Test – Batman Arkham Knight

Batman : Arkham Knight vient clore comme il se doit la trilogie initiée par Rocksteady. Le studio a finalement créé un jeu où Batman peut vraiment faire tout ce que bon lui semble et notamment conduire la Batmobile.
Alors qu’Origins (épisode développé par Warner Bros. Montreal) nous contait l’histoire de Bruce Wayne avant l’opus Asylum, Batman : Arkham Knight se déroule directement après les événements d’Arkham City. D’ailleurs, sachez que vous partez avec de sérieuses lacunes si vous décidez de vous lancer dans cette aventure sans avoir joué à Asylum (2009) et City (2011). Alors, Batman : Arkham Knight est-il à la hauteur des attentes qu’il a créé ?

Be the Batman

Pour ne pas trop dévoiler les dessous de l’histoire et vous gâcher la surprise, nous vous dirons simplement que l’intrigue se déroule un an après les événements d’Arkham City. L’Epouvantail, que l’on croyait mort dans Asylum, tente de plonger la ville dans la folie avec son gaz terrifiant. Gotham est évacuée et les rues désertées. Les pires ennemis du Chevalier Noir refont surface et, comme si cela ne suffisait pas, un nouvel adversaire fait son apparition, l’Arkham Knight. Autant vous dire que vous aller avoir du pain sur la planche pour remettre en ordre tout ça.

Gotham nous voilà

En parallèle de la progression de l’histoire, c’est bel et bien la découverte de Gotham City qui impressionne le plus. Si la série est connue pour ses qualités visuelles, cet ultime volet va encore plus loin. La ville regorge de détails. L’atmosphère glauque est bien retranscrite. L’environnement est reproduit à la perfection, tantôt balayé par le vent, les éclairs ou la pluie. Véritable tour de force, il est possible de parcourir la carte, composée de trois grandes îles et autres endroits rattachés, sans le moindre chargement ! C’est un réel plaisir de découvrir cet immense terrain de jeu, aussi bien depuis les airs que sur la route avec la Batmobile. Chaque quartier est parfaitement représenté (Chinatown, le port, le quartier des affaires…) et regorge de quêtes destinées aux joueurs désireux de tout découvrir.

La Batmobile

Au-delà de l’aspect visuel, Rocksteady a peaufiné le gameplay tout en intégrant quelques nouveautés. La Batmobile, qu’il sera possible d’améliorer au fil de l’aventure, occupe une place importante durant le jeu. Un certain nombre de missions et quêtes annexes ne peuvent être accomplies sans elle. D’ailleurs, la ville plus vaste et les rues plus larges permettent aux joueurs de traverser la ville en roulant. D’une simple pression de touche, vous avez la possibilité d’appeler votre destrier pour atteindre rapidement un objectif, courser des voyous ou être assisté dans les combats.
D’une manière générale, on notera qu’Arkham Knight semble avoir été pensé autour de la Batmobile. Déstabilisante pour certains, fun pour d’autres, cette nouveauté reste loin de ce qui a pu nous être proposé dans les épisodes précédents et renouvelle donc le gameplay.

Affaires de famille

Si les combats fonctionnent toujours aussi bien et les gadgets sont toujours aussi nombreux, il est maintenant possible de prendre le contrôle de deux personnages (Catwoman, ou encore Robin par exemple). Le changement de combattant se fait de manière naturelle à l’aide d’une touche, qui sert aussi, quand la jauge de combo est suffisamment chargée, à réaliser une attaque mettant en scène le duo. Efficace et très stylé.
Outre les combats en duo, le système de combat devient plus dynamique grâce à l’utilisation de l’environnement. Via la pression de deux touches et si l’ennemi est bleuté, vous pourrez interagir avec le décor pour éliminer un ennemi ou utiliser des armes traînant par terre. Les contres ont également été revus, vous donnant la possibilité, en orientant le stick vers l’ennemi lors du contre, de frapper plus fort.

C’est comme ça que Batman est mort

A côté de ça, on apprécie beaucoup le fait que le titre soit très diversifié et demande aux joueurs de faire marcher ses méninges lors de mini-jeux durant ses enquêtes. Allant de la reconstitution d’une scène de crime, issue de Batman Arkham Origins, à l’analyse d’images de vidéosurveillance, ces enquêtes sont sympathiques tout comme les nouveaux gadgets de Batou. On citera le synthétiseur de voix, utile pour forcer les gardes à ouvrir des accès ou se déplacer, et le dispositif de piratage pour diriger des drones à distance et les retourner contre les gardes ou neutraliser des armes.

Vous l’aurez compris Batman : Arkham Knight regorge de quêtes et d’endroits à explorer, en plus de son histoire longue et prenante. Après plus de vingt heures de jeu, nous sommes venus à bout de l’histoire principale et de toutes les quêtes annexes afin de voir la véritable fin de la saga. Si vous pensiez avoir fini le jeu après la conclusion de l’histoire principale, vous avez encore du chemin à parcourir. Il vous faudra mettre sous les verrous, les 14 super-vilains de Gotham et résoudre les 240 énigmes de l’Homme Mystère.

Batman : Arkham Knight
Date de sortie
23/06/2015
Genre
Action / Aventure
Editeur
Warner Bros.
Développeur
Rocksteady Studios
Boutique

Acheter Batman : Arkham Knight

Qualités
  • Scénario captivant
  • Environnement / ambiance au top
  • Gameplay impeccable et varié
  • Excellente durée de vie
Défauts
  • Enigmes de l’Homme Mystère trop nombreuses
  • Combats en Batmobile répétitifs
VERDICT

Captivant

C'est avec une grande impatience que nous attendions ce dernier volet de la trilogie Arkham qui vient clore l’histoire avec brio. Rocksteady nous avait promis que Batman : Arkham Knight serait plus vaste et plus riche qu’Arkham City. Contrat rempli. Il s’agit du meilleur épisode de la franchise avec un réalisation au top, un gameplay diversifié, des épreuves et une histoire prenante. Un titre incontournable !

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.