Interview du fondateur des Journées Mondiales du Jeu Vidéo

Ce mois-ci, nous nous sommes intéressés à Mickaël Newton. Qui est-ce ? Il s’agit de l’un des fondateurs de l’association Loisirs Numériques, à l’initiative des Journées Mondiales du Jeu Vidéo (JMJV). En plus d’être le président de son association, Mickaël Newton est un indépendant dans la publicité rattachée aux jeux vidéo sur des sujets comme l’advergaming et la publicité pour des sites et applications nomades parlant de jeux vidéo. Ayant réalisé des études dans le domaine de l’e-business, son parcours est assez éclectique mais toujours relié au monde vidéoludique. Ainsi, il a fait ses armes lors de petits boulots étudiants (quelques magasins et rayons de jeux vidéo entre 1996 et 2005), en stage chez Ubisoft pour la fin de ses études, ou encore chez PlayStation (2006) au service marketing pour préparer les consommateurs à la sortie de la PS3 et enfin en tant de chef de publicité à directeur commercial dans une régie publicitaire dédiée aux sites de jeux vidéo.
Ce n’est que 5 ans plus tard qu’il se met à son propre compte afin de se concentrer sur ses sujets de prédilections : la communication via le jeu vidéo, l’enseignement (dans l’e-business et la communication via le jeu vidéo) et l’association Loisirs Numériques.

Le Community Mag vous propose donc de découvrir ou d’en apprendre plus sur l’association Loisirs Numériques et particulièrement sur l’initiative des Journées Mondiales du Jeu Vidéo (JMJV) dont nous sommes partenaires pour cette 3ème édition (du 23 au 25 novembre 2012).

Peux-tu présenter à nos lecteurs l’association Loisirs Numériques à l’initiative des Journées Mondiales du Jeu Vidéo ?
Bien sûr ! L’association Loisirs Numériques est née en 2010 d’une idée simple : peut-on se réunir en ayant comme prétexte le jeu vidéo et passer un bon moment, sans être forcément un joueur chevronné ? Les deux autres fondateurs et moi-même sommes joueurs depuis 20 ans et nous cherchions les moyens les plus sympas pour communiquer notre passion sans pour autant entrer dans des discours élitistes. Ainsi sont nés les premiers évènements, à savoir les Granola Tournaments (des tournois sur des jeux avec à la clé la récompense suprême, un paquet de gâteau) et les Rencontres Vidéoludiques (des débats publics sur les grandes thématiques du jeu vidéo, le public face aux grands noms du jeu vidéo). L’idée de Journée(s) Mondiale(s) du Jeu Vidéo est arrivée peu après comme une évidence. Et si, à l’aide de tous les joueurs de la planète, nous mettions en place le plus grand évènement du jeu vidéo jamais créé sur Terre ? L’évènement naîtrait grâce aux réseaux sociaux pour ensuite grandir grâce au bouche-à-oreille et ainsi sensibiliser professionnels du jeu vidéo, associations et passionnés. En 2010 il y avait 3 évènements en France, en 2011 c’était pas moins de 30 évènements (réductions en magasins, soirées, tournois, jeux-concours etc) en France et Outre-Mer avec un relais médiatique qui a dépassé toutes nos espérances tandis que pour 2012, nous espérons aller beaucoup plus loin en référençant au bout du compte plus de 100 évènements dans le monde entier et puis faire mieux à chaque fois d’année en année pour passer à 200, puis 500, puis des milliers d’évènements partout d’ici à 3 ou 5 ans. On compte bien solliciter aussi le Ministère de la Culture pour que ces festivités soient reconnues officiellement et que l’association Loisirs Numériques soit reconnue d’utilité publique pourquoi pas ?

En quoi consiste concrètement les Journées Mondiales du Jeu Vidéo ?
Pour être plus précis, le rôle de Loisirs Numériques est celui du chef d’orchestre : on donne le « la » et c’est au monde entier, aux musiciens de jouer leur partition, chacun dans sa spécialité. Tournois, conférences, soirées entre amis, réductions en magasins, reportages-télé, tout est bon pour faire parler le plus possible de jeux vidéo durant les 3 jours de l’initiative, du 23 au 25 novembre 2012. Nous avons déjà près de 100 partenaires en tout genre qui ont fait montre de soutien quant à l’initiative. La nouveauté de cette année est que nous faisons également une grande collecte de jeux vidéo auprès des studios, éditeurs et particuliers pour les reverser en fin d’année à une ou plusieurs associations caritatives qui les remettront à des familles aux revenus modestes afin qu’elles aient un beau Noël. Nous avons récupéré des centaines et des centaines de goodies en tout genre et nous espérons en recevoir plein d’autres d’ici au 23 novembre 2012. Enfin et comme chaque année, nous réaliserons un évènement parisien que nous annoncerons bientôt officiellement, mais il y en aura d’autres durant la période que ce soit à Paris, ailleurs en France et même ailleurs dans le monde !

Les JMJV ont la volonté de ne pas se célébrer uniquement sur Paris, mais de couvrir l’ensemble du territoire. Peux-tu nous en dire un peu plus sur les actions prévues en province ?
Bien entendu, Loisirs Numériques ne peut pas couvrir tout le territoire de par ses actions. Nous demandons donc à tout ceux qui voudront bien nous aider de promouvoir les Journées Mondiales du Jeu Vidéo. On a toqué aux portes de centaines de professionnels et associations du jeu vidéo sur le territoire. Toutes n’ont pas répondu encore, mais beaucoup nous accompagnent dans cet effort, bien plus que les deux années précédentes. Je peux d’ores et déjà annoncer qu’il se passera des choses à Lille, Toulouse, Nice, Nantes, Lyon et bien d’autres villes. Les premiers évènements seront annoncés au plus tard mi-octobre sur le site www.jmjv2012.com et la liste s’allongera au fur et à mesure jusqu’au jour J. Naturellement, on compte aussi sur les initiatives individuelles de chacun d’entre vous et si les gens sortent leur guitare pour jouer dans la rue chaque année le 21 juin, chacun des fans de jeux vidéo peut également convier ses amis à une grosse soirée à la maison avec manettes obligatoires pour entrer !

Journées Mondiales du Jeu Vidéo 2012

Il y a également une volonté de s’imposer au niveau international. Peux-tu nous détailler cet aspect ?
C’est un peu pareil qu’au niveau national, on envoie tout plein d’e-mails partout dans le monde avec un argumentaire pour inciter à faire la fête durant les International Video Game Days, les JMJV façon monde entier. Cela dit pour 2012, nous concentrons nos efforts avant tout sur les pays francophones et nous avons déjà l’appui d’entités en Belgique, en Suisse, au Maroc, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et dans bien d’autres pays via des représentants locaux qui ont également l’intention de faire de ces Journées Mondiales du Jeu Vidéo un moment mémorable. Cette volonté de toucher l’international s’explique simplement : pourquoi vouloir faire la fête autour du jeu vidéo seulement entre nous alors qu’aujourd’hui, une info peut faire le tour du monde en 80 secondes ? Je trouve géniale l’idée de sentir que toute la planète parle et vit jeu vidéo durant trois jours, pas vous ? Là encore, nous vous donnerons le programme prévu pour ces pays très bientôt sur le site officiel des JMJV.

Le soutien de la communauté, de la presse spécialisée semble vous être acquis. Que manque-t-il aux JMJV pour être l’évènement incontournable souhaité ?
Le chemin est encore long. La communauté jeu vidéo est acquise par l’initiative car avant les JMJV, il n’y avait que des salons mais pas de fête dédiée au jeu vidéo. Ce qu’il manque aux JMJV, c’est avant tout le soutien des médias généralistes à savoir les sites Internet qui touchent le plus grand nombre. On veut que tout le monde soit de la fête et pas que ceux qui vont lire les sites ou les magazines spécialisés. Aujourd’hui on se débrouille sans aucun financement et nos mots sont nos meilleurs atouts pour l’instant. Nous aimerions aussi se sentir soutenus de façon plus prononcée par des entités comme Amazon, Fnac ou Micromania par exemple qui feraient des opérations spéciales pour célébrer l’évènement et aussi par le SELL qui, malgré nos multiples sollicitations et rendez-vous avec eux, ne se mouille pas vraiment et n’a jamais fait de geste concret pour soutenir nos actions. Nous allons célébrer la fête de leur industrie en 2012 sans eux et c’est bien dommage. Avec un évènement-pilote co-financé par le SELL et d’autres éditeurs, nous pourrions faire quelque chose d’énormissime. Aujourd’hui, des éditeurs comme Ubisoft, Sony ou Microsoft sont prêts à nous prêter des bornes ou des goodies, mais on veut aller beaucoup plus loin, faire quelque chose qui est à la hauteur de ce qu’est l’industrie du jeu vidéo.

Enfin, quels sont les éléments primordiaux pour que cette 3ème édition des Journées Mondiales du Jeu Vidéo soit réussie ?
Il faut que chacun d’entre nous se dise que ça y est, du 23 au 25 novembre ce sont les JMJV et qu’il prépare son initiative sans plus attendre. Nous cherchons encore des partenaires pour financer ou aider matériellement, que ce soit pour notre collecte de jeux vidéo pour les enfants et familles aux revenus modestes que pour l’évènement que nous préparons à Paris. Nous demandons aussi aux partenaires potentiels de bien vouloir aider également les associations partenaires de notre évènement qui sont un peu partout en France. Que ceux-là n’hésitent pas à nous contacter, nous leur donnerons les coordonnées de tous ces points de rassemblement qui préparent ardemment leur évènement et qui ont besoin de lots à faire gagner. Enfin, on souhaite qu’il y ait tout plein de réductions en magasin. C’est bientôt Noël, une nouvelle console sort bientôt et bien d’autres sont déjà là et il y a matière à faire des choses qui rendront le loisir vidéoludique encore plus accessible qu’il ne l’est déjà.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.