RetroStation – Driver

Driver est un jeu de course-poursuite/aventure développé par Reflections (Destruction Derby) et édité par GT Interactive.
Sorti en juin 1999 sur PlayStation (puis sur Mac OS, Windows et Game Boy Color), il s’est écoulé à 6 millions d’exemplaires sur PS One, avec plus d’un million de ventes dès le premier mois d’exploitation, ce qui en fait le titre le plus vendu sur la console de Sony en cette année 1999.

Un flic à Miami

L’histoire du jeu se déroule dans les années 70 et vous incarnez Tanner, un flic infiltré dans la mafia. Sur les instructions du chef de la police de New York, il débarque à Miami pour rencontrer un certain Rufus. Arrivé sur place, Tanner entre en contact avec les gangsters locaux dans un parking souterrain. Ces derniers cherchent un chauffeur adroit capable de les sortir des mauvaises passes si nécessaire. Votre mission consiste à découvrir à travers 3 Etats et 4 villes américaines (Miami, Los Angeles, San Francisco et New York) le secret qui se cache derrière l’irrésistible ascension de la dynastie Castaldi (même s’ils sont suspects, il ne s’agit pas de ceux de la télé, hein !). Puis de les anéantir. Non linéaire, le scénario est plutôt bien ficelé poussant le joueur à poursuivre l’aventure jusqu’à l’une des 3 fins possibles.

L’avant GTA III

Il existe 3 modes de jeu : Un flic dans la mafia (Histoire), Faire un tour et As du volant. Le second mode vous permet de vous balader en voiture sans aucune contrainte dans les différentes villes du jeu. Le mode As du volant vous propose plusieurs défis tels que Poursuite, Survie, Jeu de piste (enchaîner des manoeuvres difficiles) ou Traversée du désert… Le jeu est donc dense au niveau de son contenu et de sa durée de vie. En plus de cela, le jeu propose un mode Réalisateur. Sorte de régie vidéo, il vous permet de regarder les ralentis sauvegardés ou d’en faire un montage. Il est ainsi possible de zoomer, de choisir le type et la position des caméras, le timing du montage,… Ce mode Réalisateur est possible car Driver est en 3D temps réel et très bien réalisé pour l’époque. Il y a de la circulation, des piétons (qui vous évitent), des éléments destructibles et les voitures se comportent d’une manière très réaliste. Les modèles physiques sont respectés, les collisions tiennent compte de la vitesse et de la trajectoire, la gestion des dégâts des véhicules est présente et plein d’autres détails sont là pour donner vie et réalisme à l’univers.

Bien entendu, le principe rappelle Gran Theft Auto sur plusieurs points : circuler librement dans de grandes villes, les missions qui vous demandent d’aller à tel ou tel endroit le plus rapidement possible ou encore les courses-poursuites avec la police si vous enfreignez le code de la route et qui demandent de quitter la zone de recherche. Mais dans Driver il n’y a pas de niveau de recherche, le jeu n’est pas aussi violent que GTA (on détruit sa caisse ou celle d’un autre mais on ne tue personne) et le jeu est en 3D temps réel. En effet, si le style de jeu ressemble à GTA, Driver est à l’époque le premier jeu à proposer un univers entièrement en 3D devenant une sorte de simulation de courses-poursuites puisqu’on ne sort jamais du véhicule. D’ailleurs lorsque la licence proposa cette option dans Driver 2, ce ne fut pas une franche réussite. Ce n’est qu’en 2001 et sur PS2, avec GTA III que la licence de DMA Design (Rockstar North à partir de 2002) s’affranchit de la 2D et devient un univers 3D-bac à sable, supplantant tous ses concurrents dont Driver.

Driver était et reste un très bon jeu, apportant en 1999 une nouvelle dimension au jeu de course. Sous l’égide d’Ubisoft depuis 2006, le studio Reflections a ressorti sa licence en 2011 avec Driver : San Francisco qui, loin d’être mauvais, s’est vendu à 2 millions d’exemplaires mais n’a pas rempli les objectifs de la firme. L’avenir de la série serait en suspens.

Anecdotes :

– Dans GTA III, une mission demande au joueur de tuer un certain Tanner. Ce dernier avait une animation de course correspondant à un personnage féminin, DMA Design se moquant ainsi des animations du héros dans Driver 2. Reflections riposta dans Driv3r en incluant Timmy Vermicelli, personnage qu’il faut tuer (10 par ville) et portant des bouées aux bras. Le studio parodie ainsi Tommy Vercetti (héros de GTA : Vice City) qui ne savait pas nager à l’époque.
Source : 1jeu10anecdotes.fr

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.