Test – DiRT 4

Les jeux de rallye ne sont vraiment pas courants sur cette génération de consoles. Mais, grâce à Codemasters, spécialiste dans le domaine, nous avons enfin droit à un jeu du genre, mais pas que du rallye. Disponible depuis début juin 2017 DiRT 4 nous ouvre son capot pour une inspection. C’est ce que nous allons voir dans ce test. Accrochez-vous bien, ça va secouer !

L’art du pilotage

Mais avant tout, commençons par le commencement. Nous incarnons un jeune pilote qui n’a pas un sou en poche et qui ne demande qu’à faire ses preuves. Pour débuter nos premières courses, pas d’autre choix que d’utiliser une voiture de prêt pour se mettre de l’argent de côté. Les véhicules de prêt ne permettent pas de rapporter beaucoup mais au moins il n’y a aucun frais à prévoir. Puis vient le jour où enfin nous pouvons choisir la voiture avec laquelle on voudra passer du temps. Libre donc à nous d’aller voir le concessionnaire pour une voiture toute neuve ou bien de parcourir les petites annonces à la recherche de la pépite. Certes, les véhicules d’occasion ont déjà roulé mais parfois quelques centaines de kilomètres seulement et parfois même leurs anciens propriétaires ont effectué des améliorations intéressantes qui ne sont pas disponibles sur un véhicule neuf. Mais, attention, les courses de rallye se divisent en plusieurs groupes et il faudra donc disposer de plusieurs types de voitures : groupe B, A et bien d’autres. Pour les néophytes, les groupes permettent de faire concourir des véhicules de puissances similaires.

DiRT 4 - Screenshot 01
DiRT 4 - Screenshot 02

Il existe d’ailleurs une école de pilotage qui vous permettra de vous familiariser avec les différentes techniques de conduite en fonction des revêtements ou des types de virages qui s’offriront à nous. Cette école est vivement conseillée avant de s’élancer dans les spéciales du mode carrière.

Revenons maintenant sur votre voiture qui est bien à vous. Elle sera comme un enfant pour vous. Il va falloir vous en occuper ! La réparer quand elle sera amochée parce que vous aurez fait quelques tonneaux, lui donner un coup de fouet avec des pièces de meilleure qualité, mais surtout : lui coller les autocollant des sponsors ! Oui, vous avez bien lu. Vous devrez choisir des sponsors afin de récolter encore plus d’argent à la fin des épreuves, pour peu que vous ayez rempli les conditions lors de vos courses. Par exemple : terminer une course premier, ne pas subir d’incident durant une spéciale, ne pas avoir plus de 30 secondes de pénalité, et bien d’autres conditions.
Si vous remplissez les critères, vous aurez donc de l’argent en plus, la relation du sponsor sera accrue et vous aurez droit à des meilleures propositions par la suite. Et comme dans la vraie vie, certaines marques ne voudront pas se voir affichées à côté d’un concurrent, donc impossible d’avoir à la fois Michelin et Yokohama sur votre bolide. A vous de choisir.

La dream team… ou pas.

Qui dit rallye, dit ? Copilote et équipe technique ! Au début de votre carrière, vous n’aurez juste qu’un copilote (de rang A, le meilleur) et un agent de relation presse (de rang E, le plus mauvais). Vous devrez donc recruter un ingénieur en chef et des techniciens qui seront là pour établir les bons diagnostics sur les pannes de votre voiture. Plus le rang de votre équipe technique sera élevé, plus les réparations seront rapides et efficaces. Car même si vous roulez comme un pro, la mécanique s’usera et il faudra fatalement procéder à des réparations. Et en rallye, le temps est décompté dès que vous touchez à votre voiture. Passé 30 minutes, des réparations et des pénalités de temps (de quelques secondes à quelques minutes) vous seront imposées. Sachant également que les pièces mécaniques de rang A seront plus longues à réparer mais aussi plus solides que celles de rang E qui elles seront plus rapides à réparer. Ce sera souvent le cas où vous vous demanderez s’il vaut mieux réparer le moteur, le châssis ou autre chose afin de ne pas dépasser les fameuses 30 minutes.

DiRT 4 - Screenshot 03

Il est d’ailleurs important de savoir que l’atelier de réparation ne sera pas disponible à chaque début de course ! Vous aurez parfois trois courses d’affilé sans réparation possible. Quand votre voiture en début de spéciale fait un peu peine à voir, vous croiserez les doigts pour ne pas perdre une roue dans un virage !
Mais, avec le temps, de nouveaux ingénieurs et techniciens seront candidats pour vous rejoindre et vous pourrez choisir ceux qui sont les plus compétents.

Après avoir géré les sponsors et l’équipe, vous pouvez gérer également vos installations. Tout n’est pas disponible dès le départ, les critères de déblocage sont l’argent bien entendu, mais surtout votre rang. Libre à vous ensuite d’investir dans un garage plus grand pour plus de voitures ou d’investir dans un salon plus grand afin que votre équipe ait un moral plus joyeux afin que les réparations soient plus rapides. Au final ça sera une bonne dizaine d’éléments que vous pourrez améliorer dans les installations pour les faire passer du rang E au rang A.

Qualité ou quantité

Faire un jeu de voitures demande de faire des choix, faut-il proposer des centaines de voitures ou beaucoup de circuit ? Faut-il un jeu fluide ou des textures de rêve ? Et bien dans DiRT 4 on peut se demander si les développeurs n’ont pas hésité jusqu’au dernier moment.

Commençons par la variété des environnements proposés. Il n’y a malheureusement que cinq lieux différents : l’Écosse, l’Espagne, la Suède, le Michigan aux États-Unis et le bush australien. Chaque lieu aura son revêtement et son cadre. L’Écosse aura des graviers avec une majorité de forêts, l’Espagne aura de l’asphalte et vous pourrez rentrer dans des villages, la Suède sera toujours sous la neige, le Michigan offrira un mélange de terre et de graviers dans la campagne et enfin de la terre en Australie.
Le gros point noir est la redondance des lieux, on a souvent l’impression de faire toujours les mêmes courses. Même si certaines spéciales se démarquent des autres de part leur longueur ou la météo. Les spéciales les plus courtes peuvent faire 4 km, mais les plus longues plus de 15 km ! La météo est généralement fixe, mais il arrive que des nappes de brouillard se glissent ici ou là, rendant la visibilité plus limitée.
Un gros point positif sont les courses sur une route détrempée, l’eau est magnifique et les reflets du soleil sont criants de réalisme. Nous pourrons aussi avoir la surprise de voir un hélicoptère survoler la route et nous perturber à cause de la neige ou de la poussière qu’il fait voler sous lui. Il arrive même que des drones soient aussi présents à certains moments !

DiRT 4 - Screenshot 04

Le jeu n’a à aucun moment subi de ralentissements dans la fluidité de l’image, sûrement dû au fait que les textures globales (sol, végétation et éléments du décor) sont assez grossières. Il y a aussi, mais rarement des petits effets d’aliasing, même sur PS4 Pro. Malgré ça, les sensations sont quand même plutôt bonnes.
Nous pouvons néanmoins regretter la gestion de la physique à certains moments. Quand notre voiture percute de plein fouet une glissière de sécurité en Espagne, elle fait un vol avec figures acrobatiques, mais la glissière elle est toujours là sans avoir bougé. En Suède, quand on roule sur le bas-côté avec un certain angle d’attaque, notre voiture part dans des saltos assez impressionnants. Enfin, dernier points gênant, le vocabulaire du copilote : quand il annonce une montée ou une descente, il dira toujours « en descente », quand on doit passer entre un portail en Écosse, il dira toujours « en portail ». Il faut avouer que ce n’est pas très français. Souvent également, il nous dit avant le début d’une spéciale, qu’il faut faire une belle course pour avoir droit à des courses plus prestigieuses, alors même que l’on dispute les dernières épreuves possibles !

DiRT 4
Date de sortie
09/06/2017
Genre
Course auto / Simulation / Sports
Editeur
CODEMASTERS SOFTWARE COMP
Développeur
Codemasters
Boutique

Acheter DiRT 4

Qualités
  • Les sensations de conduite
  • La gestion de l’équipe et des sponsors
  • La qualité des éclairages
  • Les musiques dans les menus.
Défauts
  • Des textures trop moyennes
  • Les imperfections du copilote et de la physique de la voiture.
VERDICT

Captivant

DiRT 4 reste un très bon jeu de rallye, même si des imperfections sont parfois pénibles. On notera la présence de courses de landrush ou encore de rallyes historiques. Des épreuves journalières sont présentes aussi pour nous mesurer à d’autres pilotes du monde entier. Le jeu est très fréquenté, et les temps d’attente ne sont pas trop longs. Nous ne pouvons donc que recommander ce titre, surtout si vous attendiez un jeu de rallye.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.