Preview – Assassin’s Creed Rogue

Jusqu’à présent, la série Assassin’s Creed nous avait présenté les Assassins comme des héros et les Templiers comme les grands méchants. Mais dans Rogue, tout bascule pour nous montrer une autre vision des choses : c’est le premier opus qui s’intéresse en profondeur à un personnage Templier.

Le jeu nous place dans la peau de Shay Patrick, un jeune homme impertinent et arrogant issu d’une famille d’immigrants irlandais à New York. Après la mort de son père, il est à la recherche d’un but dans sa vie. C’est à ce moment là que les Assassins le prennent sous leurs ailes. Mais au lieu de devenir un Maître Assassin, Shay commence à se poser des questions sur les motivations de la Confrérie et finit par décider de chercher la rédemption en traquant ses anciens confrères.
L’époque dans laquelle va évoluer le joueur se déroule entre 1750 et 1760. Historiquement, c’est durant cette période qu’a eu lieu la Guerre de 7 Ans, qui éclata entre l’Europe et ses Colonies. Rogue se déroule donc entre le 4e et le 3e opus (qui se situe lui-même après le 4e, oui il faut suivre), soit avant le grand incendie de New York. Les développeurs ont choisi cette période car elle s’inscrit bien dans la saga des Kenway et finit avec brio la trilogie des Assassins en Amérique.

Venons en maintenant à la mission qu’il nous a été donné de faire. Celle-ci débute en mer du Nord, à la barre du Morrigan, le bateau de Shay. Ce navire est le plus évolué de son temps et donc capable de traverser n’importe quel obstacle en mer, tel un brise-glace. Notons d’ailleurs que la glace permet de traverser à pied une eau capable de tuer en quelques instants si par malheur on s’y aventure trop longtemps. Pas question donc de plonger comme dans Black Flag, les épaves sont désormais sur la banquise et de nouveaux lieux sont amenés à être explorés, comme les cavernes de glace par exemple. Le but de la mission justement était d’aller explorer l’une de ces épaves à la recherche de trésors et d’ours polaires à chasser. Il s’agit là d’une mission quelconque que nous aurions très bien pu faire dans n’importe quel autre Assassin’s Creed (seul l’environnement change), puisqu’il suffisait de trouver les coffres et de grimper sur un mât pour atteindre le point de synchronisation. Les armes à notre disposition allaient de la double lame cachée à l’épée traditionnelle, en passant par la carabine à air comprimé aussi efficace à courte qu’à longue portée. Cette nouvelle arme permet de faire diversion ou d’éliminer ses ennemis en utilisant différents types de munitions, incluant balles traditionnelles et grenades (gaz, pétard).

De retour au Marrigan, d’autres navires nous attendaient. Assassin’s Creed Rogue se base sur le gameplay naval de Black Flag. Les attaques se déroulent toujours de la même façon et les combats sont toujours aussi intuitifs. Ubisoft a tout de même rajouté quelques nouveautés comme l’huile bouillante, qui laisse une trainée de feu derrière votre bateau avant d’enflammer ceux de vos adversaires, mais aussi le fusil à tourelle (déjà disponible sur la version mobile du jeu : Pirates), capable de faire feu en continu, dans une certaine limite tout de même. L’environnement glacé permet également d’utiliser les icebergs pour se couvrir des tirs ennemis pendant les batailles.

Pour l’instant de ce que nous avons vu, ce Assassin’s Creed Rogue nous semble bien pauvre en nouveautés et ne reste pas moins en tous points identique à son prédécesseur. Son gameplay vieillissant (trois opus qu’Ubisoft nous sert de la bataille navale) et ses graphismes d’une autre époque (celle de la PS3) ne nous ont pas emballé. Les nouveautés ne semblent pas apporter grand chose et font plus office de gadget pour l’instant. Attendons d’en voir un peu plus, notamment au niveau du scénario et des missions principales pour savoir si oui ou non cet opus « old-gen » vaut le coup.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.