Test – Assassin’s Creed Chronicles : China

A chaque itération d’Assassin’s Creed, l’intrigue devient de plus en plus compliquée. Pour relier les différents épisodes de la saga, Ubisoft propose des chroniques qui vous amèneront de la Chine à la Russie, en passant par l’Inde, dans la peau de trois Assassins en quête de vengeance, de justice et de rédemption dans des niveaux en 2.5D.

Pour ce premier volet, Assassin’s Creed Chronicles : China prend place en 1526, alors que la dynastie Ming est sur le point de s’effondrer. Vous incarnez Shao Jun, la dernière Assassin de la Confrérie chinoise, qui revient dans son pays animée d’un désir de vengeance. Récemment entrainée par le légendaire Ezio Auditore (court métrage Assassin’s Creed Embers), elle est déterminée à prendre sa revanche et faire renaître sa Confrérie de ses cendres.

Assassin's Creed Chronicles : China - Immersion

Vous évoluerez dans des tableaux divisés en plusieurs séquences d’infiltration (enchainées sans temps de chargement) qui seront notées selon votre performance. Ainsi, pour obtenir la médaille d’or, vous devrez parcourir la séquence sans être repéré ou combattre avec brio. Vous l’aurez compris, il s’agit de montrer vos capacités à utiliser vos compétences précédemment acquises pour accumuler des points en fonction de votre score.
Le gameplay est principalement axé sur l’infiltration, même si un système de combat existe. Trop brouillons, les affrontement ne nous ont pas séduits. Notre préférence ira à l’utilisation des mécanismes d’infiltration, plus travaillés et nettement plus intéressants dans des tableaux au level design de qualité et à l’effet aquarelle.

Les outils pour éviter les ennemis sont classiques : couteaux de lancer pour couper des cordes et/ou libérer des poids, pétards pour étourdir ou attirer l’attention, sifflements et appeaux pour éloigner ou attirer les gardes, sans oublier les nombreuses cachettes, permettant simplement de se cacher ou de dissimuler un corps. Malgré sa vue en 2.5D, Assassin’s Creed Chronicles : China tire profit de toutes les surfaces en vous permettant de grimper au plafond, sur différentes zones d’accroche, à différents plans. Et de jouer avec la profondeur du niveau pour esquiver le regard d’un garde, en vous cachant derrière un pilier, un rideau, ou en vous accrochant à une corniche, par exemple.

Pour ce qui est du système de détection, les gardes disposent d’un cône de vision que vous devez éviter pour ne pas être repéré, avec une jauge d’alerte grandissant à mesure que vous restez dans ce cône. Attention toutefois à la présence d’un chien de garde, d’oiseaux ou d’un carillon qui révèleront votre présence.

Il nous aura fallu 8 heures pour venir à bout d’Assassin’s Creed Chronicles : China, en accomplissant quelques objectifs facultatifs : collecte, assassinats et protection. Les joueurs patients et obstinés pourront sûrement allonger la durée de vie du titre d’autant plus qu’un mode « new game + » est débloqué une fois le jeu terminé.

Verdict

Qualités
+ Durée de vie
+ Rapport qualité/prix
+ Level design

Défauts
– Combats sans grand intérêt
– Absence de nouveauté et de prise de risque

Avis
Bien qu’il conserve plusieurs des meilleurs éléments de la série, Assassin’s Creed Chronicles : China a son propre charme et plaira avant tout aux amateurs d’infiltration.

A l'occasion

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.