Mad Max

Depuis sa sortie en 1979, le film d’anticipation et dystopique à l’univers post-apocalyptique de George Miller est devenu culte. Quand le quatrième opus (Mad Max : Fury Road) a été annoncé après 30 ans d’absence, les craintes de voir un énième navet étaient fondées. Pourtant, le film est unanimement salué, voire encensé, par la critique comme par le public.
Depuis l’époque de la NES dans les années 90, la franchise n’avait plus jamais été adaptée en jeu vidéo. Ainsi lorsqu’un jeu Mad Max a été annoncé pendant la conférence de Sony à l’E3 2013, les premiers retours furent tièdes. Cependant, après deux ans de silence radio, Warner Bros et Avalanche Studios (Just Cause) ont lâché dans la nature un trailer de gameplay qui s’est avéré bien plus prometteur, laissant présager une agréable surprise quasi-inespérée. Et si Mad Max, le jeu vidéo, connaissait le même destin que le dernier film de la franchise ?

Un Magnum pour combattre la chaleur du Wasteland

Si le jeu d’Avalanche Studios s’inspire de l’univers de la franchise en reprenant le décor aride et post-apocalyptique du Wasteland, il ne reprend pas pour autant l’intrigue des films.
Vous incarnez Mad Max, guerrier à son insu et qui ne cherche qu’à laisser la folie du Wasteland derrière lui. Il se lance dans un voyage rempli de dangers afin de construire un véhicule de guerre ultime. Il ne lui reste que l’Interceptor (véhicule motorisé), son seul espoir de survie, qui fonctionne grâce à de l’essence volée. Cependant, le gang de Scrotus, seigneur psychotique assoiffé de sang et de vengeance, se rapproche et veut s’emparer de votre Interceptor. Dépassé par le nombre, Mad Max est vaincu par des maraudeurs qui le laissent pour mort coincé au milieu de nulle part et sans véhicule. Il vous faudra survivre et affronter Scrotus, son gang et les dangers de la route afin de pouvoir construire le véhicule de survie ultime : le Magnum Opus.

Tête de pelle ou râle d’agonie ?

Mad Max est un jeu d’action motorisé en monde ouvert. En d’autres termes, le jeu mélangera les phases de courses, de combats et d’exploration.
Si on débute le jeu avec rien d’autre que sa volonté de survivre, le titre nous amènera rapidement à commencer la construction de votre Magnum Opus. Il sera possible de choisir parmi plusieurs modèles de carrosseries (ShovelFace, Ripper, Furnace, Death Rattle, Wild Hunt…) qui constitueront la base de votre véhicule ultime. Ces carrosseries ont chacune leurs spécificités (vitesse, dégâts, blindage) et, selon les modèles, ces caractéristiques seront plus ou moins privilégiées. Pour améliorer votre véhicule, il vous faudra récupérer du matériel (ferrailles et autres ressources). Vous pourrez ainsi construire et personnaliser votre Magnum Opus comme il vous convient (taille et type de pneus, puissance du moteur, ajout d’un bélier ou d’un blindage…). Ces modifications et autres améliorations auront un impact sur la physique des véhicules qui s’orientera entre la simulation et l’arcade.

Survie, combats, violence et sécurité routière

Pour se défendre contre des ennemis capables de sauter sur votre capot (comme dans les films), il faudra s’équiper de blindage et d’armes mais aussi améliorer son équipement et ses aptitudes. Une dizaine d’aptitudes sera disponible allant de l’intuition (utiliser une arme de mêlée avant qu’elle ne casse), aux munitions (récupérer des munitions sur les ennemis) en passant par la longévité (résistance aux coups). Plus vous améliorerez vos armes, votre blindage et votre Magnum Opus en récupérant de la ferraille, plus votre puissance de frappe augmentera.
Les phases de combats au corps à corps rappellent celles de la série des Batman Arkham et celles en voitures promettent de l’action soutenue avec un petit côté Destruction Derby en monde ouvert. Un monde violent nous attend.
Des éléments de survie ont également été confirmés par les développeurs, ce qui devraient se traduire comme le montre la bande annonce par la recherche d’essence ou de nourriture (pâté pour chiens, vers… miam miam !).
Pendant votre périple, vous rencontrerez quelques alliés avec qui il vous faudra former des alliances afin de protéger leur bastion. En échange, ces derniers vous fourniront de l’aide supplémentaire.

Graphiquement, le jeu semble exploiter correctement la puissance des consoles nouvelle génération même si l’univers favorise les décors vides. Il n’empêche que des aléas climatiques seront de la partie comme des tempêtes de sable.

Mad Max n’était pas un jeu particulièrement attendu mais la bande annonce révélée quelques semaines auparavant nous a fait entrapercevoir une possible bonne surprise. Mais comme nous le savons, un trailer peut être trompeur. Espérons que manette en mains, ce ne soit pas l’apocalypse.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.