Preview – Final Fantasy XV : Episode Duscae

Après des mois d’attente, nous avons pu mettre la main sur la démo Final Fantasy XV : Episode Duscae afin de vous donner nos impressions sur ce prochain volet de la célèbre saga de Square Enix. Sans faux suspense, il y a du bon (du très bon même) et du moins bon. Explications.

Le coup de la panne

La démo commence au réveil de nos quatre héros dont Noctis (que l’on dirige), le prince héritier du royaume de Lucis qu’il a dû quitter suite à son invasion par l’état militaire de Niflheim. Il est accompagné de Prompto, Ignis et de Gladiolus. Ce dernier est un garde du corps aux cheveux longs et le plus costaud physiquement. Prompto, le blondinet de la troupe, est quant à lui un spécialiste des armes à feu. Enfin, Ignis porte des lunettes et s’avère être un génie militaire qui possède beaucoup d’expérience. Correspondant au stéréotype des jeunes « japonais over-stylés » avec leur coiffure et leurs habits particuliers, l’aspect général des héros ne plaira pas à tout le monde.
Privé de moyen de transport depuis que leur voiture est tombée en panne, le groupe doit trouver 24 000 gils pour payer les réparations en cours. Après un rapide tutoriel et une séquence d’ouverture nous permettant d’admirer un superbe aliasing sur les cheveux blonds de Prompto, la région de Duscae s’offre à vous. Pour récolter l’argent, il nous faut trouver et battre un Béhemoth pour lequel une récompense de 25 000 gils est offerte.

Duscae

La région dans laquelle on évolue est plutôt vaste bien qu’elle soit limitée par des murs invisibles ou des décors naturels. Rien d’anormal, il s’agit d’une démo. L’environnement est franchement beau avec un décor qui varie les ambiances (grotte, plaines, bord d’un lac, autoroute, rochers…) et recèle une faune et une flore riches. Cependant, on note un léger aliasing par moment mais la démo se basant sur une ancienne version du moteur du jeu, on peut rester confiant pour sa disparition complète d’ici la sortie du jeu. Et si ce n’est pas le cas, ce n’est pas non plus si flagrant que ça.
Pour en revenir à la faune locale, sachez qu’elle est peuplée en grand partie d’animaux que vous pouvez/devez affronter.

Des combats plus subtils qu’il y paraît

Le système de combats, amputé des compétences magiques, nous a paru un poil trop passif. Une fois qu’on a compris comment cibler un ennemi, il suffit de rester appuyé sur le bouton d’action pour attaquer et achever les ennemis. Cependant, il faut compter avec les assauts, les esquives, les parades et les contre-attaques. Les esquives, l’utilisation de compétences (attaque tourbillon ou percée puissante) ou des lames fantômes (à chercher dans la région) consomment des Points de Magie (PM) et il faut savoir les gérer si on ne veut pas en manquer. Lors de combats avec plusieurs ennemis, il ne sera pas toujours aisé de réaliser une parade et donc contre-attaquer. Enfin, il est important de souligner qu’en restant appuyé sur le bouton d’action, les attaques seront de plus en plus puissantes (jusqu’à un certain point). Si on le martèle, cela fonctionne mais on n’enchaîne que des attaques de faible puissance. De plus, si votre jauge de PV (Points de Vie) tombe à zéro, on ne meurt pas mais on est blessé et sans défense. Il faut alors soit se mettre en couverture (avec L1), soit prendre une potion, soit compter sur l’aide d’un de nos camarades pour qu’il nous soigne. L’inverse étant possible bien évidement.

Nous sommes donc loin d’un système « casual », rassurez-vous. Il se veut juste accessible de prime abord mais il est loin d’être dénué de subtilité.
Le seul véritable problème des combats provient de la caméra qui est trop proche du héros lors de ces phases de jeu et limite notre visibilité. En ciblant ses adversaires, on s’y habitue et cela ne pose pas trop de soucis. Néanmoins, avec une caméra légèrement plus éloignée de Noctis, on y gagnerait en lisibilité.

En vrac… et Ramuh

Pendant ces trois heures, nous avons également pu constater que le jeu possédait quelques passages scriptés (en dehors de la trame principale) mais cela permet de dynamiser la mise en scène et de surprendre le joueur, ce qui n’est pas déplaisant. En revanche, il arrive parfois que les monstres réapparaissent un peu trop rapidement après s’en être débarrassé. Les quelques dialogues entre les personnages sont plutôt sympas et montrent bien qu’on a affaire à un groupe de potes. Un sentiment renforcé par les feux de camps qui nous laissent profiter de l’expérience que l’on a accumulé pendant la journée en combattant afin de monter de niveau et de manger des plats cuisinés. Ces derniers, selon les ingrédients achetés ou récoltés, nous permettent d’obtenir des bonus d’attaque ou de défense (par exemple) pendant la journée qui suit. Un système plutôt bien pensé.
Enfin, une fois trouvée et lorsque nos points de vie sont à zéro, il est possible d’invoquer Ramuh. Et là, l’invocation nous fait nous en prendre plein les yeux. Son intervention est juste majestueuse et laissera n’importe qui bouche bée.

Final Fantasy XV : Episode Duscae offre un bref aperçu du prochain épisode canonique de la saga. Si l’on repère quelques défauts (présence d’aliasing, caméra trop proche en phase combat), l’impression générale est quand même très bonne. Alors oui, les combats ne sont pas en tour par tour et Square Enix nous propose quelque chose de différent, ce qui peut être un peu déstabilisant au départ, mais cela a toujours été le cas avec les différents épisodes de la série. Final Fantasy XV s’annonce très bien et semble corriger les erreurs du XIII. Plus qu’à croiser les doigts pour que ces premières impressions se confirment et qu’il gomme les quelques défauts présents dans cette démo.