Test – God of War III

Le personnage le plus emblématique de l’univers des consoles PlayStation fait son grand retour ! Après un épisode sur PSP (God of War : Chains Of Olympus), puis deux volets sur PlayStation 2, Kratos revient pour un ultime opus exclusif sur PS3.

 
Synopsis
Kratos poursuit sa quête de vengeance, avec pour objectif final la mort de Zeus lui-même ! Aider des Titans, nous le retrouvons sur le dos de Gaia (qui est la « Terre-mère ») en pleine ascension du Mont Olympe. La ville en contre bas est à feu et à sang, l’humanité parait vivre ces derniers instants, et les Dieux se préparent à accueillir Kratos et la cohorte de Titans. On reprends alors le controle de Kratos plus de 3 ans après le jeu God of War II.

 
Jouabilité
L’un des points fort si ce n’est le point fort du jeu est sa maniabilité simple et intuitive. Ainsi, même en multipliant des appuis répétés sur les touches [carré] ou [triangle], Kratos nous offre un déluge visuel de puissance et de violence pour repousser et terrasser les ennemis. Et une fois les armes boostées, un maintien de la touche [L1] puis un appuie sur les touches [carré] ou [triangle] provoque des attaques dévastatrices.
On retrouve au cours de l’aventure bien entendu les « Quick Time Event » (QTE) présents en fin de combats contre les ennemis imposants ou contre les boss. Les séquences finales de ces QTE sont pour la plupart gore à souhait et certaines provoquent carrément un sentiment de dégout (c’est bel et bien le passage avec Hélios dont il est question).
Petit bémol concernant les sauts et notamment les doubles-sauts. Il m’est arrivé de nombreuses fois au début de l’aventure de tomber dans le ravin car je n’appuyais pas au bon moment pour effectuer le double saut pour alors déployer les ailes d’Icare. Mais passé quelques heures de jeu, je suis enfin parvenu à correctement maitriser les doubles-sauts, limitant l’apparition de l’écran « Vous êtes Mort ! ».

 
Graphismes
Le jeu en met plein la vue du début à la fin. C’est bien simple, il est difficile de cerner la différence entre le jeu « Ingame » et les cinématiques. Autant les décors que les ennemis, et les divinités rencontrés sont superbement modélisés. J’ai d’ailleurs été bluffé par le rendu et le grain de la peau de Kratos. La mise en scène du jeu est grandiose, il n’y a pas de temps mort et on découvre et rencontre (et élimine aussi) plusieurs Divinités au cours de l’aventure (une préférence pour Hadès, sinistre et hideux à souhait).

 
Son
Les musiques sont dynamiques et marquent les moments intenses du jeu. Avec des passages mélodieux et des chants qui nous plongent immédiatement dans l’époque de la Grèce antique. La musique est dans la continuité des opus précédents, et soutient « avec force » le périple de Kratos.
Il est à noter que les bruitages et autres mouvements spéciaux traduisent eux aussi l’extrême violence du titre, notamment lors des giclées de sang ou des éventrations et autres décapitations en tout genre. A noter que le doublage en Version Française est de qualité, on retrouve la même voix pour Kratos que dans les opus précédents et des voix connues (issues de séries TV et autres films) pour la plupart des Dieux rencontrés.

 
Le mot de la fin
On retrouve Kratos plus en forme que jamais pour mettre un terme à sa vengeance. Les développeurs ont eu la bonne idée de glisser au cours de l’aventure des vidéos qui remémorent les moments importants des jeux précédents, ce qui permet aux novices de comprendre les grandes lignes de l’histoire de l’univers God of War et aux aficionados de reprendre leurs marques. La jouabilité intuitive est un plus indéniable et facilite l’accessibilité du titre. On est guidé tout au long de l’aventure, et si on est un tant soit peu intéressé par la mythologie grecque, c’est un régal de retrouver plusieurs personnages/divinités dans des situations assurément surréaliste.

God of War III est la suite de la série que tout le monde attendait  sur PlayStation 3, il est dans la veine des opus précédents voir même mieux, extrêmement plus violent et sanguinolent. Les développeurs ont poussé à son paroxysme la violence du titre. Le jeu est d’ailleurs, à ce sujet, à ne pas mettre entre toutes les mains.

 
APPRECIATION GENERALE
L’aventure au coté de Kratos est indiscutablement à faire et à découvrir, compter environ 10h pour en connaitre le dénouement. Celle-ci marque indiscutablement la fin d’une trilogie de légende.

NOTE
18/20

Aucun commentaire

Les commentaires sont fermés.