Test – Dragon Ball Xenoverse

Dragon Ball est une licence qui possède encore un grand nombre de fans malgré le poids des années. Nouveaux films, figurines et autres produits dérivés sont régulièrement proposés au public et représentent forcément une manne financière non négligeable pour tous les acteurs qui profitent de ce marché juteux. Alors, les adaptations vidéoludiques reprenant l’univers de la série jalonnent les années et les différentes machines. De la NES ou la Super Nintendo à la nouvelle génération de consoles (PS4, Xbox One) en passant par la Gameboy ou la PlayStation, les jeux vidéo estampillés « Dragon Ball » sont légion. Pour le meilleur et pour le pire. Qu’en est-il de ce Dragon Ball Xenoverse ?

Polissons le temps !

Dragon Ball Xenoverse est un jeu de combat avec un côté MMO. Dans cet épisode, l’univers est en danger à cause de deux personnages qui modifient les succès passés de nos héros en se baladant dans l’espace-temps. Afin de faire face à cette nouvelle menace, Trunks décide de recruter des combattants pour former la Police du Temps. En créant votre avatar, vous postulez évidemment pour faire partie de cette organisation, utiliser vos pouvoirs pour sauver le monde et rétablir les événements tels qu’ils se sont déroulés à l’origine.
La création de votre avatar est une étape qui vous permet de personnaliser votre personnage de manière assez précise et poussée. Nous avons le choix parmi 5 races : Humains, Saiyens, Majins (comme Buu), Nameks (Piccolo) et Démons du Froid (Freezer). Cette personnalisation respecte les codes graphiques des personnages de Dragon Ball et c’est avec plaisir que l’on se  »fabrique » son héros.
En ce qui concerne l’histoire principale, elle est plutôt sympathique et offre un excellent prétexte pour revisiter la chronologie des événements de la série. Elle garde les enjeux habituels et l’humour de la licence. Cependant, une mise en scène plus inspirée n’aurait pas été de refus car celle qu’on nous propose dans le jeu est très « plan-plan » et réduit la dramaturgie de l’enjeu. Dommage.

Bienvenue à Tokitoki !

Une fois notre personnage créé, nous débarquons dans une petite ville nommée Tokitoki où il est possible de rencontrer d’autres membres de la Police du Temps et de commencer l’aventure solo ou les quêtes parallèles seul ou en ligne. On peut faire de simples combats en solo (en un contre un ou avec une équipe gérée par l’ordinateur) ou en ligne que ce soit en face à face entre amis, selon un matchmaking ou même en combat infini auquel il est possible d’assister en simple spectateur.
Cela ne s’arrête pas là puisqu’on peut également faire du shopping et choisir parmi une longue liste de vêtements, d’accessoires, d’objets (de soin, de puissance, d’aura…) ou d’attaques. Si les accessoires sont purement décoratifs, les vêtements offrent des bonus/malus aux caractéristiques de votre personnage (Santé, Attaque spéciale ou ultime, Puissance, Ki…) et plus vous avancez dans l’histoire principale du jeu, plus le catalogue s’étoffe.

Il existe également un mode combat en local où deux joueurs peuvent s’affronter et un mode championnat du monde disponible seulement en ligne mais qui n’a pas encore ouvert ses portes. Il est sûrement dédié à un prochain événement en ligne.
En plus de son avatar, on peut choisir parmi une quarantaine de combattants différents incluant quelques déclinaisons d’un même personnage. Pour se battre, une vingtaine d’arènes est disponible parmi les lieux les plus connus de la série. Cependant, à part quelques unes, elles se révèlent un petit peu trop étroites étant donné la puissance des projections que l’on peut effectuer. Rien de grave néanmoins. On peut aussi regretter qu’il n’y ait pas plus de dégâts permanents visibles vu la puissance des attaques.
Bref, vous l’aurez compris, il y a du contenu à la pelle et c’est l’un des points forts du titre.

Avoir les boules !

Au niveau du gameplay, les combats sont plutôt nerveux et, même si le jeu est facile à prendre en main et assez simple, il faut un peu de temps pour appréhender toutes les possibilités qu’il offre. Au départ, on peut donc penser que les combats sont mous et simplistes alors qu’avec le temps ils deviennent bien plus dynamiques et fidèles à ceux de la série animée. Ils demandent aussi un peu de tactique puisqu’il faut savoir gérer son endurance et son ki (qui permet de tirer des Kamehameha par exemple). Cependant, les combats sont légèrement gâchés par des problèmes de caméra ponctuels et par une  »hit-box » parfois un peu capricieuse. Rien qui n’entache le plaisir de jouer, juste quelques moments où l’on râle.
Graphiquement, le jeu s’en sort très bien et respecte la patte artistique de l’univers de l’anime même si ce n’est pas la folie furieuse. C’est correct.
Techniquement, le jeu tourne sans problème sans baisse de régime ni saccades. Le jeu est propre sur ce point-là. C’est une agréable surprise malgré les nombreux mais très courts temps de chargement.
En ce qui concerne la musique, bien qu’un poil répétitive, elle s’accorde avec l’univers dans ses différents morceaux. Au niveau des bruitages, on retrouve les effets sonores de la série animée avec une certaine nostalgie et le doublage des personnages est disponible en anglais ou en japonais. Rien à redire.

En revanche, les serveurs du jeu sont une véritable catastrophe. Sur une trentaine d’heures de jeu, nous n’avons pu profiter de l’aspect en ligne et social (limité à cause d’une ergonomie à revoir) que pendant 3 ou 4 heures, et ce à n’importe quel moment de la journée ou du soir et sur une période de 3 semaines. On pouvait néanmoins profiter la plupart du temps des combats ou de la coopération en ligne mais cela alourdissait considérablement l’aspect social du jeu et l’ergonomie des menus pour se rejoindre dans une quête. Et pour un jeu à tendance MMO, c’est limite du foutage de gueule. Néanmoins avec le temps, cela semble se résoudre petit à petit.

Verdict

Qualités
+ Richesse du contenu et des modes de jeu
+ Combats dynamiques
+ Fidélité à l’univers de Dragon Ball.

Défauts
– Serveurs en mousse
– Caméra et  »hit-box » parfois capricieuses
– Ergonomie des menus sociaux pas géniale.

Avis
Dragon Ball Xenoverse est un bon jeu. Il n’est pas exempt de défauts (placement de caméra malencontreux,  »hit-box » parfois maladroite…) mais le titre possède beaucoup de contenus, un mode solo réussi et des combats nerveux et dynamiques dans l’ensemble. Seulement, tout l’aspect social et en ligne a été complètement gâché par des serveurs en mousse qui ne fonctionnaient que rarement les premières semaines. Les problèmes de serveurs et leur stabilité ont été réglé depuis l’écriture de ce test, il est ainsi possible de profiter pleinement du jeu. Il s’en est fallu de peu quand même.

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.