Test – Assassin’s Creed IV : Black Flag (PS3)

Devenue une franchise récurrente de l’univers vidéoludique, la série Assassin’s Creed rempile avec un nouvel opus sous-titré Black Flag qui nous emmène sur les flots. Pétard mouillé ou vraie réussite ? La réponse dans ce test !

Dans les bottes d’un pirate

Histoire d’offrir un second souffle à sa saga Assassin’s Creed, Ubisoft a décidé de prendre le large. En effet, Assassin’s Creed IV : Black Flag nous emmène sur les flots pour incarner le pirate au regard charbonneux Edward Kenway.
Fidèle à la tradition, ce nouveau titre offre pléthore d’activités, missions et contenus à débloquer. Ainsi, en marge de l’histoire principale qui perpétue la guerre intemporelle entre Assassins et Templiers, Black Flag permet pêle-mêle de chasser des bêtes sauvages, de collectionner divers objets, de rechercher des trésors, de taquiner des contrebandiers ou encore d’améliorer son rafiot, le Jackdaw. D’ailleurs, le « tuning » de navire occupe une place centrale dans nos aventures de pirate. Pourquoi ? Parce qu’à défaut de le rendre plus puissant, il sera impossible de mener à bien certaines missions et, pour ce faire, il faudra souvent posséder argent, plans d’amélioration et ressources (métal, tissu et bois) à accumuler au gré de pillages et escarmouches navales.

Assassin’s Creed IV : Black Flag - Screenshot 1Assassin’s Creed IV : Black Flag - Screenshot 2

L’écume des flots

D’un point de vue technique, cette balade en mer tient-elle la route ? Carrément moins buggé que l’opus fondateur de la franchise, Assassin’s Creed IV offre quelques animations très réussies, une distance d’affichage tout à fait respectable et une fluidité rarement mise à défaut. Certes, on note ici et là un soupçon de clipping, quelques textures tardives et une physique des corps ou navires parfois capricieuse mais rien de bloquant ni de scandaleux pour le genre open-world.
Ainsi, pendant une grosse vingtaine d’heures, Black Flag offre une technique robuste qui contribue à offrir une expérience vraiment dépaysante avec ses chants de pirates, son langage fleuri et ses illustres gibiers de potence, le tout porté par un scénario empreint d’une certaine originalité puisque Kenway fait un Assassin assez particulier.
Dans la lignée de ses prédécesseurs, Assassin’s Creed IV dispose bien entendu d’un versant multijoueur qui, au-delà de véritables qualités, voit son intérêt varier avec l’attitude des joueurs rencontrés. Un complément certes dispensable du solo mais qui mérite tout à fait qu’on lui laisse sa chance d’autant plus que les différents protagonistes qu’il est possible d’incarner ne manquent pas de charisme.

Assassin’s Creed IV : Black Flag - Screenshot 3Assassin’s Creed IV : Black Flag - Screenshot 4

Avec Assassin’s Creed IV : Black Flag, Ubisoft propose une aventure complètement épique et plaisante qui souffle un agréable vent de fraîcheur sur sa franchise désormais vieille de nombreuses années. Un opus qui vaut assurément le détour.

Verdict

Qualités
+ des heures et des heures de jeu
+ la cohérence de l’univers
+ les batailles navales

Défauts
– une physique parfois fantaisiste

Captivant