Community Mag N°65 – Octobre 2013

C’est peut-être idiot mais, si la sortie de GTA V m’a marqué, ce n’est pas grâce à la qualité du jeu ou à ses chiffres de vente impressionnants mais à cause de la publication de ses codes de triche. Mais si, vous savez, cet enchaînement de boutons sur lesquels il faut appuyer en général rapidement pour obtenir un avantage (armes, vies infinies, accès au niveau suivant, faire exploser Lara…) dans une partie solo. Je me suis aperçu qu’avec cette génération de consoles, les codes de triche étaient une espèce en voie d’extinction. En prendre conscience aura été apparemment un processus lent et pénible pour mon cerveau, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. Il faut dire que cela s’est fait de telle manière qu’au final je n’y ai pas vraiment prêté attention. Je ne parle pas des astuces qui restent nombreuses mais bel et bien des codes. Et je me suis demandé quelles pouvaient être les raisons d’une telle éradication ?

Au départ, je me suis dit que le jeu vidéo se voulant de plus en plus mature et adulte, les codes de triche n’ont plus vraiment leur place dans ce contexte. Cela peut paraître naturel. Le jeu vidéo ne s’adresse plus seulement aux enfants, ces petits êtres malicieux qui aiment tricher et s’amuser comme des foufous.
Et puis la vérité (qui était ailleurs) m’est revenue en pleine face, me mettant une bonne gifle en passant. Le véritable responsable de cette quasi-disparition des codes de triche, c’est le fameux contenu téléchargeable, plus connu sous le nom de DLC. On a déjà pas mal râlé dessus mais au final c’est un fait établi maintenant. Et à l’époque, personnellement je n’avais pas réalisé l’équation suivante : DLC + DLC = 0 code de triche.

En effet, pourquoi un éditeur irait s’embêter à pourvoir son jeu de codes de triche pour avoir la super arme de la mort qui tue lorsqu’on peut la vendre à une flopée de joueurs, soucieux d’avoir le meilleur arsenal ? Pourquoi s’embêter lorsqu’on peut marchander quelques euros un personnage, de l’argent in-game ou des items en or au lieu de faire des codes de triche pour les obtenir ? Ce serait vraiment idiot de ne pas profiter des idiots (désolé) qui achètent ce qu’on nous offrait gratuitement en reproduisant un code de triche.

Au final, avec cette génération, l’adage semble être : Au diable l’amusement de tricher si on peut faire payer ! Et le DLC n’a jamais aussi bien porté son nom : Dans Le Cul… les codes de triche.
Alors je m’érige (assez tardivement et de manière bancale) et je dis : Vive le Konami Code !
Trichons bien, trichons gratuitement ! Messieurs les éditeurs/développeurs, soyez fun : rendez-nous nos codes de triches !

À la une, à la deux, à la triche.

 
Community Mag
N°65 – Octobre 2013

 
Edition web interactive.
Fonctionne sur PC, Mac et PS3.
Un lecteur Flash doit être installé sur votre système.

 
Dans ce numéro :
EN COUVERTURE – Killzone Shadow Fall | PREVIEW – Assassin’s Creed IV Black Flag – Batman Arkham Origins | DOSSIER – Les jeux indépendants : le pari de PlayStation | TESTS – Puppeteer – Kingdom Hearts HD 1.5 ReMIX – GTA V – Killzone Mercenary – Rayman Legends PS Vita | RETROSTATION – Grand Theft Auto V | SONY & Co – Sony Smart Lens QX10/QX100 | Films Blu-ray

4 commentaires

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.
Faucon Bleu il y a 5 ans

Excellent numéro, comme d’habitude.

Dommage que l’on ai été que deux à participer au dossier des jeux indépendants, on doit quand même représenter la communauté de joueurs PlayStation ^^ . Enfin, merci beaucoup pour ce dossier.

Les articles sur Puppeteer et sur Rayman Legend m’ont bien plût. Il me tarde de pouvoir jouer à Puppeteer après la démo, les tests et les articles (dont le vôtre) qui le mettent vraiment en avant. Une durée de vie de 15 heures ? Mais c’est extra !
Pour Rayman Legend, j’aimerai beaucoup y jouer aussi, mais j’ai d’autres priorités comme Ratchet & Clank Nexus.

Pour finir, je ne parlerai pas beaucoup de GTA V, car je suis allergique à sa mise en avant exagérée (vu la fortune dépensée pour ça, je trouve qu’il à trop de succès), ses sur-notations dans les tests vu le nombre de problèmes et de bugs qu’il a eu, et tout simplement le principe de ce jeu.

Sur ce, merci pour ce numéro fort intéressant, continuez ainsi 🙂

Damien Charrier il y a 5 ans

Hello,

Merci pour ton retour. Pour les 15 heures de durée de vie, c’est une estimaton selon mon expérience de jeu mais ayant lu d’autres tests depuis cela oscille entre 10 et 15h. Tout dépend de comment on joue.
Enfin pour GTA V, le test part du principe de s’adresser à des lecteurs comme toi qui ne sont pas séduits par le jeu. J’explique que justement malgré son histoire; et son principe un travail incroyable des dév’ a été fait malgré les nombreux bugs. Perso, je n’en ai pas eu beaucoup, pourtant je l’ai terminé à 70% en une 40aine d’heures. Et chacun se fait sa propre expérience de ce jeu bac à sable. Je te conseille d’y jouer un jour lorsqu’il sera moins cher et de lui donner une chance, rien que pour le monde ouvert.

Bonne journée.

Faucon Bleu il y a 5 ans

Ah, je vois. J’ai tendance à prendre mon temps dans les jeux, mais 10h reste correct pour ce jeu qui en vaut la chandelle.

Après, pour GTA V, c’est sûr que ce n’est pas un jeu que j’achèterai de si tôt, mais si j’ai l’occasion d’y jouer, ce sera sans problème. Le monde ouvert et ses innombrables possibilités de jeu différentes sont intéressantes, c’est juste ça qui m’intéresse dans ce jeu. Merci du conseil, en tout cas 🙂

Aerosixx il y a 5 ans

En fait les bugs ont surtout concernés GTA Online …. En ce qui concerne le mode solo ils sont plutôt rares 😉 Après il est vrai que le monde ouvert mérite le détour de par son incroyables variétés et les nombreuses options différentes qui nous sont offertes pour l’explorer ! Pour ma part j’ajouterai que dans cette épisode, les missions sont vraiment variées et surtout beaucoup plus fun que dans GTA 4 … Autant l’opus précédent m’avait ennuyer (je ne l’ai d’ailleurs toujours pas fini, honte à moi :s ) autant j’ai du mal à décrocher de celui ci !