Test – Battleborn

Nouveau bébé de Gearbox Software, Battleborn est né d’un mélange ingénieux entre FPS en coopération, MOBA et bien sûr l’esprit Borderlands. Ajoutez à cela 25 héros atypiques aux capacités démentes et uniques ayant pour unique but de sauver l’univers.

Une histoire de brutasses

Loin d’être originale, l’histoire se veut simple et efficace. Ainsi, après une introduction sous forme de cartoon sous couvert de la présentation de l’ensemble des personnages, nous apprenons qu’il nous faudra combattre l’horrible Rendain, dictateur à la tête du peuple des Jennerits, les supers méchants. Ces derniers ont détruit l’univers, ne laissant qu’une étoile encore en vie, Solus. Ainsi, les Battleborns (ou Brutasses), héritiers de plusieurs peuples, s’unissent pour sauver ce qui reste de la galaxie.

Battleborn - Vivre ensemble ou mourir seul - Trailer histoire

Evolution

Le jeu vous offre la possibilité d’incarner 25 Battleborns tous différents les uns des autres, avec leurs attributs, compétences et styles. Il vous faudra néanmoins réaliser quelques tâches afin de tous les débloquer, mais rien de très compliqué. Ainsi, tous les types de jeu sont représentés : combat à distance, corps à corps, soigneur sans oublier le tank de service. Chaque personnage possède une attaque principale et une secondaire ainsi que trois capacités se rechargeant. En plus de cela, tout au long de votre partie, vous pourrez faire évoluer votre personnage selon un Helix, vous permettant d’orienter vos capacités sur 10 niveaux. Chaque personnage peut ainsi augmenter son rang jusqu’au niveau 15 au fil des parties, vous offrant de nouvelles tenues, provocations ou choix d’Helix. Pour parfaire votre Battleborn, vous pourrez l’équiper avec du matériel déblocable contre des crédits gagnés au fil des parties. Vous pourrez créer différents packs de trois équipements qui vous suivront lors de vos parties. Ces derniers modifieront légèrement vos attributs ou capacités mais devront être activés moyennant quelques éclats. Ainsi, améliorez votre santé, régénération ou augmentez vos dégâts. Pour la rejouabilité, Gearbox a misé sur des défis uniques pour chaque Brutasse qui mettront à rude épreuve votre skill.

battleborn_image_1_CM

Quand t’es tout seul

A l’inverse d’un Borderlands, le solo, jouable en coopération à cinq joueurs, se compose d’une succession de huit missions d’une trentaine de minutes chacune. Amoureux des belles narrations et animations, passez votre chemin. Vous serez parachutez sur une carte avec quelques instructions en guise de narration et s’en suivra votre combat. Ainsi, il vous faudra arpenter huit cartes se résumant à des couloirs afin de progresser dans le chapitre. Chacun est construit autour de plusieurs objectifs comme protéger une cible, détruire ou bien tuer. Rien de bien compliquer en somme, pourtant, il pourra y avoir de nombreux moments plutôt délicats tant le nombre d’ennemis est élevé. Chaque niveau se termine par un boss final qui pourra vous donner du fil à retordre si vous ne savez pas vous coordonner avec vos alliés. Sur ce solo, l’équipe se partagera un total de cinq vies qui seront consommées à chaque mort d’un coéquipier. Il faudra donc vous serrer les coudes afin de voir le bout de chaque mission. Le jeu vous offre aussi la possibilité de jouer les missions avec des niveaux de difficulté différents avec des paramètres comme par exemple : ne pas avoir de seconde chance après votre décès.

battleborn_image_2_CM

Et quand tu l’es pas

Le titre nous offre à ce jour trois modes multijoueur compétitifs. Le mode Incursion s’inspire des MOBA puisqu’il vous faudra escorter des vagues de minions jusque dans la base adverse tout en détruisant les drones araignées des ennemis. Le mode Conquête, très peu original, sera en somme une simple capture et défense de points. Pour finir, le mode Fusion demandera à chacune des équipes d’escorter des vagues de sbires jusqu’à un incinérateur placé au centre de la carte. Plus vous en faites souffrir, plus vous marquez de points. Les modes multijoueur jouissent des mêmes mécaniques de jeu que le mode solo, vous faisant ainsi profiter de vos améliorations de personnage. Cependant, chaque mode ne se joue que sur deux cartes différentes, amenant à seulement six cartes multijoueur. Les parties durant tout de même près d’une demi-heure, le manque de dynamisme peut vite se faire ressentir, diminuant drastiquement l’intérêt du multijoueur.

Battleborn
Date de sortie
03/05/2016
Genre
Shoot
Editeur
2K Games
Développeur
Gearbox Software
Boutique

Acheter Battleborn

Qualités
  • 25 personnages différents
  • Coopération
  • Un univers décalé
  • Grosse rejouabilité
Défauts
  • Peu de modes et cartes multi
  • Connexion obligatoire
  • Parfois lassant
VERDICT

Vraiment sympa

Gearbox nous offre ici un titre défouloir à qui aime botter du méchant sans se prendre la tête. L’univers coloré aux graphismes atypiques ainsi que des personnages hauts en couleurs offrent une expérience sympathique loin du sérieux des MOBA et autres FPS actuels. Il ne vous reste ainsi plus qu’à trouver votre Battleborn afin d’aller sauver le reste de la galaxie.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.