Test – Alien : Isolation

Après l’affreux étron Aliens : Colonial Marines, la mythique saga ciné revient faire peur aux joueurs. Alors, l’heure est-elle à la désillusion ou à la réconciliation ? La réponse dans la suite de ce test.

La madeleine du Xénomorphe

Avec la madeleine de Proust, un micro-évènement fait ressurgir des souvenirs enfouis. Alien : Isolation fait le même effet ! Le bip du détecteur de mouvements, le son des lumières qui s’allument ou le bruit d’une bouche d’aération qui s’ouvre rappellent immédiatement le cultissime Alien : le 8e passager. Mais, pas d’Ellen Ripley ici ! On incarne sa fille, Amanda Ripley. Hantée par le souvenir de sa mère, la demoiselle se rend sur la station spatiale Sebastopol pour y récupérer la boîte noire du Nostromo, vaisseau sur lequel Ellen Ripley a affronté l’Alien. Bien entendu, rien ne va se passer comme prévu et Amanda va devoir tout mettre en oeuvre pour survivre au vilain Xénomorphe.

Alien Isolation - Screenshot 1

C’est à vous de survivre

Avant de glisser la galette dans votre PS4, gravez ceci dans votre esprit : vous ne pouvez pas tuer l’Alien. Toutefois, vous n’êtes pas complètement démuni face à la satanée bestiole. En effet, vous pouvez construire armes et équipements en récupérant des schémas et différents objets. Mais, comme Alien : Isolation met l’accent sur la survie, veillez à ne pas gaspiller vos ressources. D’ailleurs, le Xénomorphe ne sera pas votre seul ennemi et vous devrez composer avec les Lambdas, androïdes assez flippants, et d’autres survivants humains. Avec ces derniers, différentes options s’offrent à vous : faire preuve d’hostilité, les éviter si possible ou tenter d’entrer en contact avec eux, ce qui ne sera pas toujours bien perçu.
Au-delà de la fabrication d’objets, la survie impose de faire preuve d’une extrême vigilance. Par exemple, vous croisez des survivants armés jusqu’aux dents. Plutôt que la confrontation, vous optez pour la diversion en utilisant un émetteur de sons. Si cela paraît a priori judicieux, vous risquez en se faisant d’attirer une menace encore plus grande que celle que vous vouliez éviter au départ… Car, il ne faut pas grand chose pour attirer l’Alien qui est littéralement lancé à votre poursuite. Inutile donc de lui faciliter la tâche en courant ou en tirant à tout-va. Pour échapper au Xénomorphe, devenez l’ombre dans laquelle vous vous cachez, marchez à pas feutrés, rampez dans les bouches d’aération. Notez toutefois qu’une cachette n’est qu’une solution provisoire. Il faudra à un moment ou à un autre, prendre votre pad à deux mains et sortir de votre trou.

Alien Isolation - Screenshot 2Alien Isolation - Screenshot 3

Une ambiance spatiale

Parce que l’Alien ne suffit pas à lui seul pour instaurer une atmosphère lourde de tension, The Creative Assembly a mis l’accent sur l’ambiance sonore tout simplement parfaite. Ici un bruit, là un mugissement. Tout concourt à faire croire à la présence du Xénormorphe. On craint qu’il se trouve juste au-dessus de nous alors que ce n’est pas forcément le cas. Si Alien : Isolation flatte notre oreille, il n’oublie pas nos rétines avec un travail très réussi sur les éclairages. Malheureusement, les animations ne sont pas forcément à l’unisson et les personnages ont une démarche assez robotique. Les graphismes ? Ils sont plutôt de bonne facture même si l’intérieur d’un vaisseau spatial n’est sans doute pas le plus grand défi qui soit pour les développeurs.

Combien de temps ?

Soutenu par une excellente VF – oups, il manque la voix française d’Ellen Ripley – Alien : Isolation vous occupera pendant une grosse dizaine d’heures. Et la durée de vie du titre pourra augmenter sensiblement si vous vous mettez en tête de récupérer toutes les plaques d’identité des disparus du Sebastopol ou les enregistrements du Nostromo. Alien : Isolation renferme aussi un mode Survie où il s’agit de remplir un objectif précis. Selon vos performances, vous pourrez briller parmi vos amis.

Verdict

Qualités
+ Le respect de l’univers Alien
+ L’atmosphère générale du tite
+ L’accent mis sur la survie

Défauts
– Des animations perfectibles

Avis
Après l’imposture Aliens : Colonial Marines, SEGA et The Creative Assembly offrent enfin à la franchise culte un jeu vidéo digne de ce nom. Avec son atmosphère stressante, son ambiance aux petits oignons et son parti pris de la survie, Alien : Isolation nous réconcilie avec le Xénomorphe. Et, comme dans l’espace vidéoludique, personne ne vous entendra crier, c’est le moment de vous lâcher.

Captivant

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.