Test – Berserk and the Band of the Hawk

Débuté au Japon dans le magazine Young Animal en 1989, Berserk est un manga de dark fantasy créé par Kentaro Miura. La saga a connu sa première adaptation en jeux vidéo avec Sword of the Berserk : Gut’s Rage sorti sur Dreamcast en 1999 au Japon et en 2000 en Occident. 4 ans plus tard, un second titre intitulé Berserk : Millennium Falcon Hen Seima Senki no Shô est sorti sur PS2. Ce titre considéré par de nombreux fans comme étant la meilleure adaptation de l’univers de Kentaro Miura est malheureusement resté exclusif au Japon. Il aura fallu attendre plus de 10 ans pour qu’une nouvelle adaptation voit le jour et surtout qu’elle débarque sur nos rivages. Intitulé Berserk and the Band of the Hawk, ce nouvel opus est-il à la hauteur de son prédécesseur ? Nous allons le découvrir dans les prochaines lignes.

Local man ruins everything

Dans un monde fantastico-médiéval, Guts était un guerrier solitaire qui voulait être le seul maître de son destin. Cependant, suite à un pari, il fut contraint de rejoindre la bande des Hawk avec à sa tête Griffith. Au sein de la troupe de mercenaires, notre héros fut témoin à de nombreuses reprises du côté sombre de l’âme humaine et de ses perversions… Bien évidemment, ce résumé ne fait pas honneur à Berserk car l’univers du manga de Kentaro Miura est beaucoup plus riche et surtout sombre que ça. Mais là n’est pas la question. Pour en revenir en jeu, Omega Force ne s’est pas contenté d’adapter les 13 premiers volumes du manga comme l’avait fait la première adaptation anime du studio OLM datant de 1997, mais adapte bel et bien l’équivalent des 32 premiers volumes sur les 38 actuellement disponibles.

Bersek-psvita-image4-cm

Un tel contenu offre de nombreuses heures de jeu en perspective. Il faudra compter environ une quarantaine d’heures pour venir à bout de l’aventure. Bien que Berserk and the Band of the Hawk soit un jeu complet par son contenu et ses personnages jouables, un petit élément vient gâcher la fête. En effet, le côté violent et malsain du manga a été adouci dans l’adaptation vidéoludique. Bien que cette censure était nécessaire pour permettre au titre de sortir sans le moindre problème, elle laisse un arrière-goût amer aux fans du Black Swordman qui espéraient que le développeur ose prendre un risque de ce côté-là afin de coller au mieux à l’ambiance particulière de Berserk.

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes…

Là où Arslan : The Warriors of Legend sorti l’année dernière apportait une certaine fraîcheur au gameplay traditionnel des musou, Berserk and the Band of the Hawk se contente de la formule classique. Honnêtement, il est difficile de reprocher ce choix à Omega Force car essayer d’apporter de la nouveauté tout en respectant l’univers du manga n’aurait pas été chose facile à mettre en place. En effet, lorsque nous jouons à un jeu Berserk c’est avant tout pour affronter les nombreux ennemis qui nous tombent dessus plutôt que pour partir à la cueillette des champignons ou faire une balade à cheval. L’alternance entre coups forts, coups faibles et parades n’est pas le seul élément de gameplay à la disposition du joueur pour vaincre ses ennemis.

Bersek-psvita-image1-cm

Outre la présence d’armes secondaires, une barre de Frénésie qui se remplit au fil des morts tombant sous les coups de notre héros permet d’augmenter la puissance de ces attaques, ainsi que d’accéder à une attaque ultime nommée Death blow permettant de nettoyer la zone environnante. Bref, malgré l’apparente simplicité de son gameplay, Berserk offre aux fans ce qu’ils attendent d’une adaptation des aventures du black swordman.

Qualités
  • La fidélité de l'adaptation de l’œuvre de Kentaro Miura
  • La variété offerte par les différents personnages jouables
  • Les combats de boss
  • Les cutscene tirées des films The Golden Age Arc
Défauts
  • Le vide de certains environnements
  • La censure
  • À quand un action RPG adaptant l'univers de Berserk ?
VERDICT

Vraiment sympa

Bien que Berserk and the Band of the Hawk ne soit pas aussi bon que l'était le jeu PS2, il vaut le détour notamment pour sa quasi-fidélité à l'univers dark fantasy du manga. Il serait bien dommage que la licence retombe dans l'oubli après ce titre.

A propos des notes du Community Mag
Test réalisé à partir d'une version editeur. Les images de ce test sont fournies par l'éditeur.

Aucun commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.