Test – Doom

Après le retour en grande pompe de Wolfenstein il y a deux ans, c’est au tour de Doom, un autre « Papy » du shoot à la première personne de revenir sur le devant de la scène. Verdict !

Seul sur Mars… ou presque !

Contrairement à Wolfenstein qui avait pris le parti de nous proposer un univers nouveau, Doom se contente de reprendre son bon vieux scénario d’origine. Vous incarnez donc une sorte de marine de l’espace qui se réveille dans une station martienne envahie par les hordes des enfers. Oui, rien que ça ! On précisera tout de même que l’énergie du futur est puisée directement en enfer via des portails dimensionnels et vous l’aurez compris un grain de sable aura fait dérailler la machine. Bien entendu, certaines cut-scenes et éléments disséminés vous permettront d’en apprendre un peu plus sur l’univers et la cause de la catastrophe mais le scénario est loin d’être au centre du jeu à tel point que notre héros saura même mettre un terme aux explications qui l’ennuient le plus à grand renfort de coups de poing. Une sorte de Duke Nukem, le charisme en moins.

Doom - Découverte

Le retour du FPS bourrin

On nous l’avait promis le Doom nouvelle génération signe le retour du FPS old school et rentre-dedans. On retrouve ainsi pléthore d’armes destructrices, allant du fusil à pompe au lance-roquettes en passant par la célèbre tronçonneuse. Grâce à ces grands classiques de l’armement, le principe de base reste inchangé par rapport à celui d’il y a 25 ans : dégommer un maximum d’ennemis à la recherche de l’item qui nous ouvrira l’accès à de nouvelles zones. Doom se voulant un minimum intellectuel, cela consistera généralement à trouver une clé bleue pour ouvrir une porte bleue et autres joyeusetés de ce type. Pour renforcer l’aspect bourrin à souhait, le système de défense a également été pensé pour vous inviter à monter au corps à corps. Les ennemis affaiblis pourront ainsi être achevés via de petites cinématiques bien bourrines qui laisseront généralement place à une pluie de points de vie. De la même façon, éliminer un démon à la tronçonneuse permettra de faire le plein de munitions. Si l’idée peut paraître sympa, dans les faits ces cinématique consécutives finissent malheureusement par hacher complètement le rythme du jeu et finissent par lasser surtout lors des vagues d’ennemis les plus importantes…

DOOM_baronofhell_CM

[E]volution

S’il se veut un retour aux sources, le titre n’en oublie pas de proposer quelques nouvelles options plus modernes, notamment en terme d’évolution. Les armes et armures pourront ainsi être améliorées via des kits spécifiques par exemple. Votre fusil à pompe pourra ainsi être équipé d’un lance-grenades ou votre armure d’un détecteur d’items utile pour explorer l’environnement. Sur le même principe, des runes qui influeront sur vos capacités générales pourront être débloquées via des arènes de défis et jusqu’à trois d’entre elles pourront être équipées en même temps pour vous aider dans votre chasse aux démons. La liste de ces améliorations est assez complète et variée et développer au maximum un kit d’armes ou une rune vous permettra de débloquer un défi de maîtrise qui, une fois rempli, augmentera la puissance de l’objet concerné : sympa.

DOOM_Image_1_CM

Et à plusieurs ça donne quoi ?

On vous l’a dit, Doom signe le retour d’un FPS plus nerveux et j’en vois déjà qui salivent à l’idée de retrouver un multijoueur nerveux et rapide à la Unreal et autres Quake (comment ça on vient de prendre un coup de vieux ?). Malheureusement, de ce côté les équipes de Bethesda ont préféré regarder vers ce qui se faisait aujourd’hui et au final le mode ressemble surtout à un copier/coller de n’importe quel autre FPS multi, la touche Doom en plus. A vous de gérer votre arsenal avant d’entrer sur le champ de bataille donc sans espoir de trouver une tronçonneuse cachée derrière un mur pivotant par exemple. Des bonus seront également accordés aux plus faibles pour leur permettre de remonter un peu au score au détriment du skill… Alors bien sûr on garde certains éléments comme les kits de soins et la disparition de la barre auto-régénératrice moderne mais dans l’ensemble Doom en multijoueur ne se démarque pas suffisamment de la concurrence… Dommage. On conclura avec l’évocation du mode Snap-Map qui ouvre au joueur la possibilité de créer ses propres maps. S’il est à l’heure actuelle trop tôt pour juger de l’utilité de ce mode, on applaudit toutefois l’opportunité donnée car, si la communauté venait à répondre, ce dernier pourrait grandement augmenter la durée du soft à la façon des célèbres Mods sur PC.

DOOM
Date de sortie
13/05/2016
Genre
Shooter
Editeur
Bethesda
Développeur
id Software
Boutique

Acheter DOOM

Qualités
  • Le retour d'une licence mythique
  • Nerveux à souhait
  • Des possibilité d'évolutions et des défis assez sympas
  • Assez riche en contenu
Défauts
  • Les glory kills qui hachent la progression
  • Un multi trop « moderne »
VERDICT

Vraiment sympa

Sans doute légèrement en-deçà des attentes, le Doom nouvelle génération n'en reste pas moins une très bonne pioche pour les fans de FPS nerveux et rentre-dedans. On regrettera toutefois un multi classique qui ne prend pas trop de risque.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.