Test – Batman : Arkham Origins

La série Batman Arkham est une référence en matière vidéoludique, difficile donc pour Warner Bros Montreal de reprendre le flambeau après Rocksteady. Le jeu vidéo consacré aux Origines du super-héros le plus connu au monde est-il une réussite ? Eléments de réponse dans ce test.

Un « Batman : Arkham City » avec une histoire différente

Comme son nom l’indique, Batman Arkham Origins remonte aux origines du héros. Le jeu nous dévoile la vaste ville de Gotham City quelques années avant les événements de Batman : Arkham Asylum et Batman : Arkham City. Bien avant l’arrivée des criminels et des assassins qui feront la triste réputation de Gotham.
Au début de l’aventure, Batou ne porte son masque que depuis très peu de temps. La police ne sait pas encore qui il est, mais ses bienfaits ont déjà tendance à énerver les criminels de Gotham. Aussi, Black Mask profite de la nuit du 24 décembre, pendant laquelle les forces de l’ordre fêtent Noël en famille et sont donc en nombre réduit, pour mettre à prix la tête de la chauve-souris. Il promet 50 millions de dollars à celui qui parviendra à tuer Batman avant le lever du jour. Huit criminels répondent à l’appel et traquent tous le Chevalier Noir dans l’espoir d’être le premier à l’abattre. Voilà la toile de fond de ce Batman Arkham.
On aurait pu s’arrêter là et vous dire que Origins reprend absolument tout ce qui a fait la renommée des précédents opus en y intégrant une intrigue différente. Mais…

Batman Arkham Origins - Screenshot 1

Elémentaire mon cher Bruce Wayne

Le scénario est une nouvelle fois excellent avec une trame pleine de surprises et de références pour les fans. L’intrigue tient le joueur en haleine tout du long. Les affrontements avec les assassins sont spectaculaires et habillement répartis. De nombreux méchants très connus sont de retour dans Batman Arkham Origins avec un aspect forcément plus juvénile. Et c’est appréciable de voir comment la chauve-souris passe de légende urbaine à légende tout court.
Les bastons sont toujours aussi dynamiques et l’enchainement des coups vous fera toujours cumuler les combos sans oublier de contrer les attaques ennemies. A cela s’ajoute des éliminations furtives, des enquêtes, et tout un tas de missions annexes. Les scènes d’investigations sont plus poussées et plus nombreuses que par le passé, même si l’on est bien souvent guidé et que ces enquêtes ne demandent pas une grande réflexion. De nouveaux types d’ennemis font leur apparition, comme les experts en arts martiaux capables de contrer les coups de Batou.

Batman Arkham Origins - Screenshot 3

Les gadgets, hormis les gants électriques, bien pratiques pour faire le ménage mais limités dans leur utilisation (ils se déchargent), sont tout simplement une version revisitée des précédents. Les grenades de glace deviennent des grenades collantes qui ont strictement le même effet, la tyrolienne devient la griffe télécommandée qui permet de tirer un câble d’une paroi à une autre pour se frayer un chemin ou agripper un ennemi pour l’accrocher à un autre élément du décor (un autre bad-guy pour étourdir les deux à la fois ou une bonbonne explosive). On peut désormais se servir du Batwing pour se déplacer d’un quartier à un autre rapidement, uniquement après avoir repris le contrôle des antennes relais piratées par Enigma.

Home Sweet Home

La Batcave est bien plus présente dans cet opus. Votre second père, Alfred, vous y attend et sera en relation directe avec vous tout au long de l’aventure, pour analyser des échantillons relevés sur les scènes de crime ou pour retrouver un malfrat dans la base de données de la police. On regrettera son manque total de charisme et son physique ressemblant plus a un vieillard qu’à un majordome. Outre les conseils d’Alfred et la récupération de quelques gadgets, la Batcave sera l’occasion de relever des défis sur le camp d’entrainement afin de gagner diverses médailles et aussi de l’XP, utile pour acheter différentes améliorations pour notre héros. A noter que certaines seront disponibles uniquement après avoir réussi certains défis.

Batman Arkham Origins - Screenshot 2

Bande de clowns

Développé par Splash Damage, le mode multijoueur de Batman Arkham Origins propose des bastons entre bandes du Joker et Bane. Destiné, sans doute, à prolonger la durée de vie du soft le mode multi est terriblement médiocre. Un seul et unique mode et quatre map au level design limité sont disponibles. Le but : éradiquer l’autre. Chaque camp possède des spécificités selon que l’on joue les clowns ou la team venin, le Joker et Bane pouvant même être de la partie, tout comme Batman et Robin, qui eux devront furtivement – ou pas – se débarrasser des malfrats.

Verdict

Qualités
+ Le gameplay
+ Les scènes de crimes
+ La durée de vie
+ Le scénario

Défauts
– Peu de nouveautés
– Le mode multijoueur
– Alfred

Avis
Batman Arkham Origins est une bonne extension de la série Arkham, en excellant sur certains points, notamment le scénario. On pourrait reprocher le manque de prise de risque pris par Warner Bros. Montreal, mais pourquoi changer une recette gagnante ?

Vraiment sympa

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.