Preview – CounterSpy

L’agent secret de CounterSpy est tellement discret que peu de personnes l’ont remarqué pendant cette gamescom, mais nous oui. Nous avons pu jouer à ce jeu d’action/infiltration développé par le studio indépendant Dynamighty. Directement inspiré de Mission Impossible et de James Bond en terme d’ambiance, l’équipe de développement le revendique proche d’Another World, Flashback et Metroid au niveau du gameplay.

CounterSpy vous plonge en pleine guerre froide. A la tête de votre propre agence d’espionnage, vous devez infiltrer, saboter et frapper au cœur même de deux Superpuissances adverses (USA et URSS) impliquées dans une frénétique course à l’armement qui menace l’existence de l’humanité. Grâce à l’Horloge de l’Apocalypse, vous savez en permanence à quel point vous êtes proche de la guerre nucléaire. Fort heureusement, en remplissant une série de missions, vous pouvez faire reculer l’aiguille de cette horloge. Tous les niveaux sont générés aléatoirement, avec des chemins, des objets et des ennemis différents à chaque partie.

CounterSpy - Screenshot 1

Le jeu est en défilement horizontal et en temps réel . C’est à dire que lorsque vous accomplirez des missions annexes – collecte de dossiers et d’informations secrètes, par exemple – donnant accès à des armes et des bonus, l’Horloge de l’Apocalypse continuera de tourner. Dans la démo que nous avons testé, le but était d’infiltrer une tour afin d’en déjouer le système de sécurité. L’aventure entremêle action et infiltration avec des assassinats silencieux et des phases de tir où se couvrir est obligatoire.
Le jeu bénéficiera d’un mode multijoueur, que nous n’avons pas pu tester, permettant à plusieurs joueurs d’évoluer dans un même niveau où ils pourront récolter des objets favorisant leur progression.

CounterSpy - Screenshot 2CounterSpy - Screenshot 3

CounterSpy est un titre fort sympathique que nous avons hâte de découvrir un peu plus en détail. Le titre sera disponible en téléchargement sur le PlayStation Store, cette année sur PS3 et PS Vita.

Pour l’anecdote, le jeu est basé sur une idée originale de David Nottingham, co-fondateur avec John Elliott de Dynamighty. Le studio est composé de 10 personnes, des anciens de Pixar et LucasArts. Sachez que c’est Sony qui a contacté le studio pour l’aider à développer son projet, en échange d’une exclusivité sur ses plateformes.