Test – Dragon’s Crown

Vanillaware a très souvent marqué les esprits des joueurs avec ses productions. Son nouveau titre Dragon’s Crown, mélangeant le beat’em all et le RPG, est-il à la hauteur des attentes des fans du studio ?

Let’s enjoy our journey

Le réveil d’un puissant dragon ancestral menace la paix et la tranquillité du royaume de Hydeland. C’est dans ce contexte que débute l’odyssée de notre aventurier prêt à aider son prochain. Le titre nous propose de choisir entre 6 classes. Toutefois le choix du personnage n’a aucune influence sur le scénario car celui-ci est commun à l’ensemble des classes contrairement à ce qui fut proposé dans Odin Sphere. Par ailleurs, le scénario est plutôt léger et répétitif. Celui-ci se décompose en 2 parties. La première est la plus riche car elle permet au joueur de découvrir les 9 différents donjons et les lieux dans lesquels se déroule l’aventure. Il faut compter entre 7 et 10h pour la boucler. La seconde partie se résume à une collecte de talismans permettant d’accéder au boss final. Cette seconde partie se termine en approximativement 5h en mode normal. Une fois le boss vaincu, les joueurs devront répéter cette partie 2 fois pour terminer complètement l’aventure, sachant que la terminer dans un mode de difficulté débloque le suivant. Cette première victoire ouvre également l’accès au Colisée, arène de combat en PvP dont l’intérêt est plutôt limité, et au labyrinthe du chaos, qui est constitué de 9 niveaux composés d’une succession de portions de donjons et de boss. À noter qu’il est nécessaire de terminer le jeu en mode hard pour accéder aux 6 derniers niveaux.

Dragon's Crown - Screenshot 1

I’m more than meets the eye !

Chacune des 6 classes de personnages dispose de ses propres capacités. Par exemple, la sorcière peut ressusciter des squelettes pour combattre à ses côtés, le nain peut empoigner ses ennemis pour les lancer, etc. Afin d’améliorer son personnage, il est nécessaire de « farmer » de l’expérience. À noter que chaque niveau de difficulté propose son level cap d’expérience (35 en normal, 65 en hard et 99 en infernal). Chaque niveau gagné offre un point de compétence permettant d’acheter à la guilde des aventuriers de nouvelles capacités et de les améliorer. Les quêtes secondaires permettent également d’acquérir des points de compétence. Le titre dispose d’un système de loot pour les armes et les accessoires de notre aventurier. Les coffres trouvables dans les donjons et les boss permettent d’acquérir ces équipements. Par ailleurs l’équipement s’use et doit être réparé dans l’une des boutiques de la ville. L’argent récolté au fil de l’aventure sert à la fois à acheter des consommables (potions de soin, parchemins magiques, etc.), à réparer son équipement, mais aussi à acheter des points de vie en cas de mort de notre aventurier lorsque nous visitons un donjon. La somme demandée pour une résurrection augmente à chaque itération. Enfin Dragon’s Crown est jouable jusqu’à 4 joueurs en local ou en ligne. Toutefois le multijoueur online n’est accessible qu’après avoir terminé la première partie du scénario. Afin de ne pas désavantager les joueurs optant pour le solo, la taverne permet aux joueurs de recruter des alliés qu’ils auront préalablement ressuscité au temple. Lors d’une visite dans un donjon, les joueurs pourront ramasser des ossements prévus à cette fin.

Dragon's Crown - Screenshot 2

I’m not just a pretty skull

La bande sonore du titre composée par Basiscape s’avère particulièrement délicate et riche, ce qui contribue à renforcer l’immersion dans le jeu. Du côté des voix, les joueurs auront le choix entre le japonais et l’anglais pour leur personnage. Toutefois, l’histoire est contée intégralement en anglais. L’absence de sous-titres français pourra éventuellement gêner certains joueurs peu à l’aise avec la langue de Shakespeare, même si les sous-titres anglais ne sont pas difficiles à comprendre. D’un point de vue graphique, Dragon’s Crown s’inscrit dans la lignée des précédents jeux de Vanillaware, notamment au niveau du chara-design. Le studio a porté une attention particulière aux décors et aux illustrations déblocables ingame.

Verdict

Qualités
+ La direction artistique
+ La bande-son
+ Le système de loot
+ Le multijoueur en local

Défauts
– L’absence de sous-titres français
– La répétitivité du titre en solo

Avis
Malgré un scénario plutôt léger, Dragon’s Crown est le digne héritier des précédentes créations de Vanillaware.

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.