6 épisodes principaux, 3 spin-off et un rapide passage nomade sur PSP. Toujours ancré dans le cœur des fans, Gran Turismo n’a cependant pas énormément évolué en vingt ans mis à part une constante augmentation du contenu et quelques ajustements de gameplay. Un laisser-aller qui a offert un peu de champs libre à la concurrence, mettant le roi en danger et imposant une nouvelle nécessité à se renouveler.

Gran Turismo Sport - Screenshot 01
Gran Turismo Sport - Screenshot 02

L’héritage Gran Turismo

Il est donc important de noter dans un premier temps que nous n’avons pas ici affaire à un Gran Turismo 7 mais à Gran Turismo Sport. Un titre qui tranche dans le vif et annonce la couleur d’un jeu qui entend dans une certaine mesure faire scission avec le reste de la série. Évidemment, les plus anciens retrouveront un gameplay éprouvé pour ne pas dire vieillissant et des tracés parcourus des milliers de fois mais le soft choisit une approche radicalement différente de ce à quoi nous avait habitué la série et aurait probablement gagné à changer complètement son titre.

Le jeu d’abord

La première chose qui choque au lancement du jeu, c’est certainement la coupe énorme effectuée dans le contenu. On compte ainsi seulement 170 véhicules là ou le sixième épisode en proposait plus de 1 000. Le même constat est à faire dans le nombre de tracés ou de modes de jeu. Un choix incompréhensible de prime abord pour tout fan de la série atteint de collectionnite mais un choix logique si l’on regarde la nouvelle orientation du soft tourné vers le online et lorgnant fortement vers le monde de l’e-sport.

Gran Turismo Sport - Screenshot 03

The « Real Driving Simulator »

En 2017, le sous-titre risque de paraître dépassé, surtout si l’on compare le soft de Polyphony Digital aux nouveaux ténors de la simulation. Ne nous mentons pas, Gran Turismo est aujourd’hui loin du simulateur de conduite et s’apparente sur bien des points à un jeu arcade : pas de prise en compte des dégâts sur les véhicules ou physique encore très permissive notamment du point de vue du transfert des masses par exemple. La transmission affiliée à un axe vertical rend également le jeu beaucoup plus jouable à la manette qu’au volant et en fait au final un titre hybride a mi-chemin entre l’arcade et la simulation. Cependant, si le gameplay qui n’a que très peu évolué en 20 ans ne convainc plus totalement, l’approche online tend à rapprocher le jeu de la participation à un vrai sport mécanique.

Seul contre le monde

C’est bel et bien en ligne que ce Gran Turismo Sport montre toute sa valeur. Nous retrouvons évidemment les salons où participer à des courses sur mesure aux réglages innombrables, mais la grosse nouveauté réside dans le mode « Sports » taillé pour la compétition à grande échelle. Dans ce mode, 3 courses sont accessibles en boucle chaque semaine sur des sessions de 20 mn. Libre à vous d’enchaîner les essais pour améliorer votre temps (et votre position sur la grille de départ) ainsi que les réglages de votre voiture ou de partir directement à l’assaut de la piste et affronter les joueurs du monde entier. On notera que les temps enregistrés sont valables toute la semaine et vous n’aurez pas besoin de repasser les essais chaque fois que vous voudrez tenter la course si votre temps vous convient. Si l’approche peut surprendre, elle nous a paru parfaite pour de la course en ligne et évite aux joueurs, plus particulièrement les néophyte, de s’éparpiller. Une vision qui colle également avec un contenu plus réduit qui favorise le jeu et la performance au contenu.

Gran Turismo Sport - Screenshot 04

Quid du solo ?

C’est la question qui brûle les lèvres, Gran Turismo Sport représente-t-il un réel intérêt pour les joueurs solitaires ? Déjà, sachez que, les sauvegardes se faisant en ligne uniquement, une très grande partie du jeu y compris solo est totalement inaccessible hors ligne. Ceci étant dit, bien que très en dessous de ce à quoi nous avait jusqu’alors habitué la série, le contenu solo est tout de même relativement conséquent. Ne vous attendez toutefois pas à une IA revue et corrigée cette dernière comme dans les opus précédents continuant inlassablement à suivre un rail sans se soucier le moins du monde de vos réactions au volant. On retrouve ainsi un mode arcade, proposant de parcourir les différents circuits du jeu en course (personnalisé ou non), en contre la montre, en épreuve de drift ou même en VR. On notera aussi la possibilité rare de nos jours de jouer en écran splitté, un plus indéniable. On pestera un peu plus du côté du mode « carrière » qui ne propose en fait qu’une série de défi visant à améliorer votre conduite et votre connaissance des circuits. Ceux-ci sont cependant relativement intéressants et les réaliser pourra vous aider pour affronter le mode online.

Vous avez dit VR ?

Petit point rapide sur la VR. Cette dernière vous propose soit de contempler vos voitures, soit de participer à une course solo contre une voiture IA. La première option complètement inutile vous permet juste de tourner autour de votre véhicule et d’allumer/éteindre les feux. Le deuxième mode s’annonçait plutôt bien avec une très bonne modélisation sur le paddock. Cependant les choses se gâtent rapidement une fois en jeu. Outre le fait de n’affronter qu’un seul et unique concurrent, le rendu de la piste est particulièrement ignoble et pixelisé pour de la VR. Ajoutez à cela des sensations de conduite totalement irréalistes rappelant plus la conduite d’un hors bord que d’une voiture et vous comprendrez que ce mode deviendra vite anecdotique d’autant plus si vous êtes sensible au motion sickness.

Gran Turismo Sport - Screenshot 05
Gran Turismo Sport - Image 02

Et du côté du garage ?

Au final, Gran Turismo Sport est un titre à part qui devra se trouver un nouveau public amateur de jeu en ligne et recherchant un peu plus que de l’arcade sans avoir a s’attaquer à de la simulation pure et dure. Seul l’avenir nous dira si le suivi du titre par ses développeurs et par sa communauté lui donnera un réel intérêt sur la durée. Si ce que vous cherchez relève plutôt de la collection, le dernier né de la saga risque de vous décevoir sur bien des points comme le nombre de voitures accessibles ou les options relativement limitées de customisation esthétique. On regrettera également de ne pas pouvoir échanger nos véhicules où livrées avec le reste de la communauté…

Gran Turismo Sport
Date de sortie
18/10/2017
Genre
Course auto
Editeur
SCEE
Développeur
Polyphony Digital Inc.
Boutique

Acheter Gran Turismo Sport

Qualités
  • Un mode online bien rodé
  • La prise en compte du fair play en course
  • Le sentiment de participer à un vrai sport
Défauts
  • Pas vraiment un Gran Turismo
  • Une IA solo dépassée
VERDICT

Vraiment sympa

Aucun doute que ce Gran Turismo Sport fera couler beaucoup d'encre… A la croisé des genres, cet épisode devra se trouver un nouveau public et aurait probablement gagner à être le fer de lance d'une nouvelle licence plutôt que de profiter du nom d'une saga dont il s'éloigne de plus en plus. Un bon jeu de course en ligne entre arcade et simulation mais certainement pas un Gran Turismo !

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.