Community Mag N°77 – Novembre 2014

A la fin de ce mois-ci, le 29 novembre, la PlayStation 4 fêtera son premier anniversaire en Europe. Depuis son lancement, on ne peut pas dire qu’il y ait eu un jeu qui se soit véritablement démarqué, un jeu qui fasse dire à tout le monde : « Là on y est, la nouvelle génération de console est dans la place ». Pour autant, pas de quoi s’affoler. Quand on y regarde de plus près, chaque nouvelle console PlayStation depuis le lancement de la PS2 met un certain temps à avoir un catalogue étoffé de véritables hits. C’est toujours dans la deuxième année de commercialisation d’une console PlayStation que les choses commencent à bouger véritablement. De plus, du côté de Sony, les ventes plus que convenables de cette PlayStation 4 doivent conforter l’éditeur dans ses choix stratégiques, quitte à se reposer sur ses lauriers (ou donner cette impression) à chaque fois qu’il est dans une position dominante sur le marché. Ainsi, la PlayStation 4 s’est positionnée dès le départ sur l’aspect gamer et social de la machine, délaissant le côté multimédia qui avait convaincu également les joueurs pour la PlayStation 3.

Ainsi la mise à jour 2.0, qui vient de sortir, est un peu décevante. OK, la fonction Share Play est une excellente chose et apporte une véritable innovation, si tant est que nous ayons un débit correct, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Mais à part cette fonctionnalité, les évolutions « majeures » de cette mise à jour me font un peu rire. Lecteur de musique USB, changement de couleur du fond d’écran ou thèmes dynamiques et mise en pause du téléchargement… voilà, voilà ! C’est un peu triste quand même. Le lecteur de musique USB ne supporte que les formats MP3 et AAC, le strict minimum et encore, c’est un peu une solution de secours histoire de ne pas trop faire de l’ombre à Music Unlimited, tout en contentant les joueurs. Quant aux thèmes dynamiques, au changement de couleurs et à la mise en pause du téléchargement, on ne me fera pas croire que c’était si difficile à mettre en place dès le lancement d’une console avec une architecture proche du PC. A mon sens, la raison de ces ajouts « tardifs » vient d’une véritable stratégie de la part de Sony d’espacer l’arrivée de fonctions basiques ou multimédia afin de donner l’illusion de proposer des mises à jour importantes, qui feront passer un cap à la console dans son offre de service. Et avec ce genre de stratégie, qui sait, pour son troisième anniversaire la PlayStation 4 saura sûrement faire ce que la PS3 proposait nativement au niveau multimédia… et même peut-être un peu plus. Croisons les doigts.

Bonne lecture.

 
Community Mag
N°77 – Novembre 2014

 
Edition web interactive.
Fonctionne sur PC, Mac, PS3 et PS4.
Un lecteur Flash doit être installé sur votre système.

Dans ce numéro :
EN COUVERTURE – The Witcher 3 : Wild Hunt | PREVIEW – The Crew – Resident Evil Revelations 2 | TESTS – The Evil Within – La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor – Alien : Isolation – NBA 2K15 – Just Dance 2015 – SingStar Ultimate Party – Borderlands : The Pre-Sequel – Akiba’s Trip : Undead & Undressed | SONY & CO – Sony BSP10 | RETROSTATION – Vagrant Story | COLLECTOR – La sélection du mois

 

Un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.
Faucon Bleu il y a 4 ans et demi

Je n’ai pas d’avis personnel sur les jeux testés ce mois-ci car c’est pas des genres que j’apprécie particulièrement, mais je me dois de commenter la rubrique « C’est dit ! », qui est très intéressante. Une bonne chose, cette rubrique 🙂

La vidéoludique épisodique nuit au plaisir du jouer, je suis d’accord : je préfère très largement jouer à un jeu complet qu’à un jeu où il faut attendre pour acheter chaque épisode séparément. Pourquoi ne pas grouper les épisodes en un seul jeu, dans le cas où les développeurs souhaiteraient séparer le scénario ?

Quand aux DLC, je ne trouve pas que c’est une mauvaise chose, au contraire. Les DLC sont le meilleur moyen pour ajouter de nouvelles extensions intéressantes ou des nouvelles choses au jeu pour profiter d’une nouvelle expérience (certes souvent payante). Seulement certains studios abusent un peu de ce système en incluant déjà les DLC dans le jeu, où ils sont clairement montrés, mis en avant. Ils sont cependant bloqués de manière magique, ce qui nécessite de payer pour accéder à ce que l’on voit, qui semble pourtant à portée de main. Je ne peux pas m’empêcher de citer certains experts du genre comme EA.