Preview – Borderlands The Pre-Sequel

Borderlands est une série appréciée des fans. C’est donc sans grande surprise que 2K Games nous présente un nouvel épisode de la saga. Borderlands The Pre-Sequel n’est ni un préquel à Borderlands ni une suite à Borderlands 2 mais une aventure qui se déroule entre les deux. Développé par GearBox Software, The Pre-Sequel vous propose de retrouver le gameplay emblématique de la série, mêlant à la fois jeu de tir et jeu de rôle, mais aussi de toutes nouvelles fonctionnalités.

L’action de Borderlands The Pre-Sequel vous enverra visiter Elpis, la Lune de Pandora sur laquelle se trouve plusieurs bases situées dans divers environnements. Ce sera l’occasion de découvrir la genèse du Beau Jack, le vilain totalement mégalo et tyrannique de Borderlands 2, avant qu’il ne s’empare du pouvoir.
Le joueur incarnera l’un des quatre personnages au côté des méchants (en solo ou en coop online) qui ne sont autres que les lieutenants du Beau Jack. Chaque protagoniste correspond à une classe avec ses propres armes et compétences.

Il y a d’abord Wilhelm, le tueur à gages, que nous connaissons pour être le premier boss dans Borderlands 2. Puis, Nisha, la Justicière, une beauté cruelle qui, dans Borderlands 2, était à la fois le shérif de Lynchwood et la petite amie du Beau Jack. ClapTrap, présent dans les deux volets, est un robot ouvrier. Et enfin, Athena, la Gladiatrice. Elle possède des griffes métalliques pour déchiqueter ses ennemis et un bouclier très utile pour parer les tirs. En le lançant, elle peut d’ailleurs terrasser plusieurs adversaires à la suite par ricochet, une fois la compétence « Wrath of the Goddess » acquise. Le soin fait également partie de ses compétences, ainsi que l’absorption de dégâts pour les renvoyer sur l’ennemi.

Pour notre part, nous avons choisi Nisha, la Justicière, pour notre première prise en main du titre. Relativement faible en défense et assez moyen avec les armes lourdes, le personnage compense ce défaut par son agilité et quelques compétences bien pratiques. Son arme de corps à corps par exemple : le fouet de Nisha dispose d’une portée non négligeable qui le rend bien utile pour toucher les ennemis « à distance ». Sa capacité spéciale fait le ménage très rapidement : baptisée « Showdown », elle permet un court instant de cibler automatiquement ses adversaires et d’en descendre un bon nombre sans avoir besoin de viser. Il est d’ailleurs possible de s’en servir très souvent et d’en améliorer la durée ainsi que l’efficacité avec les points d’expérience acquis en cours de mission. Dans la plus grande tradition de la série, tous les personnages disposent de trois arbres de compétences distincts qui permettent, au choix, de mettre l’accent sur l’action, la défense ou le tir au fusil de précision.

L’environnement lunaire permet à nos héros de faire de grands sauts, grâce à la faible gravité, mais leur impose le port d’un casque. L’oxygène se traduit à l’écran par une jauge diminuant (sauf en intérieur) et qu’il est nécessaire de recharger régulièrement à l’aide de stations de recharge disposées un peu partout. Autre élément de gameplay qui redéfinit les combats : les jetpacks. Ces derniers permettent des affrontements vraiment acrobatiques. Il est possible d’atterrir sur le sol ou la tête de l’ennemi de manière très violente en infligeant de nombreux dégâts.

Borderlands The Pre-Sequel reste très fidèle au gameplay des précédents opus. C’est toujours vif et nerveux, l’IA reste toujours assez limitée et l’humour au rendez-vous. Bien que les environnements en faible gravité apportent une petite touche de nouveauté, les fans de Borderlands retrouveront immédiatement leurs marques et seront conquis par ce volet qui s’annonce finalement comme une sorte de Borderlands 1.5.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.